Contraception: informations générales

Les conseils des médecins Livi pour choisir la contraception qui vous correspond.

La contraception est définie par l’ensemble des moyens visant à empêcher la survenue d’une grossesse non désirée. Préoccupation ancestrale, les premiers préservatifs pourraient remonter à l’antiquité! Son développement dans notre pays s’est fortement accéléré ces 50 dernières années suite à sa légalisation en 1967.

Il existe maintenant de nombreuses méthodes de contraception, chacune ayant une efficacité théorique, en cas d’utilisation sans faille de la méthode, et une efficacité pratique, qui intègre les erreurs et les oublis. Elles concernent la femme, l’homme, le couple. La meilleure des méthodes reste celle que l’on choisit en connaissance de cause.

Alors pour vous aider, nous vous proposons ici un résumé des différents moyens de contraception à votre disposition. Pour plus d’information, n'hésitez pas à vous rendre sur le site de Santé Public France: et bien sûr à consulter un médecin généraliste, un gynécologue ou une une sage femme. Tous pourront vous conseiller et vous prescrire votre contraception si nécessaire.

L’implant contraceptif (contraception féminine). C’est un petit bâtonnet en plastique inséré sous la peau qui délivre en continu de petites quantités d’un progestatif, l'étonogestrel, permettant de supprimer l'ovulation. Il est efficace 3 ans. Il est remboursé à 65 % par l’Assurance Maladie. Il est gratuit pour les mineures et les non-assurées sociales dans les centre de planification et d’éducation familial (CPEF).

Les progestatifs injectables (contraception féminine). C’est un progestatif de synthèse (médroxyprogestérone) injecté par piqûre intramusculaire tous les trois mois. Il assure une contraception pendant 12 semaines. Il est remboursée à 65% par l’Assurance Maladie.

Le dispositif intra utérin (DIU), plus connu sous le nom de stérilet:
Contrairement aux idées reçues, le DIU n’est pas réservé aux femmes ayant déjà eu un enfant. C’est une méthode de contraception de première intention s’adressant à toute femme. Il en existe deux types, le DIU au cuivre ayant une action mécanique et le DIU hormonal au levonorgestrel ayant une action mécanique et hormonale.

Le DIU est inséré dans la cavité utérine et assure une contraception à long terme réversible. La durée maximale d’efficacité varie de 3 à 10 ans en fonction des dispositifs. Il est remboursé à 65 % par l’Assurance Maladie. Il est gratuit pour les mineures et les non-assurées sociales dans les centre de planification et d’éducation familial (CPEF).

La stérilisation est une méthode irréversible, elle concerne l’homme et la femme.

Chez l’homme, elle consiste en une vasectomie. Tout homme majeur peut en bénéficier mais un délai de réflexion minimum de 4 mois sera respecté avant l’intervention.

La vasectomie s’effectue classiquement sous anesthésie locale. Son efficacité n’est pas immédiate et nécessite donc une contraception efficace jusqu’au contrôle du spermogramme.

Chez la femme, elle consiste en une ligature des trompes. Toute femme majeure peut en bénéficier mais, comme pour la vasectomie, un délai de réflexion de 4 mois minimum est obligatoire.

Elle est le plus souvent réalisée sous anesthésie générale, depuis quelques années une autre méthode est disponible utilisant un passage par l’utérus permettant un allègement de l’intervention. Les méthodes de stérilisation sont remboursées à 80% par l’Assurance Maladie.

L’allaitement autrement appelé la MAMA (Méthode de l’Allaitement Maternel et de l’Aménorrhée). Pour être efficace vous devez allaiter exclusivement ou presque exclusivement (le lait maternel représentant plus de 85 % des apports), avoir accouché depuis moins de 6 mois, et ne pas avoir eu de retour de couches. Le taux d’échec de la MAMA serait variable, allant de 0,45 à 7,5 %.

La pilule contraceptive: méthode hormonale féminine. Elle consiste en la prise quotidienne d’un comprimé pendant 21 jours suivi d’une semaine d’arrêt ou de la prise de comprimés inactifs. Il en existe deux types, oestroprogestative contenant deux hormones et progestative contenant une seule hormone.
Les pilules oestroprogestatives sont classées en première, deuxième et troisième génération. Les première et deuxième générations sont remboursée à 65% par l’assurance maladie. Elles sont gratuites pour les mineures et les non-assurées sociales dans les CPEF.

Le patch contraceptif oestroprogestatif (méthode féminine):
C’est un patch à coller soit même sur la peau toutes les semaines pendant 3 semaines suivies d’une semaine sans patch. Il libère progressivement une petite quantité d’hormones oestroprogestatives. Il n’est pas remboursé par l’Assurance Maladie.

L’Anneau vaginal contraceptif oestroprogestatif (contraception féminine):
C’est un système de diffusion au niveau vaginal d’hormones oestroprogestatives. Il doit être laissé en place sans interruption pendant 3 semaines, suivies d’1 semaine sans anneau. Il n’est pas remboursé par l’Assurance Maladie.

Le préservatif masculin:

C’est un système en latex ou polyuréthane qui se déroule sur le pénis en érection avant la pénétration. Un petit réservoir permettra de contenir le sperme au moment de l'éjaculation.
Il n’est pas réutilisable et doit être jeté immédiatement après le rapport.

Avec son homologue féminin, c’est le seul moyen de contraception permettant de prévenir les infection sexuellement transmissibles (IST).

Certains préservatifs sont désormais remboursés sur ordonnance. Ils sont gratuit dans les CPEF et les CeGIDD (centre gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic du VIH, des hépatites virales et autres IST).

Le préservatif féminin: Gaine en nitrile ou polyuréthane, placé directement dans le vagin, il peut être mis en place plusieurs heures avant le rapport sexuel. Tout comme le préservatif masculin, il n’est pas réutilisable et doit être jeté immédiatement après le rapport.

Avec son homologue masculin, c’est le seul moyen de contraception permettant de prévenir les infection sexuellement transmissibles (IST).

Il n’est pas remboursé par l’Assurance Maladie.

Le retrait ou coitus interruptus: il consiste à interrompre le rapport sexuel avant l’émission de sperme, obligeant l’homme à retirer le pénis du vagin et à l’éloigner de la vulve avant l’éjaculation.

Les autres méthodes naturelles dites d’abstinence périodique (méthode Ogino, Billings, méthodes des températures, etc.): toutes nécessitent pour être efficace un temps d'information et de formation.

le diaphragme: c’est une coupelle en silicone à placer soi-même dans le vagin en association avec un produit spermicide. Il est réutilisable. Il n’est pas remboursé par l’Assurance Maladie.

la cape: c’est un dôme venant recouvrir le col de l'utérus. Il est important de le garder pendant 8h après le rapport. Elle est réutilisable. Elle n’est pas remboursée par l’Assurance Maladie.

les spermicides: Ce sont des produits qui détruisent les spermatozoïdes. Ils se présentent sous forme d’ovule ou de gel à placer dans le vagin quelques minutes avant chaque rapport. Ils ne sont pas remboursés par l’Assurance Maladie.

Focus sur la contraception d’urgence:

En cas de rapports à risque de grossesse (rapport non protégé, pilule oubliée, préservatif défaillant, etc), il est possible d’avoir recours à une contraception d’urgence dans les 3 à 5 jours suivants ce rapport. La contraception d’urgence comporte deux solutions: la prise d’une pilule d’urgence dans les 3 jours pour Norlevo (levonorgestrel) et jusqu’au 5ème jour pour Ellaone, ou la pose d’un DIU dans les 5 jours.

Plus tôt la pilule d’urgence sera prise, meilleure sera son efficacité. Elle est disponible pour les mineures dans les infirmeries scolaires ou gratuitement en pharmacie, dans un centre de planification, sur simple déclaration d’âge et sans justificatif. Il n’est donc pas nécessaire de consulter un médecin, d’avoir une ordonnance ou de faire un examen gynécologique. Pour les majeures, elle est disponible en pharmacie, dans un centre de planification, sans ordonnance. Elle est cependant remboursable par la sécurité sociale sur ordonnance.

Attention la pilule d’urgence ne constitue pas un moyen de contraception durable, d’ailleurs elle peut se révéler moins efficace lorsqu’elle est prise à répétition au cours du même cycle.

A venir:
La pilule contraceptive masculine, affaire à suivre...

Les médecins généralistes, les gynécologues, les sages femmes sont là pour vous informer, vous aiguiller dans le choix de votre contraception, en fonction de votre mode de vie, de vos envies mais également de vos antécédents médicaux car certaines méthodes présentent des contre-indications médicales. Une ordonnance est nécessaire pour la délivrance:

  • du DIU Dispositif intra-utérin (stérilet),
  • de la pilule,
  • du patch,
  • de l’implant,
  • de l’anneau vaginal,
  • du diaphragme et de la cape cervicale (les spermicides qui accompagnent l'utilisation du diaphragme s'achètent en pharmacie sans ordonnance),
  • des progestatifs injectables,
  • du préservatif masculin.

Le consentement des parents ou du représentant légal n'est pas exigé pour la prescription, la délivrance ou l'administration de contraceptifs aux jeunes filles mineures.

Les centres de planifications ou d’education familiale (CPEF) assurent les consultations de contraception ainsi que que des actions de prévention portant sur la sexualité et l’éducation familiale. Ils peuvent délivrer gratuitement des médicaments ou objets contraceptifs aux mineurs désirant garder le secret, ainsi qu’aux personnes ne bénéficiant pas de couverture sociale. Pour trouver le CPEF le plus proche de chez vous, rendez-vous sur le site web du planning familial.

Les centres gratuits d’information de dépistage et de diagnostic des infections par le VIH et des IST (Cegidd) assurent la prescription de contraception, ainsi que le dépistage des infections sexuellement transmissibles. Les consultations dans ces centres sont gratuites quelque soit votre couverture sociale. Pour trouver le Cegidd le plus proche de chez vous rendez-vous sur le site VIH.org.

Les pharmaciens, les infirmières scolaires, les services universitaires et interuniversitaires de médecine préventive sont également là pour vous informer. Il peuvent même si nécessaire vous délivrer une contraception d’urgence.

Les médecins Livi peuvent:

  • répondre à vos questions sur la contraception,
  • renouveler votre ordonnance de contraception par pilule contraceptive pour une durée de 6 à 1 an en fonction de votre suivi habituel,
  • initier un traitement par pilule contraceptive sous certaines conditions,
  • vous prescrire des préservatifs,
  • vous prescrire une contraception d’urgence (pilule du lendemain).
Mis en ligne le:
10 juin 2020
Conseil médical validé par:
Dr. Céline Guyomar,