IST : Comment Livi peut vous aider ?

Mis en ligne le : 28 mai 2020

Appelées autrefois « MST », les IST (Infections Sexuellement Transmissibles) peuvent, comme leur nom l’indique, être transmises lors de relations sexuelles.

Il n’est pas toujours évident de franchir le cap et de demander un dépistage à son médecin traitant. Pourtant, il est important de se faire dépister pour se protéger et stopper leur transmission.

Qu’est-ce qu’une IST ?

Une IST (Infection Sexuellement Transmissible) est une infection pouvant être causée par un virus, une bactérie ou un parasite. Elle peut se transmettre par contact cutané, vaginal, oral ou anal lors d’un rapport sexuel au cours duquel les partenaires n’utilisent pas de préservatif.

À ce jour, on compte une trentaine d’IST différentes, qui peuvent s’accompagner ou non de symptômes. Parmi ces derniers : de la fièvre, des douleurs dans le bas du ventre, des écoulements génitaux anormaux ou encore des rougeurs et des éruptions au niveau du sexe.

Néanmoins, la plupart des IST ne s’accompagnent pas de symptômes visibles. On peut donc être infecté(e) sans s’en rendre compte, puisqu’on ne se sent pas « malade ». D’où l’importance de se faire dépister pour se protéger soi-même mais aussi protéger ses partenaires.

Quelles sont les IST les plus fréquentes ?

Parmi la trentaine d’IST existantes, huit sont reconnues comme étant plus fréquentes et quatre d’entre elles sont des infections d’origine bactérienne ou parasitaire :

Si elles sont rapidement diagnostiquées, ces quatre infections peuvent être facilement et rapidement guéries. Les quatre IST restantes sont, elles, d’origine virale :

Celles-ci sont généralement plus difficiles à guérir (voire impossibles dans certains cas).

Comment peut-on détecter une IST ?

Parce que la plupart des IST ne s’accompagnent pas de symptômes visibles, on peut être porteur d’un virus, d’une bactérie ou d’un parasite sans même le savoir. Se faire dépister permet donc de connaître son statut, de bénéficier, si nécessaire, d’une prise en charge adaptée et d’éviter la transmission de (ou des) maladie(s).

Différents tests de dépistage peuvent ainsi être proposés en fonction de l’IST suspectée : prise de sang, examen clinique des organes génitaux, analyse d’urines ou encore prélèvements locaux à l’aide d’un coton tige. Tous ces examens sont indolores et permettent d’établir un diagnostic rapide.

À l’issue de ces tests et en fonction des résultats obtenus, le patient peut bénéficier d’une prise en charge optimale et réduire ainsi le risque de transmission à ses partenaires.

Le dépistage des IST peut être source d’inconfort pour de nombreuses personnes. Si vous ressentez de la gêne ou de la honte, sachez qu’il n’y a aucune inquiétude à avoir : les médecins qui pratiquent ces examens sont expérimentés et à l’écoute des besoins de chaque patient.

Chez LIVI, tous les médecins sont inscrits au CNOM (Conseil National de l’Ordre des Médecins) et sont formés pour proposer une prise en charge personnalisée, rapide et efficace.

Où peut-on obtenir un test de dépistage ?

Quelles que soient les IST, les tests de dépistage sont, la plupart du temps, prescrits par un médecin généraliste ou un spécialiste (gynécologue, urologue). Les sages-femmes peuvent elles aussi prescrire des tests de dépistage des IST.

La téléconsultation facilite l’accès aux soins pour les patients ne pouvant pas se déplacer chez leur médecin ou dont le médecin traitant n’est pas disponible. Ainsi, vous pouvez tout à fait consulter un médecin à distance dans le cadre d’un dépistage d’IST.

Si vous avez eu des rapports non protégés et que vous présentez des symptômes similaires à ceux précédemment cités, vous pouvez demander un avis médical en utilisant l’application Livi. Une fois votre compte patient créé, un médecin vous rappelle dans les minutes qui suivent et procède à un examen clinique, à l’issue duquel il pourra vous prescrire un test de dépistage pour établir un diagnostic. Le test s’effectue généralement en laboratoire de ville ou à l’hôpital.

Si vous ne présentez pas de symptômes mais que vous pensez avoir eu des rapports à risques, les recommandations sont identiques : consultez votre médecin traitant dans les plus brefs délais.

Sachez également que vous pouvez contacter les Centres Gratuits d’Information, de Dépistage et de Diagnostic (CeGIDD) ainsi que les Centres de Planification et d’Éducation Familiale (CPEF) qui sont eux aussi en mesure de vous prescrire un test de dépistage.

Quand doit-on se faire dépister ?

S’il est important de procéder régulièrement à des dépistages afin d’éviter tout risque de complication et/ou de transmission, certaines situations l’exigent de façon systématique :

En cas de rapport(s) sexuel(s) non protégé(s) (accident ou arrêt du préservatif, changement de partenaire, entre autres)
En début de grossesse : le dépistage du VIH et de la syphillis sont vivement conseillés car il existe en effet un risque de transmission entre la mère et son enfant.

En cas de doute, il ne faut pas oublier qu’un grand nombre d’IST se soignent facilement et rapidement. D’où l’intérêt d’avoir recours à un test de dépistage dès lors que la situation le justifie.

De manière générale, au moindre doute ou symptôme alarmant (douleurs, démangeaisons, rougeurs) il est vivement recommandé de contacter un médecin. Si votre médecin traitant n’est pas disponible ou que vous rencontrez des difficultés d’accès aux soins, vous pouvez contacter un télémédecin via l’application Livi. L’important étant de bénéficier d’une prise en charge rapide et adaptée.

Le dépistage des IST est-il remboursé par l’Assurance Maladie ?

Oui, il est pris en charge à 100% par la Sécurité Sociale dès lors que vous êtes muni(e)s d’une prescription médicale lorsque vous vous rendez au laboratoire d’analyses.

Si vous n’avez pas d’ordonnance, le test ne pourra pas vous être remboursé et vous sera facturé aux alentours des 20€ si vous résidez en France métropolitaine.

Mis en ligne le:
28 mai 2020

Autres articles