Livi-logo
Télécharger
Accueil
Le spotting : de quoi s’agit il et comment l’arrêter ?

Le spotting : de quoi s’agit-il et comment l’arrêter ?

Spotting
Dernière mise à jour le:
jeu. 9 sept. 2021
Qu’est-ce que le spotting, quelles en sont les causes et quand faut-il en parler à un médecin ? Les médecins gynécologues sur Livi vous expliquent ce phénomène de spottings.

Qu’est-ce que le spotting ?

Le terme de spotting provient de l’anglais et signifie “tache”. On parle généralement de spotting pour désigner de petites pertes de sang qui apparaissent en dehors de vos règles. Ces saignements légers sont courants et généralement bénins. Le spotting correspond à des pertes vaginales de sang bien moins importantes que celles des menstruations. Leur couleur est généralement brune car il s’agit de gouttelettes de sang émises par l’appareil génital il y a plusieurs jours. Resté dans la cavité vaginale, le sang s’oxyde et prend alors cette couleur marron.

Les différences entre le spotting et les règles ?

La plus grande différence entre vos règles et le spotting, c’est la quantité de sang. Le spotting est tellement léger qu’il ne nécessite pas forcément de protection hygiénique contrairement aux menstruations. De plus, le saignement des règles est plus abondant au début avant de devenir moins important. La quantité du spotting reste faible et égale. L’aspect du saignement est également important, plus ou moins rouge dans le cas des règles et toujours marron dans le cas du spotting.
Alors que les règles durent généralement environ 5 jours, la durée du spotting est aléatoire et dépend de sa cause. Autre différence, les règles surviennent généralement à intervalle régulier tous les 28 jours environ, même si certaines femmes ont naturellement des cycles menstruels plus aléatoires avec des règles irrégulières. Le spotting, quant à lui, peut intervenir à tout moment du cycle. Enfin le spotting est indolore, contrairement aux règles qui peuvent parfois être très douloureuses.

Pourquoi j’ai des spottings ?

La plupart du temps, le spotting apparaît suite à un dérèglement hormonal mais il peut avoir d’autres causes. Il est le plus souvent bénin, cependant si le spotting perdure ou apparaît de façon inhabituelle, il est préférable d’en parler avec votre médecin traitant ou un gynécologue. Il peut dans ce cas être le signe d’une pathologie sous-jacente à traiter.

Au démarrage d’une nouvelle contraception hormonale

Les spottings sont habituels lors de changements de contraception hormonale. Généralement, ces saignements disparaissent spontanément au bout de quelques semaines, si ce n’est pas le cas, il est probable que votre nouvelle contraception ne vous convienne pas. Nous vous recommandons alors de consulter à nouveau le professionnel de santé qui vous l’a prescrite.

Le spotting est aussi très fréquent lorsque vous oubliez un comprimé de votre plaquette de pilule contraceptive ou si vous prenez la pilule en continu pour éviter vos menstruations.

Toutefois, si des petits saignements apparaissent alors que vous utilisez la même contraception depuis plusieurs mois, que vous n’avez jamais eu de spotting ou que vous n’avez manqué aucun comprimé, consultez un médecin.

Une IST

Les infections sexuellement transmissibles peuvent provoquer des petits saignements. D’autres symptômes peuvent les accompagner, notamment des pertes vaginales, des douleurs pendant la miction ou des douleurs pelviennes.

Une grossesse

Le phénomène de spotting est également courant pendant la grossesse. C’est généralement le cas au cours du premier trimestre. On parle hémorragies d’implantation : ce phénomène peut se produire au moment de la nidation (lorsque l’embryon s’implante dans l’utérus). Par ailleurs, les règles peuvent parfois se poursuivre sous forme de petits saignements au premier trimestre de la grossesse.

Si les saignements sont plus abondants et/ou accompagnés de douleurs abdominales ou pelviennes, consultez un médecin car cela peut être le signe d'une fausse-couche.

L’ovulation

Certaines femmes ont de très légers saignements au milieu du cycle menstruel, au moment de l’ovulation. Il s’agit habituellement de saignements très brefs. Vous pouvez les identifier en suivant votre cycle ovulatoire.

La préménopause

À l’approche de la ménopause, le corps connaît une période de transition hormonale. Il n’est pas rare de présenter du spotting lors de cette période de préménopause en raison de ce dérèglement hormonal.

Des fibromes et polypes utérins

Les fibromes et les polypes utérins peuvent provoquer un spotting. Celui-ci peut s’accompagner de règles plus abondantes ou, dans certains cas, de douleurs pelviennes, mais nombreuses sont les femmes qui n’ont aucun autre symptôme.

Des anomalies du col de l’utérus

Si vous remarquez de légers saignements après avoir eu des rapports sexuels et que vous ressentez des douleurs pendant vos rapports sexuels (dyspareunie), parlez-en à un médecin car ces symptômes peuvent évoquer un problème au niveau de votre col de l’utérus.

Les cancers gynécologiques, notamment le cancer du col de l’utérus, de l’ovaire ou du corps de l’utérus peuvent provoquer des saignements. C’est pourquoi tout spotting inhabituel doit être pris au sérieux.

Quand consulter un professionnel de santé en cas de spotting ?

Il n’est pas toujours nécessaire de consulter un médecin en cas de spotting mais nous vous recommandons de consulter un professionnel de santé si vous présentez :

  • un spotting après des rapports sexuels ;
  • un spotting après la ménopause ;
  • un spotting après la prise d’une contraception hormonale ;
  • une lésion au niveau de votre vulve ou de votre vagin qui ne cicatrise pas ;
  • des démangeaisons ou douleurs vaginales persistantes ;
  • tout autre symptôme touchant vos parties génitales.

Le médecin pourra être amené à vous prescrire un bilan hormonal, des examens d’imagerie, un test de grossesse ou d’autres examens, à la recherche de la cause du spotting.

Comment arrêter le spotting ?

Certains spottings ne peuvent pas être traités mais d’autres peuvent cesser avec la prise en charge de leur cause, par exemple :

  • si une contraception hormonale en est à l’origine, elle pourra être modifiée ou changée ;
  • si le dérèglement hormonal de la préménopause en est à l’origine, il suffira d’attendre ou d’avoir recours à un traitement hormonal de substitution ;
  • dans le cas d’un fibrome ou d’un polype au niveau de l’utérus, une prise en charge chirurgicale pourra être nécessaire ;
  • en cas d’infection génitale, un traitement antibiotique sera instauré.

Que faire si je n’ose pas parler de spotting avec mon médecin généraliste ?

Il est naturel de se sentir gênée ou nerveuse à l’idée de parler de son intimité à son médecin. Pourtant le spotting est un phénomène fréquent que les médecins ont l’habitude de rencontrer. Un simple examen gynécologique permettra de dépister un éventuel problème gynécologique, ou tout bonnement de vous rassurer. Alors si vous présentez de légers saignements depuis peu, accompagnés (ou pas) d’autres symptômes qui vous inquiètent, prenez rendez-vous chez votre médecin ou votre gynécologue.

Ce que Livi peut faire pour vous

Vous présentez des symptômes ou souhaitez simplement parler à un spécialiste pour obtenir un avis médical ? Avec Livi, obtenez un diagnostic médical en quelques minutes, 7j/7, ainsi qu'une ordonnance électronique valable en pharmacie. Consultation remboursable par l'Assurance Maladie.
Consulter un médecin
Conseil médical validé par :

Direction médicale de Livi France

Mis à jour le :

Autres articles