L’hépatite B: causes et traitements

L’hépatite B est une infection virale du foie. Le virus responsable de la maladie s’appelle tout simplement le virus de l’hépatite B (VHB).

Il peut être transmis par le sang et les sécrétions corporelles (salive, sécrétions vaginales et sperme). Sa transmission par voie sexuelle conduit l’hépatite B à être classée parmi les infections sexuellement transmissibles (IST). Cela ne doit pas faire oublier les autres voies de contamination que sont le partage d’objets du quotidien (brosses à dents, coupe-ongles rasoirs), les seringues ou aiguilles contaminées (usagers de drogues, tatouage, piercing), la transmission mère enfant au moment de l’accouchement.

En France, environ 280 000 personnes seraient porteuses d’une hépatite B chronique. Toujours dans notre pays, chaque année 1500 personnes mourraient des suites de cette infection. Dans le Monde, 350 millions de personnes seraient touchée par la maladie, jusqu’à 10% de la population adulte en Afrique sub-saharienne et en Asie du sud-est!

Une fois le virus dans l’organisme, l’hépatite B évolue vers une forme chronique chez seulement 5% des adultes. Mais ce taux peut atteindre les 95% lorsque l’infection survient chez l’enfant ou le nouveau né.
L’hépatite B chronique détruit lentement et silencieusement la structure du foie pouvant mener à l’apparition d’une cirrhose ou d’un cancer.

Il n’existe pas de traitement guérissant cette maladie. Les médicaments antiviraux visent à ralentir son évolution. En revanche, le vaccin contre l’hépatite B est très efficace et permet de prévenir l’infection.

La recherche d’une hépatite B est recommandée:

  • Lorsque l’on vient d’une zone d’endémie,
  • Chez l’entourage proche d’une personne porteuse du VHB,
  • Chez les usagers de drogues par voie intraveineuse ou intranasale,
  • Chez les personnes ayant d’autres infections sexuellement transmissibles (VIH, VHC).

L’hépatite B aiguë est le plus souvent asymptomatique. Lorsqu’elle se manifeste, une fatigue et une coloration jaune orangée de la peau et des yeux, appelée communément jaunisse, sont présentes. Elles peuvent s’accompagner d’une perte d’appétit et d’une douleur au niveau du foie, en haut à droite du ventre, de fièvre ou encore de courbatures. L’hépatite aiguë dure environ 2 semaines. Elle guérit spontanément dans 90 à 95% des cas à l’âge adulte MAIS dans seulement 5 à 10% des cas chez l’enfant.

Le principale risque de l’hépatite aiguë est son évolution vers une forme rare mais très grave, appelée hépatite fulminante, pouvant nécessiter une greffe de foie en urgence. Passée la forme aiguë, lorsque le virus reste dans l’organisme, l’hépatite est dite chronique.

Les hépatites chroniques évoluent le plus souvent à bas bruit pendant plusieurs années avant que ne surviennent les complications liées à la destruction progressive du foie: cirrhose ou cancer. Attention, certains porteurs chroniques du virus sont totalement asymptomatiques mais n’en restent pas moins contagieux, d’où l’importance du dépistage systématique chez les personnes à risque.

L’hépatite B est une maladie du foie secondaire à une infection par le virus de l’hépatite B. Ce virus a une attirance particulière pour l’organe le plus volumineux du corps humain. Sa présence entraîne plus ou moins une réaction de destruction des cellules du foie conduisant celui-ci à ne plus pouvoir assurer ses fonctions.

Les réactions de défenses du corps humain contre le virus sont différentes d’une personne à l’autre ce qui explique les tableaux variés d’hépatite aiguë, d’hépatite chronique et les porteurs asymptomatiques.

Le foie est un organe vitale. Il assure de nombreuses fonctions dont les principales sont:

  • Le stockage et la répartition des nutriments issus de la digestion,
  • La détoxification de l’organisme avec la dégradation de substances toxiques autoproduites par le corps humain ou externe comme par exemple l’alcool,
  • La fabrication de la plupart des protéines du sang,
  • La production de bile, liquide indispensable à la digestion des graisses.

L’hépatite B nécessite toujours une prise en charge initiale et un suivi spécialisée par des médecins spécialistes du foie et des maladies infectieuses.

A la phase aiguë:
Le seul traitement est le repos. Il faut éviter d'ingérer tout ce qui pourrait nuir au foie (alcool, médicaments potentiellement toxiques pour le foie). Une surveillance rapprochée est effectuée à l’aide de prises de sang régulières permettant d'évaluer la fonction du foie. En cas d'évolution vers une hépatite fulminante, un traitement antiviral est administré et une greffe de foie est envisagée.

A la phase chronique:
On ne guérit pas l’hépatite B (contrairement à son homologue C).
Le traitement antiviral a pour but de retarder l’évolution vers une cirrhose ou un cancer et de limiter la transmission. Son efficacité dépend de la phase de l’hépatite au moment de son introduction, c’est pourquoi sa prescription répond à des critères cliniques et biologiques bien définis. Il fait appel à des catégories de médicaments spécifiques que sont les interférons et les analogues nucléotidiques. Toute substance ayant un effet délétère sur le foie (alcool, médicaments avec toxicité sur le foie) est à éviter. L’hépatite chronique nécessite un suivi médicale régulier au long cours.

La prévention de l’hépatite B repose sur la vaccination et la limitation des voies de transmission par:

  • l’utilisation de préservatifs lors des rapports sexuels,
  • l’utilisation de matériel d’injection à usage unique pour les usagers de drogue intra veineuses,
  • l’utilisation de matériel à usage unique ou stérile lors de la réalisation de tatouage et piercing,
  • le dépistages des dons de sang.

Le saviez vous: les préservatifs sont désormais remboursés sur prescription médicale.

Focus sur la vaccination:

La vaccination contre l’hépatite B est obligatoire, en France, pour tous les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018, et recommandée chez les enfants et les adolescents jusqu’à l’âge de 15 ans, ainsi que chez les personnes exposées au virus.

Elle comprend pour les nourrissons 3 doses à l’âge de 2 mois, 4 mois et 11 mois, pour les adultes, les adolescents et les enfants, 3 doses en respectant un intervalle d’un mois entre la 1ère et la 2ème dose, un intervalle de 6 mois entre la 2ème et la 3ème dose.

Nous vous conseillons de consulter en prévention ou pour un dépistage de l’hépatite B si:

  • vous n’êtes pas vacciné et que vous souhaitez vous rendre dans une région du monde avec une prévalence de la maladie importante,
  • vous n’êtes pas vacciné et que vous revenez d’une zone d’endémie,
  • vous êtes proche d’une personne porteuse du VHB,
  • vous êtes usager de drogues par voie intraveineuse ou intranasale,
  • vous avez d’autres infections sexuellement transmissibles (VIH, VHC).

Nous vous conseillons de consulter un médecin rapidement en cas d’apparition de signe d’hépatite:

  • fièvre, courbature, asthénie,
  • jaunisse (coloration jaune de la peau et du blanc des yeux),
  • urines très foncées associée à des selles décolorées,
  • douleur en haut à droite du ventre.

Nous vous conseillons de consulter en urgences en cas de:

  • jaunisse importante et prolongée,
  • apparition de saignements anormaux,
  • trouble du sommeil,
  • apparition d’une confusion, de somnolence.

Nos médecins Livi peuvent intervenir en prévention de l’hépatite B, en vous prescrivant le vaccin et en vous conseillant. Ils peuvent également vous prescrire un test de dépistage en l’absence de signes cliniques. Si des signes cliniques d’hépatite sont présents, ils vous reorienterons vers une consultation physique pour une prise en charge spécialisée.

Mis en ligne le :
19 mai 2020
Conseil médical validé par :
Dr. Céline Guyomar,