Médecins, rejoignez Livi et son équipe médicale passionnée, au service du patient. Enrichissez votre exercice en adoptant la téléconsultation. Cliquez ici pour en savoir plus

Infection urinaire : causes et traitement

Vous est-il déjà arrivé de ressentir un douleur ou une brûlure lorsque vous urinez ? Il s'agissait probablement d'une infection urinaire. On parle d’infection urinaire pour désigner une infection du système urinaire. Il existe différentes infections, plus ou moins sévères, dont le traitement est différent pour chacune. Retrouvez tous les conseils de médecins généralistes pour comprendre les infections urinaires, les traiter mais aussi les prévenir.

infection-urinaire

L’appareil urinaire comprend de bas en haut l’urètre, la vessie, les uretères et enfin les reins.

Le terme générique d’infection urinaire désigne en réalité plusieurs maladies dont la gravité et le traitement sont différents.

De la plus simple à la plus grave, on distingue:

  • La cystite aiguë simple qui est une inflammation de la vessie due à une infection bactérienne des urines. Elle touche la femme jeune en bonne santé et peut également toucher l’enfant ;
  • La cystite aiguë à risque de complication qui est une cystite survenant chez une femme présentant au moins 1 facteur de risque de complication (anomalie de l'arbre urinaire, grossesse, plus de 75 ans, baisse de l’immunité, insuffisance rénale chronique sévère) ;
  • Les cystites récidivantes qui correspondent à la survenue d'au moins 4 épisodes de cystite par an ;
  • La pyélonéphrite aiguë qui est l’infection touchant la partie haute de l’arbre urinaire: uretère et rein. Elle correspond à une complication de la cystite avec la remontée de l’infection initialement présente au niveau de la vessie ;
  • L’infection urinaire masculine qui est une entité à part. Elle n’est jamais considérée comme simple du fait de l’atteinte concomitante quasi systématique de la prostate.

L’infection urinaire est une pathologie fréquente, un tiers des femme présente une infection urinaire au cours de sa vie.
Ce n’est pas une maladie contagieuse et le plus souvent elle est due à nos propres bactéries, en particulier celles contenues dans notre tube digestif.

L’infection urinaire est secondaire à la multiplication d’une bactérie anormalement présente dans la vessie. Cette bactérie provient dans la grande majorité des cas de la flore bactérienne naturelle de notre intestin. La bactérie Escherichia coli est en cause dans 90% des cas d’infection urinaire, on retrouve parfois d’autres espèces de bactérie comme Proteus mirabilis, entérocoques, Klebsiella spp.

La colonisation de la vessie par les bactéries du tube digestif s’explique par la proximité de l’anus et de l'urètre et la capacité de ces microbes à remonter l’arbre urinaire. C’est d’autant plus vrai chez la femme qui possède un urètre plus court que celui de l’homme, la rendant beaucoup plus sujette aux infections urinaires.

L’infection par ascension progressive de la bactérie conduit dans un premier temps à l’atteinte de la vessie ou cystite, puis à l’atteinte du rein ou pyélonéphrite.

Dans un premier temps, il est possible de ressentir des brûlures lors des mictions, une gêne au moment d’uriner, une envie irrépressible de vous rendre aux toilettes. La miction peut être trouble ou de couleur rouge ou rosée du fait de la présence de sang dans les urines, c'est habituel dans cette pathologie.

Lorsque l’infection remonte au niveau des uretères et des reins, une fièvre, des frissons et une douleur lombaire apparaissent. Il existe dans ce cas un risque d’infection généralisée, c’est pourquoi toute infection urinaire compliquée doit être prise en charge rapidement.

En général, l’interrogatoire d'un médecin permet rapidement d'évoquer le diagnostic d’infection urinaire. Il sera confirmé par un prélèvement urinaire pour réaliser un test rapide par bandelette, avant une éventuelle analyse plus complète avec mise en culture des urines au laboratoire. Les résultats complets du diagnostic sont disponibles après 72 heures.

En cas de pyélonéphrite, la forme la plus sévère d'infection urinaire ou en cas d'infection chez l’homme, d’autres examens complémentaires en laboratoire comme une échographique seront nécessaire.

Une bonne hydratation et une miction régulière suffissent parfois pour éliminer le plus rapidement la bactérie en cause d'une infection urinaire simple.
Dans le cas de symptômes persistants et gênants, un traitement antibiotique sur un seul ou sur plusieurs jours est prescrit après confirmation du diagnostic par la réalisation d’une bandelette urinaire. On peut associer à des antibiotiques, des médicaments anti-douleurs comme du paracétamol et un traitement dit antispasmodique qui soulage la vessie « contractée ».

Les symptômes de cystite doivent disparaître dans les 48h suivant la prise d'un traitement. Dans le cas contraire, nous vous invitons à reconsulter rapidement un médecin.

Concernant les cystites récidivantes qui se reproduisent plus de 4 fois par an, une recherche puis une élimination des facteurs favorisants sont préconisés. Un traitement antibiotique préventif pourra être mis en place.

En cas de cystite compliquée, de pyélonéphrite ou d’infection urinaire chez l’homme, une analyse d’urine au laboratoire (ECBU) et d’autres examens seront prescrits. Un traitement antibiotique est systématiquement instauré. En fonction de la gravité des symptômes, une hospitalisation peut se révéler nécessaire.

En respectant certaines règles d'hygiène, le risque d'infection urinaire et leur récidive semble diminuer. Voici les recommandations de médecins généralistes :

  • Boire beaucoup d’eau (volume au moins égal à 1,5l par jour) afin de diluer les bactéries éventuellement présentes dans la vessie ;

  • Aller uriner régulièrement, idéalement toutes les 2h, pour éliminer les bactéries présentes avant qu’elles ne se multiplient. Il est important de ne pas se retenir d’uriner ;

  • Prendre son temps au moment de la miction afin de vider complètement votre vessie pour éviter un résidu d'urine, propice à la prolifération des bactéries ;

  • Eviter les douches vaginales qui déséquilibrent la flore vaginale, celle-ci est nécessaire et précieuse ;

  • Réaliser une toilette externe uniquement, 1 fois par jour avec un savon au pH neutre ;

  • Après avoir uriné, essuyer d’avant en arrière, cela évite de ramener les bactéries digestives vers l’urètre car les selles contiennent de nombreuses germes ;

  • Aller uriner rapidement après un rapport sexuel et éviter l’utilisation de crème spermicides (produits utilisés à titre de contraception) ;

  • Lutter contre la constipation ;

  • Toujours traiter une sécheresse vaginale si nécessaire.

Nous vous conseillons de consulter un médecin dès l’apparition des premiers symptômes d’infection urinaire, il sera en mesure de vous délivrer le traitement le plus adapté.

Vous devez consulter en urgence :

  • Si vous avez de la fièvre ;
  • Si vous avez une douleur au niveau du dos ;
  • Si la douleur du ventre est intense ;
  • Si les symptômes persistent malgré le traitement ;
  • Si vous êtes enceinte.

Un médecin sur Livi pourra déterminer un diagnostic d'infection urinaire, vous conseiller et vous prescrire un traitement en cas de cystite aiguë simple. En cas de cystite aiguë compliquée ou de pyélonéphrite, il pourra vous orienter vers une prise en charge adaptée.

Mis en ligne le:
13 nov. 2018
Conseil médical validé par:
Dr. Sebastian Marciano,