Téléchargez LIVI Téléchargez LIVI

Dysménorrhée : causes et traitement

Beaucoup de femmes souffrent de règles douloureuses, appelées dysménorrhées. C’est le cas de la moitié des jeunes femmes n’ayant pas encore eu d’enfant. Les dysménorrhées sont de deux types: primaire et secondaire. La dysménorrhée primaire commence peu de temps après la puberté et diminue généralement à partir de 20 ans ou après l'accouchement. La dysménorrhée secondaire peut débuter à tout âge, mais le plus souvent après 25 ans.

Même si le principe reste le même, c’est à dire une douleur pelvienne liée aux cycles menstruels, les symptômes peuvent être différents selon le type de dysménorrhée.

La dysménorrhée primaire provoque une douleur qui commence habituellement quelques heures avant les règles et dure un à deux jours.

La dysménorrhée secondaire entraîne une douleur dans les jours précédents les règles et s'atténue généralement lorsque les saignements débutent ou au contraire se prolonge après l’arrêt des saignements. Les deux types de dysménorrhées peuvent s’accompagner de maux de tête, nausées et vomissements.

La dysménorrhée primaire est due à une hyper-contraction du muscle utérin et une diminution de la vascularisation de l’utérus, provoquant un manque d’oxygène.

L’hyper-contraction serait causée principalement par une sécrétion anormalement élevée de prostaglandines. Les prostaglandines sont des substances, équivalent à des hormones, libérées au cours de la dernière phase du cycle menstruel et responsables de la contraction du muscle utérin.

La dysménorrhée secondaire a souvent une cause sous-jacente, comme une endométriose (présence de muqueuse utérine en dehors de l’utérus) ou une adénomyose (infiltration du muscle utérin par la muqueuse utérine), qu’il faut rechercher.

Ils sont à adapter à l’intensité des symptômes et au vécu de la douleur.

Le traitements des dysménorrhées primaires comprend :

  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens ayant une action anti prostaglandines,
  • des antispasmodiques,
  • mais également les traitements hormonaux, plus ou moins à visée contraceptive en fonction des besoins.

Le traitement des dysménorrhées secondaires ayant une cause retrouvée sera celui de cette cause.

A ces traitements peuvent être associées des mesures non médicamenteuses comme placer une bouillotte sur le ventre, l'acupuncture ou encore des exercices de relaxation.

Nous vous conseillons de consulter dès que ces douleurs deviennent invalidantes dans votre vie quotidienne au moment ou avant les règles.

En cas de dysménorrhées primaire, après évaluation, les médecins qui consultent sur LIVI peuvent vous prescrire un traitement de la douleur et vous orienter vers un gynécologue si nécessaire.

Les dysménorrhées secondaires nécessitent, quant à elles, un examen gynécologique et des examens complémentaires à la recherche de leur cause.

Mis en ligne le :
7 juillet 2019
Conseil médical validé par :
Dr. Céline Guyomar,