Livi-logo
Mauvaise odeur vaginale que faire ?

Mauvaise odeur vaginale - que faire ?

Dernière mise à jour le:
ven. 4 juin 2021
Votre vagin dégage une odeur plus forte que d’habitude ? Les médecins gynécologues sur Livi vous expliquent les différentes causes possibles d’une mauvaise odeur vaginale.

Tout vagin a une flore bactérienne naturelle qui lorsqu’elle est bien équilibrée a pour rôle de le protéger contre les infections. Chaque femme possède sa propre odeur vaginale qui évolue en fonction des différentes phases du cycle menstruel. En règle générale, si vous ne ressentez pas de gêne au niveau génital et que vous ne remarquez rien d’inhabituel au niveau de l’odeur ou de la consistance de vos pertes vaginales, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Mais parfois, une odeur désagréable peut se dégager et révéler un trouble. Si elle vous insupporte, en particulier lorsqu’elle s’accompagne d’autres symptômes gênants, il est nécessaire d’en parler à un professionnel de santé.

Les causes fréquentes d’une mauvaise odeur vaginale

Vaginose bactérienne (VB)

La vaginose bactérienne est l’une des causes les plus courantes d’une odeur vaginale désagréable. Mais la moitié des vaginoses est cependant totalement asymptomatiques. Elle touche principalement les femmes de 15 à 44 ans. Une vaginose bactérienne se développe lorsque la flore vaginale habituelle est déséquilibrée et remplacée par des bactéries pathogènes. Les pertes vaginales sont alors plus abondantes et malodorantes, cette odeur s’accentue après les rapports sexuels. Une effluve de poisson est caractéristique de Gardnerella vaginalis, bactérie souvent en cause dans la vaginose. Vous pouvez aussi avoir des démangeaisons et constater un gonflement au niveau de la vulve.

Le traitement de la vaginose est fonction de la bactérie en cause et des symptômes, dans certains cas il n’est donc pas nécessaire. Mais si les symptômes et l’odeur sont gênants, nous vous recommandons de consulter un professionnel de santé, en particulier si vous êtes enceinte. La vaginose bactérienne est généralement facile à traiter avec des antibiotiques - sous forme de comprimés, de gels ou de crèmes - elle peut cependant récidiver et nécessiter un traitement pouvant aller jusqu'à 6 mois. Préférez l’utilisation de préservatif jusqu’à ce que les symptômes disparaissent.

Trichomonase

La trichomonase est une des infections sexuellement transmissibles (IST) la plus répandue dans le monde, chez l’homme et la femme. Il s’agit d’une maladie parasitaire qui ne provoque généralement pas beaucoup de symptômes. Certaines femmes développent des pertes vaginales jaunâtres avec une forte odeur. Comme pour la vaginose bactérienne, la vulve peut être rouge et démanger. Une trichomonase est généralement bénigne et asymptomatique lorsqu’elle se limite au vagin mais le parasite peut remonter au niveau de l'utérus et des trompes et alors être source de complications. C’est pourquoi elle doit tout de même être prise en charge.

Il s’agit d’un parasite qui se transmet par voie sexuelle et, plus rarement, par du linge de toilette encore humide, l’eau de bain ou les lunettes de WC précédemment contaminés.

Chez la femme, l’intensité des symptômes est plus marquée en début et fin de cycle menstruel car le pH vaginal est plus favorable au développement de trichomonas. Le diagnostic se réalise grâce à un prélèvement génital et le traitement repose sur la prise d’antibiotiques. Il n’existe pas de traitement préventif ou de vaccin, la protection lors des rapports sexuels représente la meilleure prévention.

Syndrome du choc toxique (SCT)

Le syndrome de choc toxique est une pathologie très rare mais qui peut être très grave. 1% des femmes ont dans leur organisme une bactérie de la famille des staphylocoques dorés. Retrouver des traces de cette bactérie dans le vagin n’est pas alarmant, mais sous certaines conditions, elle peut devenir responsable d’un syndrome du choc toxique. Le sang qui stagne dans le vagin est un environnement propice au développement de cette bactérie. Cela peut se produire à cause d’un tampon ou d’une coupe menstruelle pendant les règles. Lorsque la bactérie se développe dans le sang se trouvant dans le vagin, elle peut ensuite se propager partout dans le corps en passant dans les vaisseaux sanguins. Une mauvaise odeur vaginale peut vous alerter ainsi que d’autres symptômes préoccupants :

  • Des troubles digestifs ;
  • Une forte fièvre ;
  • Des éruptions cutanées inhabituelles ;
  • Une chute de la pression artérielle.

La conséquence la plus grave étant une défaillance de plusieurs organes pouvant mener au décès.

Le risque de déclencher le syndrome du choc toxique est multiplié par 2 lorsqu’un tampon est gardé plus de 6 heures. Pour limiter les risques, il est recommandé de respecter un délai de 4 à 6h pour les tampons et les coupes menstruelles. Il faut donc éviter ces types de protections hygiéniques pendant la nuit. Une personne qui souffre d'un syndrome du choc toxique doit se rendre dans les plus brefs délais aux urgences.

Mycose vaginale

L’infection vaginale à Candida (champignon de type levure) fait partie des causes de vaginite. Elle est très fréquente et se traduit généralement par des démangeaisons, des sensations de brûlures et un changement de l’apparence des pertes vaginales qui peuvent devenir épaisses et blanches, semblable à du lait caillé. Ces pertes ne sont cependant pas très odorantes.

Il vous est conseillé de consulter lorsque les symptômes de la vaginite à Candida entraînent une gêne dans votre quotidien. Un traitement approprié permettra le soulagement des symptômes mais préviendra également leur aggravation à long terme. Certains traitements de la mycose vaginale sont disponibles en pharmacie sans ordonnance, d’autres nécessitent une prescription médicale.

Consultez au plus vite en cas de pertes vaginales anormales et de signes d’infection urinaire. Les médecins généralistes et les gynécologues sur Livi peuvent vous prescrire un traitement local dans le cas où le diagnostic de mycose vaginale serait avéré.

Fluctuations hormonales

À l’instar de ce qui se passe pour les changements d’odeur durant votre cycle menstruel, d’autres grandes fluctuations hormonales peuvent également affecter l’odeur de vos mucosités vaginales. Pendant la puberté, la grossesse et la ménopause, l’odeur des sécrétions vaginales peut changer.

Les pertes vaginales peuvent alors être plus épaisses ou fines, jaunâtres ou même brunes mais elles ne doivent pas avoir une mauvaise odeur. Si vous constatez des odeurs vaginales fortes et désagréables, parlez-en avec un professionnel de santé. En particulier si vous êtes enceinte, il est nécessaire de comprendre la cause de ces changements.

Pathologies gynécologiques

Très rarement, des pertes malodorantes peuvent être un symptôme de cancer du col de l’utérus. Dans ce cas, des pertes vaginales inhabituelles et les sécrétions malodorantes peuvent être les premiers symptômes à se manifester. Vous pouvez ensuite remarquer des saignements pendant des rapports sexuels ou d’autres saignements vaginaux en dehors des règles, appelés metrorragies. L’odeur des pertes sera un peu métallique, très différente de celle associée à une mycose ou d’une vaginose.

Le cancer du col de l’utérus est l’un des cancers les plus fréquents chez la femme. Il peut apparaître à tout âge à partir de 25 ans. Pourtant, un vaccin existe et permet de prévenir les deux tiers des cancers du col de l’utérus. Cependant, la vaccination ne protège pas contre tous les HPV en cause du cancer du col de l’utérus, c’est pourquoi le dépistage régulier par frottis reste indispensable.

Le dépistage est recommandé dès l’âge de 25 ans à intervalles réguliers et jusqu’à 65 ans. Il se réalise par frottis du col de l’utérus (frottis cervico-utérin). C’est un examen médical rapide et indolore réalisé par un gynécologue ou un médecin traitant.

Les IST engendrent-elles des odeurs vaginales ?

Oui, pour la trichomonase. En revanche, les IST comme la chlamydia et la gonorrhée entraînent rarement des modifications de l’odeur des mucosités cervicales mais elles peuvent provoquer d’autres symptômes, comme des douleurs pelviennes. En cas de doute, demandez conseil à un professionnel de santé.

Comment soigner une mauvaise odeur vaginale ?

Comme vu précédemment, une mauvaise odeur vaginale peut avoir de nombreuses causes. Pour soigner ces odeurs désagréables, il faut commencer par identifier leur cause. Pour cela, observez les pertes vaginales, leur texture, leur couleur et leur abondance afin d’en parler à votre médecin traitant ou à un gynécologue. Il est possible que vous ayez besoin de réaliser des examens complémentaires pour connaître l’origine de ces odeurs. Le professionnel de santé vous prescrira un traitement adapté.

Afin de prévenir le risque de mauvaise odeur vaginale, voici un guide sur comment prendre soin de la flore vaginale.

Ce que Livi peut faire pour vous

Vous présentez certains de ces symptômes ou souhaitez simplement parler à un spécialiste pour obtenir un avis médical ? Avec Livi obtenez un diagnostic médical en quelques minutes, 7j/7, ainsi qu'une ordonnance électronique valable en pharmacie. Consultation remboursable par l'Assurance Maladie.
Mis à jour le :

Autres articles