Téléchargez LIVI Téléchargez LIVI

Dépression : causes et traitement

Plus d'énergie, diminution de l’estime de soi et perte d'enthousiasme pour vos activités favorites depuis maintenant plusieurs semaines? Vous souffrez peut être de dépression.

La dépression correspond à un syndrome dépressif qui se prolonge. Nous sommes tous susceptibles d’en être atteint.

Environ un français sur cinq présentera un ou plusieurs épisodes dépressifs au cours de sa vie.

Le diagnostic de dépression répond à des critères précis établis par les sociétés savantes de la médecine psychiatrique. Pour que le diagnostic soit affirmé, il faut présenter, pendant plus de deux semaines, deux des trois symptômes principaux et deux des sept symptômes secondaires.

Symptômes principaux :

  • humeur dépressive à un degré nettement anormal, présente pratiquement toute la journée et presque tous les jours, dans une large mesure non influencée par les circonstances, et persistant pendant au moins 2 semaines
  • diminution marquée de l’intérêt ou du plaisir pour des activités habituellement agréables
  • réduction de l’énergie ou augmentation de la fatigabilité.

Symptômes secondaires:

  • perte de la confiance en soi ou de l’estime de soi
  • sentiments injustifiés de culpabilité ou culpabilité excessive et inappropriée
  • pensées récurrentes de mort, ou idées suicidaires récurrentes, ou comportement suicidaire
  • diminution de l’aptitude à penser ou à se concentrer (ressenti ou remarquer par les autres), se manifestant, par exemple, par une indécision ou des hésitations
  • modification de l’activité physique et psychique, caractérisée par une agitation ou un ralentissement (signalés ou observés)
  • perturbation du sommeil de n’importe quel type
  • modification de l’appétit (diminution ou augmentation) avec variation de poids correspondante.

L’épisode dépressif peut également se manifester par des douleurs et plaintes diverses répétées ainsi que par des troubles de la sexualité.

Il existe plusieurs stade de dépression en fonction de l’intensité des symptômes :

  • épisodes dépressif léger: vous vous sentez déprimé, fatigué, perdez l’intérêt pour vos activités favorites mais vous conservez la capacité de travailler et votre sociabilité
  • épisodes dépressif modéré: vous êtes accablé et il vous devient difficile d’assurer vos obligations professionnelles, amicales et familiales.
  • épisode dépressif sévère: vous avez du mal à vous alimenter et présentez des idées suicidaires

La dépression peut être réactionnelle à un événement de vie négatif (décès, séparation) ou pas (un déménagement, le fait de devenir parent). Ces évènements ont cependant en commun d’être une source de changement et de stress.

La dépression peut également apparaître spontanément ou la cause peut ne pas être retrouvée. Il existe un caractère héréditaire de la dépression ainsi qu’une susceptibilité individuelle à la dépression, un même événement traumatisant n’aura pas les mêmes conséquences chez deux individus différents.

Au niveau cérébral, lors d’épisodes dépressifs, une insuffisances de certains neuromédiateurs (substances permettant la communication entre cellules nerveuses) comme la sérotonine est constatée. Par ailleurs, le cortisol, hormone du stress, serait anormalement augmentée avec pour conséquence la destruction de cellules au niveau de l’hippocampe, région du cerveau impliquée dans les émotions et les facultés intellectuelles.

Il existe des dépressions dites secondaires survenant dans un contexte de maladies cardiovasculaires, neurologiques, endocrinienne ou encore psychiatriques autres que la dépression. Pour cette raison, il est indispensable de bénéficier d’un interrogatoire et d’un examen clinique approfondi lors de la survenue d’un épisode dépressif.

La prise en charge de la dépression comprend un volet psychologique, plus ou moins un volet médicamenteux. Dans tous les cas un suivi régulier par votre médecin généraliste, psychologue ou psychiatre s’impose.

En cas d’épisode léger, une prise en charge par psychothérapie seule et adaptée est recommandée dans un premier temps.

En cas d’épisode modéré, à la prise en charge psychologique peut s’associer un traitement antidépresseur. En cas d’épisode sévère, un traitement antidépresseur sera instauré et une éventuelle hospitalisation sera discutée.
Cette prise en charge de première intention sera réévaluée au bout de quatre à six semaines, d’autres mesures thérapeutiques pourront alors être prise comme une hospitalisation, un traitement par électrochocs.
Dans certains cas de risque suicidaire important, l’hospitalisation peut être imposée d’emblée.

Traitement antidépresseur, ce qu’il faut savoir :

  • Son délai d’action est de 3 à 5 semaines, c’est pourquoi il est souvent associé à un traitement anxiolytique pendant les 4 premières semaines.
  • Il devra être poursuivi au minimum 6 mois afin de minimiser le risque de rechute.
  • Certains antidépresseurs entraînent des effets secondaires mais ceux-ci ont tendance à s’atténuer dans le temps
  • Son arrêt doit être très progressif.

Quelques conseils de bon sens pour prévenir la dépression en plus de tout traitement prescrit par un professionnel de santé :

  • respecter votre rythme de sommeil
  • pratiquer une activité physique régulière
  • éviter la consommation d’alcool et autres substances toxiques
  • conserver une activité sociale régulière
  • poursuivre vos activités de loisirs

Nous pouvons tous souffrir d’un syndrome dépressif léger mais sa durée ne doit en aucun cas excéder deux semaines. Dès que cette durée limite est dépassée où que les symptômes deviennent handicapant, consultez au plus vite!

Consultez en urgence en cas :

  • de symptômes sévères d’emblée avec incapacité d’assurer vos soins d’hygiène, votre alimentation, et autres obligations, professionnelles par exemple
  • d’idées suicidaires
  • de délires ou hallucinations accompagnant l’épisode dépressif

Les enfants, mais surtout les adolescents peuvent également souffrir de dépression avec les mêmes symptômes que les adultes.

En fonction de l’âge, le syndrome dépressif peut présenter des particularités. Il se traduit plus facilement par de l’agressivité et du repli sur soi. Les enfants se plaignent quasi systématiquement de douleur de ventre associées aux autres symptômes. Chez les adolescents, la dépression interfère souvent dans la scolarité et a un fort retentissement sur le sommeil. Ils peuvent parfois avoir des comportements excessifs avec abus d’alcool et autres toxiques.

La dépression présente un caractère héréditaire et les enfants de parents dépressifs ont de plus grandes chances de présenter un épisode précoce.

Par ailleurs, la dépression est souvent due à l'environnement de l'enfant et il est important d'identifier les problèmes en cause pour mieux les résoudre.

Ce que vous pouvez faire pour vos enfants en cas de dépression :

  • être à leur écoute et les adresser en consultation
  • identifier les causes de dépression et les évincer si possible
  • réduire les sources de stress
  • les inciter à maintenir une activité physique régulière
  • Les aider à maintenir une hygiène de vie correcte, en particulier au niveau du sommeil et de l’alimentation

Les enfants et adolescents doivent également bénéficier d’une aide psychologique, de thérapie cognitivo-comportementale. Le recours à un traitement médicamenteux antidépresseurs est possible si nécessaire, il doit cependant toujours être associé à la prise en charge psychologique.

Les médecins sur LIVI peuvent à l’aide d’outils, comme des questionnaires spécifiques, établir le diagnostic de dépression.

Ils vous orienteront en consultation physique afin qu’une prise en charge adaptée soit mise en place. Les médecins sur LIVI peuvent également renouveler votre traitement antidépresseur habituel uniquement en cas d’absence de votre médecin traitant.

Haute Autorité de Santé : Recommandations Dépression

Vidal : Prise en charge de la dépression

[Information en santé : dossier "Depression"](https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/depression "Information en santé : dossier "Depression"")

Mis en ligne le :
11 août 2019
Rédigé par :
Dr. Céline Guyomar,