Livi-logo
Vous souffrez de douleurs pelviennes ?
Douleurs pelviennes chez la femme – quelles sont les raisons ?

Douleurs pelviennes chez la femme – quelles sont les raisons ?

Dernière mise à jour le:
lun. 29 mars 2021
Les douleurs pelviennes sont très fréquentes chez la femme avec plus des deux tiers des femmes concernées en France. Ces douleurs méritent d’être explorées afin de s’assurer qu’il n’existe pas de problème sous-jacent à traiter.

Où se situent les douleurs pelviennes ?

Les douleurs pelviennes correspondent aux douleurs ressenties dans la région du pelvis, c’est-à-dire au niveau du bas du ventre et du haut des parties génitales. Elles peuvent être légères à très intenses. Elles sont chroniques chez 11 à 20% des femmes. Elles sont plus fréquentes chez la femme jeune, en âge de procréer.

La plupart du temps, les causes sont bénignes et sont liées à des problèmes gynécologiques ou urinaires. Il arrive cependant que la cause de douleurs pelviennes soit plus grave, c'est pourquoi il faut en chercher l’origine. Les médecins sur Livi font le point sur les causes gynécologiques possibles des douleurs pelviennes.

Les douleurs pelviennes dues au SOPK ou à l’endométriose

L’endométriose et le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) sont deux maladies qui touchent des millions de femmes à travers le monde. Le SOPK affecte environ 8 à 13% de la population féminine mondiale et l'endométriose environ 10%. Ces deux pathologies peuvent provoquer de fortes douleurs pelviennes. Elles sont encore trop souvent méconnues alors qu’elles peuvent être traitées. Certaines personnes peuvent présenter les deux pathologies en même temps mais cette situation reste rare.

Le syndrome des ovaires polykystiques, de quoi s’agit-il ?

Le SOPK est un trouble complexe qui provoque des taux d’hormones androgènes plus élevés que la moyenne. Il s’agit de la première cause d’infertilité chez la femme. Les ovaires polykystiques contiennent de nombreux kystes remplis de liquide, appelés « follicules », dans lesquels se développent les ovocytes. La croissance des follicules est diminuée par rapport à la normale et cela se répercute sur le développement des ovules. Le cycle menstruel est affecté avec des règles irrégulières ainsi que des troubles de l’ovulation.

À long terme, le SOPK peut provoquer un risque plus élevé de développer du diabète de type 2, des maladies cardiovasculaires et un cancer du col de l’utérus.

Voici les symptômes les plus fréquents du SOPK à surveiller :

  • Règles irrégulières, très espacées, voire absentes, et douloureuses ;
  • Pilosité excessive sur le visage, la poitrine et l’abdomen ;
  • Prise de poids ;
  • Acné ;
  • Infertilité.

Un bilan sanguin pour contrôler les taux d’hormones et une échographie pour constater la présence de kystes sur les ovaires seront nécessaires au diagnostic du SOPK.

L’endométriose, de quoi s’agit-il ?

L’endométriose est une maladie définie par la présence de tissu semblable à celui de l’utérus en dehors de celui-ci. La maladie se manifeste principalement par des douleurs intenses au moment des règles altérant ainsi la qualité de vie. L'endométriose peut également conduire à l'infertilité.

Les symptômes de l’endométriose sont variables d’une femme à l’autre. Parmi les symptômes les plus fréquents de l’endométriose :

  • Règles très douloureuses, abondantes ou irrégulières ;
  • Douleurs pelviennes ou lombaires, en dehors des règles ;
  • Troubles urinaires (infection urinaire à répétition) ;
  • Douleurs lors des rapports sexuels (dyspareunie) ;
  • Fatigue et manque d’énergie.

L’endométriose est difficile à détecter, elle ne se voit pas sur une simple prise de sang. En revanche, il convient de parler de ses symptômes à son médecin traitant, un gynécologue ou une sage-femme afin d’être dirigé vers des examens médicaux supplémentaires.

Les règles très douloureuses, qu’on appelle dysménorrhées, sont le symptôme le plus courant de l’endométriose et du SOPK. Si vous pouvez calmer la douleur avec du paracétamol ou de l’ibuprofène lors des premiers jours de règles chaque mois, il n’y a pas d’inquiétude à avoir. En revanche, si vos règles deviennent handicapantes au quotidien et que les douleurs impactent votre vie, nous vous conseillons de consulter un professionnel de santé.

Quel est le lien entre l’endométriose, le SOPK et l’infertilité ?

L’endométriose et le SOPK sont tous deux liés à un risque accru d’infertilité. Puisque le SOPK est une pathologie qui perturbe la libération des ovules, il peut provoquer des difficultés à tomber enceinte. Quant à l’endométriose, elle perturbe l’ovulation, la fécondation et la captation de l’ovocyte par les trompes.

Les douleurs pelviennes dues à la ménopause

La ménopause correspond à l’arrêt définitif des règles chez la femme suite à la cessation de l’activité des ovaires. Si certaines femmes n’éprouvent aucune difficulté face à ce changement, pour d’autres il peut s’agir d’une période difficile à cause de nombreux symptômes qui se manifestent (bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, constipation, prise de poids, troubles de l’humeur, etc.). Il arrive parfois qu’au moment de la préménopause, le syndrome pré-menstruel se fasse davantage ressentir.

Les douleurs pelviennes après les rapports sexuels

Les rapports sexuels peuvent parfois être sources de douleurs qu’on appelle “dyspareunie”. Celles-ci peuvent apparaître avant, pendant ou après l’acte sexuel. Il existe de nombreuses raisons à cela, qu'elles soient psychiques ou somatiques. D’autres symptômes peuvent accompagner ces douleurs comme des démangeaisons, des sensations d’inconfort, des saignements anormaux, des signes d’affections cutanées, etc.

Pour traiter la dyspareunie, l'objectif est d’en comprendre sa cause. Le traitement dépendra de l’origine des douleurs. Puisque les causes possibles sont nombreuses, faites appel à un médecin généraliste, celui-ci pourra vous orienter vers la meilleure prise en charge possible.

Quand faut-il consulter un médecin pour des douleurs pelviennes ?

Nous vous recommandons de consulter votre médecin traitant lorsque vos douleurs pelviennes deviennent invalidantes et vous empêchent de vous rendre au travail ou à l’école.

Il réalisera l’examen physique et le bilan nécessaire pour établir l’origine de ces douleurs. En fonction de leur cause, un traitement pourra être élaboré. Si aucune cause somatique n’est découverte et que les douleurs relèvent plus de maux psychiques, une psychothérapie pourra être mise en place auprès d’un psychologue. En effet, dans certains cas, les douleurs pelviennes peuvent être liées à des troubles anxieux ou à un autre traumatisme psychique.

Que faire si je sens que ma douleur n’est pas prise au sérieux ?

De nombreuses femmes rencontrent malheureusement des difficultés à obtenir des réponses médicales concernant leurs douleurs pelviennes, notamment concernant le diagnostic de l'endométriose et du SOPK.

Nous vous conseillons dans ce cas d’insister pour obtenir des réponses. Même s’il ne s’agit ni d’endométriose ni du SOPK, un médecin sera en mesure de mener les examens requis pour comprendre la cause de vos douleurs, de vos règles irrégulières ou d’autres symptômes liés.

Nous vous conseillons de tenir un agenda de vos symptômes au cours de votre cycle menstruel. Pensez à noter la fréquence, la durée et l’intensité de vos douleurs pelviennes ainsi que votre consommation d’antidouleurs. Plus vous donnerez d’informations à un professionnel de santé, plus cela l’aidera dans sa démarche.


En savoir plus sur les possibles causes des douleurs pelviennes ? Ces articles nous ont paru intéressants :

Inserm : Endométriose

Haute Autorité de Santé : Prise en charge de l’endométriose

Inserm : Syndrome des ovaires polykystiques

Ce que Livi peut faire pour vous

Vous présentez certains de ces symptômes ou souhaitez simplement parler à un spécialiste pour obtenir un avis médical ? Avec Livi obtenez un diagnostic médical en quelques minutes, 7j/7, ainsi qu'une ordonnance électronique valable en pharmacie. Consultation remboursable par l'Assurance Maladie.
Mis à jour le :

Autres articles