Livi-logo
Télécharger

MÉDECINE GÉNÉRALE

Sang dans les urines : quelles sont les causes ?

sang dans les urines
Dernière mise à jour le:
ven. 4 févr. 2022
Vous observez la présence de sang dans vos urines ? Découvrez les causes possibles d'une hématurie, ses conséquences, et les traitements à votre disposition.

La présence de sang dans les urines, également appelée hématurie, peut être le signe de nombreuses maladies de l'appareil urinaire ou des reins. Découvrez ses causes possibles, ses conséquences sur votre santé, et les traitements à votre disposition.

Comment se caractérise la présence de sang dans l'urine ?

L’urine est un excellent révélateur de notre état de santé général. Normalement, les urines doivent avoir une couleur jaune pâle, et ne pas dégager d’odeur trop forte. Lorsqu'elles virent au rose ou au rouge, c'est en général le signe d'un saignement qui peut être d’origine haute (reins, uretères, etc.) ou basse (vessie, urètre). L’hématurie est le plus souvent indolore et ne présente généralement pas d’autres symptômes associés, mais elle est toujours le signal qu’il se passe quelque chose d’anormal, et doit donc vous inciter à consulter votre médecin rapidement.

Quelles sont les causes de sang dans l'urine ?

La présence de sang dans vos urines n’est pas toujours le symptôme d’une maladie grave. La plupart du temps, l’hématurie est détectée de manière fortuite, et il arrive même que le sang ne soit pas perceptible à l'œil nu : on parle alors d’hématurie microscopique. Cependant, ce n'est pas la quantité de sang qui détermine la gravité de la situation : un trouble sévère peut engendrer un petit saignement, et inversement, un saignement plus important peut être associé à un problème bénin. Il est donc important de connaître les causes possibles de ces saignements, et de consulter un médecin rapidement afin d’écarter, quoi qu’il en soit, une pathologie sévère.

Exercice intense

Autrement appelé hématurie d’effort, il arrive au coureurs de fond de voir apparaître du sang dans leurs urines au décours d’un effort intense comme un marathon. Cela s’explique principalement par une irritation de la vessie due aux secousses répétées à chaque foulée. Ces secousses et frottements entraînent souvent de petits saignements, mais ils disparaissent généralement spontanément après deux jours de repos.

Certains sports collectifs ou de contact (rugby, football, arts martiaux, sports de combat…) sont à risque de chocs plus ou moins violents responsables de traumatismes internes. Si les traumatismes ont lieu au niveau des reins ou de la vessie, une hématurie peut apparaître suite aux lésions entraînées au niveau de ces organes. Il est indispensable de consulter un médecin en cas d’hématurie post-traumatique afin de vérifier l’état des organes impactés et d’écarter tout risque de blessure grave.

Cystite

La cystite est une infection urinaire localisée au niveau de la vessie. Elle est le plus souvent due à une bactérie de notre tube digestif, Escherichia Coli, qui est responsable de 75 à 90 % des cas d’infections de l’appareil urinaire. Elle est très fréquente et touche particulièrement les femmes : on estime qu’environ un tiers des femmes y sont confrontées au cours de leur vie. Les symptômes d’une cystite peuvent inclure :

  • des brûlures ou des douleurs en urinant ;
  • des douleurs ou pression au niveau du bas ventre ;
  • une impression de ne pas pouvoir se retenir d’uriner ;
  • l’impossibilité d’évacuer beaucoup d'urine à chaque miction ;
  • des urines troubles, dégageant une odeur inhabituelle et contenant éventuellement du sang.

Infection rénale

La pyélonéphrite, aussi appelée “infection urinaire haute”, est causée par les mêmes bactéries que la cystite et y fait généralement suite. Les symptômes de cette maladie sont les mêmes que ceux d’une infection urinaire auxquels s’ajoutent de la fièvre et des douleurs au niveau du dos. La pyélonéphrite est plus à risque de complications pour les personnes :

  • présentant des anomalies des voies urinaires ou ayant subi une intervention sur l’appareil urinaire ;
  • de sexe masculin (risque d’infection de la prostate associée ou prostatite) ;
  • enceintes ;
  • âgées ;
  • souffrant d'immunodépression (cancer, VIH, greffe rénale, traitement immunosuppresseur, etc.) ;
  • présentant une maladie rénale chronique.

Calculs rénaux

Le calcul rénal, appelé aussi lithiase rénale, est le résultat de la cristallisation des sels minéraux et des acides présents naturellement dans les urines lorsqu’ils sont en quantité trop importante. Le calcul, semblable à un petit caillou, est de taille variable et doit pouvoir s’évacuer dans les urines. Les symptômes qui accompagnent la présence de petites lithiases rénales sont généralement une envie fréquente d’uriner, une hématurie, des nausées, ou des brûlures lors de la miction.

Malheureusement, lorsque les calculs sont trop volumineux, ils restent bloqués dans les voies urinaires, ce qui engendre une irritation des voies urinaires et des variations de pression, responsables à leur tour d’intenses douleurs du côté du calcul bloqué. C’est ce que l’on appelle une colique néphrétique.

Affections de la prostate

La prostate est une glande masculine située sous la vessie. Un cancer, une infection ou tout simplement une augmentation du volume de la prostate , encore appelée hypertrophie bénigne de la prostate, peuvent être responsables de saignements dans les urines.

Certains cancers

On dépiste chaque année 11 à 12 000 tumeurs de la vessie et sensiblement le même nombre de tumeurs rénales. L’hématurie est un de leurs principaux symptômes : on la retrouve chez environ 90 % des patients. Ces types de cancers touchent trois à quatre fois plus d'hommes que de femmes, mais restent cependant assez rares. Les personnes de plus de 40 ans consommant du tabac ou exposées à des toxiques professionnels sont les plus à risque de les développer.

D’autres cancers peuvent provoquer l’apparition de sang dans les urines, mais dans des proportions moindres : certains cancers du sang, ainsi que les cancers de la prostate.

Glomérulonéphrites et néphropathies héréditaires

Certaines maladies rénales comme le syndrome d’Alport, la polykystose infantile, la cystinurie ou la maladie de Berger, peuvent également causer une hématurie. Ces maladies s’accompagnent en revanche en générale d’autres symptômes identifiables rapidement.

Des urines rouges sont-elles toujours synonymes d’hématurie ?

Il existe quelques autres causes pouvant provoquer une coloration rouge de vos urines. Certains aliments contiennent naturellement des pigments de couleur rouge, comme la betterave par exemple. Consommés en grande quantité, ils sont susceptibles de colorer discrètement les urines.

Des traitements médicamenteux, tels que certains antibiotiques, les antipaludéens ou encore certains laxatifs, peuvent également entraîner la formation de métabolites, sorte de déchets organiques qui, une fois éliminés par les reins, sont responsables d’urines rosées.

Faut-il s’inquiéter en cas de sang dans les urines ?

La présence de sang dans vos urines n’est jamais normale qu’elle soit ponctuelle ou répétée. S’il n’y a pas lieu de s’alarmer dans la plupart des cas, il est en revanche indispensable de consulter rapidement un médecin, afin de faire les examens complémentaires nécessaires et d’écarter une pathologie plus grave. Un médecin généraliste pourra tester vos urines grâce à des bandelettes, confirmer la présence de sang, établir un diagnostic, et vous diriger vers un urologue si nécessaire.

Quels sont les examens à réaliser ?

Le premier réflexe du médecin sera de pratiquer un interrogatoire précis permettant de rechercher une cause évidente ou des facteurs de risques d’hématurie. Il pourra ensuite analyser le contenu de l’urine à l’aide d’une bandelette au cabinet de consultation ou grâce à la prescription d’un examen cytobactériologique des urines (ECBU) au laboratoire, afin de chercher tout agent susceptible d’expliquer la présence de sang. Si nécessaire, une imagerie de l'appareil urinaire (échographie ou uroscanner) sera réalisée pour visualiser les reins et les uretères, qui sont les canaux transportant l’urine des reins jusqu’à la vessie. Le médecin pourra également prescrire une exploration de l’urètre et de la vessie à l’aide d’une mini-caméra introduite par l’orifice naturel. Cette procédure est appelée une cystoscopie.

Quels sont les traitements d’une hématurie ?

Le traitement de l’hématurie dépend avant tout de sa cause. Des antibiotiques soigneront une infection, la pose d’une sonde urinaire peut être nécessaire en cas de pyélonéphrite obstructive, une chirurgie pourra traiter un cancer, etc.

En cas d’hématurie, la bonne attitude à avoir est de ne pas paniquer, et de consulter rapidement votre médecin traitant afin qu’il puisse établir la cause de ces saignements et vous adresser à un médecin spécialiste si nécessaire.

Ce que Livi peut faire pour vous

Vous présentez des symptômes ou souhaitez simplement parler à un spécialiste pour obtenir un avis médical ? Avec Livi, obtenez un diagnostic médical en quelques minutes, 7j/7, ainsi qu'une ordonnance électronique valable en pharmacie. Consultation remboursable par l'Assurance Maladie.
Consulter un médecin
Conseil médical validé par :

Direction médicale de Livi France

Mis à jour le :

Autres articles

Besoin de conseils et d'astuces santé ?

Une fois par semaine, recevez des informations de qualité pour prendre soin de votre santé.