Livi-logo
Livi-logo

SANTÉ DES FEMMES

Qu’est-ce que le Traitement Hormonal Substitutif (THS) ?

Dernière mise à jour le:
Conseil médical validé par :
Direction médicale de Livi France
Traitement Hormonal Substitutif de la ménopause

Besoin d'un avis médical ?

Consulter un médecin

Couverture médiatique, recherches scientifiques poussées, libération de la parole : la ménopause est aujourd’hui un sujet plus librement abordé dans notre société. Cependant, les solutions pour en soulager les symptômes, dont le traitement hormonal de substitution (THS), restent méconnues.

Utilisé par 5 millions de femmes en Europe, le THS permet de traiter les symptômes de la ménopause tels que la sécheresse vaginale, les bouffées de chaleur ou les troubles du sommeil. La ménopause est une conséquence naturelle du vieillissement chez la femme, et correspond à une baisse des taux d’œstrogènes et de progestérone. Les symptômes de la ménopause peuvent être nombreux et affecter non seulement la santé mentale et physique, mais aussi la vie professionnelle et sociale. Lorsque les désagréments sont sévères, la prise d’un THS peut améliorer les symptômes de la ménopause, et donc la qualité de vie.

Qu’est-ce que le THS ?

Le traitement hormonal de substitution est un traitement couramment utilisé contre les symptômes de la ménopause. Ce traitement agit en remplacement des principales hormones féminines fabriquées par les ovaires, les œstrogènes et la progestérone, dont le taux se met à baisser naturellement à cause du vieillissement cellulaire.

Quels sont les signes qui indiquent que j’ai besoin d’un THS ?

Lors de la ménopause, l’intensité des symptômes est variable, et beaucoup de femmes n’ont pas besoin de traitement. Toutefois, il peut être proposé lorsque les symptômes deviennent sévères et altèrent la qualité de vie.

Le THS peut agir sur certains ou l’ensemble des symptômes de la ménopause :

Un médecin pourra également vous conseiller un THS dans les cas suivants :

  • vous avez moins de 50 ans et vous présentez des symptômes de ménopause : la ménopause précoce touche environ 5 % des femmes ;
  • vous développez des symptômes de ménopause avant l’âge de 40 ans : ce phénomène appelé insuffisance ovarienne précoce (IOP) touche environ 1 % des femmes ;
  • vous êtes ménopausée et présentez des risques d’ostéoporose (maladie entraînant l’altération et la diminution de la densité des os, les rendant plus fragiles et à risque de fractures) ou une contre-indication aux traitements et à la prévention de l’ostéoporose.

Quels sont les différents types de THS ?

Il existe deux types de THS :

  1. le THS combiné : il s’agit d’une association d’œstrogènes (qui agit sur les symptômes et prévient l’ostéoporose) et de progestérone (qui permet de diminuer le risque de cancer de l’utérus) ; il n’est pas indiqué si vous avez subi une hystérectomie (une intervention qui consiste à retirer l’utérus) ;
  2. les œstrogènes seuls : ce type de THS contient uniquement des oestrogènes.

Il existe plusieurs façons de prendre un THS, le traitement sera décidé par le médecin en fonction de vos besoins et des possibilités liées à votre état de santé.

Pour traiter les symptômes de façon globale, on utilisera plus spécifiquement les oestrogènes sous forme de :

  • comprimés ;
  • gel à appliquer sur la peau ;
  • patchs transdermiques.

Les progestatifs seront pris sous forme de comprimés. Il existe également des comprimés pour le THS combiné.

Pour traiter les symptômes de la sécheresse vaginale, les oestrogènes sont utilisés en traitement local par voie vaginale : ils se présentent sous une forme de crème, d’ovule ou d’anneau vaginal.

Comment débuter un THS ?

Si les symptômes de la ménopause affectent votre quotidien, il est important d’en parler à un médecin. Celui-ci choisira le type de THS le mieux adapté en fonction de vos symptômes.

En règle générale, il n’est pas nécessaire de réaliser des tests pour confirmer une ménopause. Cependant, dans certaines situations, notamment en cas de suspicion de ménopause précoce ou si vous présentez des facteurs de risques particuliers, des bilans vous seront probablement proposés afin de confirmer le diagnostic et de déterminer si d’autres affections se cachent éventuellement derrière vos symptômes.

Avant de débuter un THS, un interrogatoire poussé et un examen clinique complet restent nécessaires, ainsi que la réalisation d’une mammographie.

Le THS peut agir dès le début du traitement. Certaines femmes se sentent mieux très rapidement, tandis que d’autres doivent patienter un peu plus longtemps pour en observer les effets. La dose peut être adaptée de sorte à ce que le traitement soulage vos symptômes sans provoquer trop d’effets secondaires.

Puis-je prendre un THS à vie ?

Actuellement, la Haute Autorité de Santé (HAS) recommandent l’utilisation de doses faibles sur une période de 2 à 3 ans maximum. Mais le traitement se définit de façon individuelle, et si les bénéfices l’emportent sur les risques, il est possible de prolonger sa prise sur avis médical.

Quels sont les avantages du THS ?

Soulagement des symptômes de la ménopause

Le THS est le moyen le plus efficace de soulager les symptômes invalidants de la ménopause notamment les bouffées de chaleur, la sécheresse vaginale et les symptômes sexuels, mais ce traitement réduit également l’impact d’autres symptômes, par exemple sur la qualité du sommeil, sans doute grâce à la réduction des bouffées de chaleur nocturnes, ou encore sur les troubles de l’humeur. À plus long terme, l’effet bénéfique des estrogènes sur la sphère uro-génitale pourrait jouer un rôle dans la prévention de l’apparition de prolapsus (descente d’un organe) et de l’incontinence urinaire chez la femme ménopausée.

Santé osseuse

Le THS peut également être bénéfique pour la santé osseuse : il peut prévenir l’ostéoporose, fréquente après la ménopause du fait de la diminution de la masse osseuse suite à la baisse du taux d’œstrogènes.

Y a-t-il des risques associés à la prise d’un THS ?

Malgré ses avantages, il est également important d’avoir connaissance des risques inhérents à la prise d’un THS, risques qui peuvent varier d’une personne à l’autre.

Cancer du sein

  • Les études montrent que le THS combiné augmente légèrement le risque de cancer du sein (principalement dû aux progestatifs).
  • En revanche, un THS à base d’œstrogènes seuls est associé à un risque moins élevé de cancer du sein.

Les risques de cancer du sein augmenteraient proportionnellement à la durée de prise du THS, et ils sont plus élevés si le traitement est administré pendant plus de 5 ans. Le risque diminue cependant rapidement après l’arrêt du THS.

Cancer de l’endomètre (muqueuse interne de l’utérus)

  • Les études montrent une augmentation du risque de cancer de l’endomètre lors de l’administration d’un THS à base d’oestrogène seuls. Le risque est diminué lors de l’ajout d’un progestatif.
  • Le THS avec des oestrogènes seuls est donc réservé aux femmes ayant subi une hystérectomie.

Cancer de l’ovaire

  • Le THS augmente le risque de cancer de l’ovaire lors de l’utilisation d’un THS, que ce soit en traitement combiné ou en traitement par oestrogènes seuls, notamment lorsque la durée de traitement dépasse 5 ans.

Le risque diminuerait progressivement après l’arrêt du traitement.

Thromboses

  • Il existe une augmentation importante du risque d’accident thromboembolique (formation d’un caillot dans les veines à l’origine d’une phlébite et/ou d’une embolie pulmonaire) si l’on présente des facteurs de risque.
  • Le risque de thrombose n’est cependant pas majoré avec le THS en gel ou en patch.

Santé cardio-vasculaire

  • L’augmentation des risques vasculaires (infarctus, accidents vasculaires cérébraux) dépend des facteurs de risque, des produits utilisés et de la durée de prise du THS. Le risque est dû aux oestrogènes administrés par voie orale.

Si vous vous inquiétez des risques, n’hésitez pas à en parler avec votre gynécologue ou médecin traitant.

Le THS est contre-indiqué dans les cas suivants :

  • vous avez des antécédents de cancer du sein, de l’ovaire ou de l’utérus ;
  • vous souffrez d’une hypertension artérielle non traitée ou non contrôlée malgré un traitement ;
  • vous avez des antécédents de thrombose ;
  • vous souffrez d’une maladie du foie ;
  • vous présentez des saignements gynécologiques dont le diagnostic n’a pas été établi ;
  • vous êtes enceinte.

Quels sont les éventuels effets secondaires du THS ?

Lorsque vous commencez à prendre un THS, vous pouvez développer des effets secondaires liés aux œstrogènes et à la progestérone, notamment :

Les effets secondaires du THS se dissipent généralement au bout de quelques semaines. Si ce n’est pas le cas au bout de 3 mois ou que les symptômes sont trop invalidants, le médecin pourra vous suggérer un traitement alternatif ou l’arrêt du traitement.

Comment arrêter un THS ?

Si vous pensez à arrêter le THS, votre médecin pourra vous conseiller de réduire progressivement votre dose ou d’arrêter immédiatement la prise du traitement. Il est impératif de demander un avis médical avant de modifier, d’arrêter ou de reprendre tout traitement.

Quelles sont les alternatives au THS ?

La ménopause, bien que naturelle, peut être vécue de manière très différente en fonction de chaque femme. Elle est la source de symptômes parfois invalidants et peut également être la source d’une souffrance psychologique. Il est important de ne pas hésiter à aborder le sujet avec votre médecin traitant ou avec un psychologue si vous ressentez de la souffrance en lien avec cette période de votre vie.

De plus, si vous ne voulez ou ne pouvez pas prendre de THS, il existe des mesures simples à mettre en place pour vous aider à gérer les symptômes gênants.

Les médecins sur Livi recommandent les bonnes habitudes suivantes.

1. Adaptations de l’hygiène de vie

Avoir une hygiène de vie saine est primordial pour de multiples raisons, et peut également vous aider à soulager les symptômes d la ménopause, notamment :

  • avoir une activité physique régulière ;
  • avoir une alimentation saine et diversifiée, riche en calcium et en vitamine D ;
  • réduire sa consommation de sucre, de caféine et d’alcool ;
  • arrêter de fumer.

2. Psychothérapie

Si vous avez du mal à gérer les symptômes psychologiques de la ménopause, la thérapie comportementale et cognitive (TCC) est une forme de psychothérapie qui peut vous aider à développer des méthodes pratiques pour gérer les problèmes. Elle permet également de trouver des stratégies pour faire face à l’anxiété, la déprime et le stress qui accompagnent parfois la ménopause.

Des données indiquent également que la TCC peut vous aider à prendre en charge les sueurs nocturnes, les bouffées de chaleur, les troubles du sommeil et l’insomnie.

3. Les traitements non hormonaux

Il existe des traitements non hormonaux qui peuvent être bénéfiques et entraîner une amélioration des symptômes :

  • la phytothérapie ;
  • l’homéopathie ;
  • certains oligoéléments et vitamines ;
  • la bêta-alanine ;
  • certains compléments alimentaires.

Si vous recherchez d’autres options pour traiter vos symptômes de ménopause, vous entendrez sans doute aussi parler des hormones bio-identiques ou « naturelles », ou encore du THS bio-identique. Ce sont des hormones qui ressemblent aux hormones fabriquées naturellement par notre organisme, en particulier la progestérone. Ces hormones sont d’origine végétale.

Cependant, il est important de noter que la Haute autorité de santé (HAS) a mis en garde contre ces traitements ainsi que les composant qui contiennent des oestrogènes végétaux (phyto-oestrogènes) car ils n’ont pas encore été assez étudiés pour établir s' ils sont dangereux pour l’organisme ou non.

Quand consulter au sujet du THS ou des symptômes de la ménopause ?

Si vous présentez des symptômes de ménopause ou de pré-ménopause qui affectent votre quotidien, prenez rendez-vous avec votre médecin traitant, votre gynécologue, ou si ces derniers ne sont pas disponibles, avec un médecin sur Livi.

Il est également préférable de consulter un médecin dans les cas suivants :

  • vous avez des saignements après la ménopause ;
  • vous vous sentez déprimée ou souffrez de symptômes dépressifs ;
  • vous avez du mal à dormir.

Obtenir de l'aide pour un problème gynécologique

Vous souffrez d'un problème gynécologique ? Sur Livi, obtenez de l'aide d'un médecin généraliste ou d'un gynécologue. Consultez en ligne depuis votre ordinateur ou depuis l'application Livi.
Consulter un gynécologue

Autres articles

brulure estomac grossesse

Besoin de conseils et d'astuces santé ?

Une fois par semaine, recevez des informations de qualité pour prendre soin de votre santé.