La syphilis: symptômes, causes et traitements

La syphilis est une infection bactérienne à treponema pallidum. Sa transmission par voie sexuelle lui donne le statut d’infections sexuellement transmissibles (IST).

Elle peut également se transmettre de la mère à l’enfant au cours de la grossesse et plus rarement au moment de l’accouchement.

Maladie historique, introduite en Europe du nouveau monde par les hommes d'équipage de Christophe Colomb et disséminée en Europe par les Mercenaires, différents noms lui ont été donnés (mal de Naples, grande vérole…) jusqu’à ce que la dénomination syphilis soit arrêtée au XVIIIè siècle.

En raison de présentations cliniques très variables pouvant évoquer d’autres maladies, la syphilis fut surnommée la “grande simulatrice”. Elle évolue classiquement en trois phases, primaire, secondaire et tertiaire, parfois sur des dizaines d’années car elle sait se faire discrète. Sa gravité est liée à ses possibles localisations au niveau du cerveau ou de l’oeil et à l’atteinte du nouveau né.

Alors qu’on la croyait maîtrisée, on assiste depuis les années 2000 en France, à une nouvelle augmentation des cas de syphilis, tout particulièrement dans la population des hommes homosexuels. La syphilis favorise la transmission du VIH au travers de ses lésions cutanées, porte d’entrée idéale du virus. Lorsque le diagnostic de syphilis est confirmé, il est indispensable d’en informer tous les partenaires sexuels afin qu’ils puissent être dépistés et traités si besoin.

Le dépistage de la syphilis s’effectue grâce à une prise de sang, il est recommandé:

  • chez les hommes homosexuels,
  • chez les travailleurs du sexe,
  • chez les personnes aux antécédents d’autres IST (dont le VIH),
  • chez les personnes ayant des rapports avec plusieurs partenaires dans l’année,
  • chez les victimes de viol,
  • chez les prisonniers.

Le dépistage est obligatoire lors de la première prise de sang en cas de grossesse.

L’infection est actuellement classée en forme précoce (<1an) et tardive (>1 an), classification préférée aux anciennes syphilis primaire, secondaire, tertiaire.

Syphilis Précoce (< 1 an)

Environ 3 semaine après la contamination par la bactérie, apparaît une ulcération cutanée ou muqueuse, appelée chancre, caractérisant la phase de syphilis primaire. Cette perte de substance cutanée est classiquement superficielle, propre, dure et indolore, ce qui peut la conduire à passer inaperçue. Le chancre peut siéger au niveaux des organes génitaux, pénis (gland, prépuce ou verge) et testicules chez l’homme, vulve, vagin et col de l’uterus chez la femme. Il peut également être localisé au niveau de l’anus et du rectum ou encore de la bouche (lèvres et cavité buccale).
Il est associé à des ganglions non douloureux dont la localisation dépend de celle de l’ulcération.

Le chancre et les ganglions disparaissent spontanément en 3 à 6 semaines pour laisser place à la phase secondaire de la maladie. Elle débute le plus souvent vers la 6ème semaine après le chancre, mais attention celle-ci peut apparaître à distance, jusqu’à 1 an après!

Les symptômes les plus fréquents de la phase secondaire sont cutanés. Ils débutent par une éruption de taches roses au niveau de la peau du tronc, persistant 1 à 2 mois avant de disparaître spontanément. Ensuite, des lésions brunâtres, appelées syphilides, peuvent être observées au niveau de la peau des mains et des pieds, évoluant sur plusieurs mois. Elles sont contagieuses en cas de plaie à leur niveau. Enfin, surviennent des plaques au niveau des muqueuses de la bouche et des organes génitaux qui sont très contagieuses. Plus rarement, __une perte de cheveux peut s’associer à ces lésion__s.

En dehors de la peau, la syphilis secondaire peut toucher les yeux (inflammation de l‘uvée et de la rétine), l’ensemble des ganglions, mais également tous les autres organes (foie, articulations, rein, etc).
Une phase latente sans symptôme fait suite à la syphilis secondaire. Elle se prolonge en début de syphilis tardive.

La syphilis tardive (>1 an):

Passée la phase de latence initiale dont la durée est variable, survient la syphilis dite tertiaire. Cette dernière phase est heureusement devenue rarissime à l’heure actuelle. Elle se manifeste par des lésions des vaisseaux et des os, des lésions spécifiques de la peau appelées gommes.

Au stade secondaire et tertiaire, la syphilis peut atteindre le système nerveux, on parle de neurosyphilis. Ainsi, au stade secondaire, elle peut être responsable d’une méningite et de déficits nerveux localisés. Les manifestations neurologiques du stade tertiaire, à type de démence et troubles psychiatriques, sont devenus exceptionnels en France.

Focus sur la syphilis congénitale:

On parle de syphilis congénitale en cas de transmission de la maladie de la mère à l’enfant pendant la grossesse au travers le placenta ou plus rarement au moment de l’accouchement lorsque des lésions cutanées sont présentes. Elle est source de fausses couches, de mort in utero, de prématurité, d’une augmentation de mortalité après la naissance et du développement d’une syphilis avec ses complications chez l’enfant contaminé.

la syphilis résulte de l’infection par une bactérie: treponema pallidum.
L’homme est l'hôte unique de la bactérie.

La maladie se transmet au cours de rapports sexuels: sexe-bouche, pénétration anale et vaginale, voir au cours d’un simple baiser en cas de lésion intra buccale. Lors d’un rapport non protégé avec une personne contaminée, le risque de développer la maladie est de 30%.

Le chancre est la traduction de la multiplication de la bactérie au niveau de sa porte d’entrée. La syphilis secondaire est liée au passage dans le sang de la bactérie.

Il n’y a pas d’immunité à vie contre la syphilis et une recontamination est possible.

Le traitement repose sur la prescription d’antibiotiques injectables type penicilline G. Le nombre d’injection dépend du stade de la syphilis.
En cas d’allergie à la penicilline, d’autres traitements antibiotiques sont envisagés (doxycycline, ceftriaxone ou azythromycine).
L’utilisation d’un préservatif est indispensable jusqu’à guérison totale des lésions.

La prévention de la syphilis:

Elle repose sur la limitation de la transmission par l’utilisation de préservatifs lors des rapports sexuels et par le dépistage des personnes à risque. Il n’existe pas de vaccin contre la syphilis.

Le saviez vous: les préservatifs sont désormais remboursés sur prescription médicale.

Nous vous conseillons de consulter pour un dépistage de la syphilis si:

  • vous êtes un homme homosexuel,
  • vous êtes travailleurs du sexe,
  • vous avez une autre infection sexuellement transmise (gonococcie, chlamydiose, VIH, hépatite B…),
  • vous fréquentez les travailleurs du sexe,
  • vous avez eu plusieurs partenaires dans l’année
  • vous avez été victime de viol.

Nous vous conseillons de consulter un médecin rapidement en cas d’apparition:

  • d’une ulcération génitale, anale ou de la bouche,
  • en cas d'éruption cutanée,
    ) de rapport à risque avec une personne porteuse de la syphilis.

Nos médecins Livi peuvent intervenir en prévention de la syphilis, en vous prescrivant un bilan de dépistage et en vous conseillant.
Ils peuvent faire le diagnostic de syphilis devant des lésions typiques mais la prise en charge et le traitement de la syphilis nécessite une consultation physique. Ils vous réorienterons alors vers une prise en charge spécialisée.

Mis en ligne le:
20 mai 2020
Conseil médical validé par:
Dr. Céline Guyomar,