Téléchargez LIVI Téléchargez LIVI

Hypertrophie bénigne de la prostate : causes et traitement

L’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), terme aujourd’hui préféré à celui d'un adénome de la prostate, désigne l’augmentation du volume de la prostate survenant chez l’homme de plus de 50 ans. 50% des hommes de 60 ans et 90% des hommes de 80 ans seraient concernés par le phénomène. Elle entraîne des signes fonctionnels urinaires, plus ou moins bruyants en fonction des cas, pouvant fortement altérer la qualité de vie. L’HBP est fréquente, elle est considérée comme une tumeur bénigne, à ne pas confondre donc avec le cancer de la prostate.

L’HBP entraîne un obstacle sur le trajet des voies urinaires ayant pour conséquences des signes fonctionnels urinaires :

  • difficulté au démarrage de la miction urinaire
  • miction en plusieurs jets
  • faiblesse du jet urinaire
  • gouttes retardataires
  • obligation d’aller plus souvent au toilette en particulier la nuit
  • obligation d’aller rapidement au toilette
  • brûlures au moment d’uriner

Ces symptômes sont plus ou moins intenses. Lorsqu’ils sont très parlant, ils peuvent être responsables d’une altération majeure de la qualité de vie.

A ces symptômes quotidiens s’ajoutent le risque de complications qui sont de deux types:
aiguë et chronique.

Les complications aiguës sont les suivantes :

  • rétention aiguë d’urine,
  • infection uro génitale: prostatite, orchi-épididymite
  • saignements dans les urines
  • insuffisance rénale aiguë

Les complications chroniques apparaissent à plus long terme :

  • rétention chronique d’urine
  • calculs dans la vessie
  • insuffisance rénale chronique

L’HBP correspond à une augmentation harmonieuse du volume global de la prostate. L’HBP est avérée lorsque la prostate atteint un poids supérieur à 20 grammes.

Le mécanisme pathologique principal est la constitution d’un obstacle sur les voies urinaires sous la vessie par la prostate augmentée de volume, entraînant une obstruction à l’écoulement des urines et pouvant engendrer une hyperactivité de la vessie.

Par ailleurs, la prostate est constituée de deux types principaux de cellules: les cellules glandulaires et les cellules fibromusculaires. Ces deux populations de cellules sont susceptibles d’augmenter dans l’HBP.

En fonction de la population prédominante les symptômes seront différents: si la population glandulaire prédomine la prostate peut être très volumineuse mais les symptômes peu sévères, en cas de population fibro musculaire prédominante, les symptômes seront plus sévères malgré un volume prostatique modéré. Ceci explique parfois l’absence de corrélation entre le volume de la prostate et les symptômes. Cette distinction expliquera également les variations de réponses aux différentes classes médicamenteuses.

Les principaux facteurs de risque d’HBP sont l’âge et le statut hormonal.

Le traitement de l’HBP dépend de ses conséquences sur la qualité de vie et de la présence ou non d’épisodes de complication.

Lorsque les signes fonctionnels urinaires sont minimes à modérés et que vous n’avez pas présenté de complications, une simple surveillance vous sera proposé.

En cas de symptômes invalidants, dans un premier temps un traitement médical peut vous être prescrit, différentes classes médicamenteuses sont alors utilisées: α-bloquants, inhibiteurs de la 5α-réductase, phytothérapie... Le choix de la thérapeutique sera fonction des symptômes et de la nature de l’HBP, de la tolérance et de l’efficacité des traitements.

Enfin en dernier recours, le traitement chirurgical peut s’imposer. Trois interventions sont classiquement proposées en fonction de l'âge, de la taille de la prostate et du niveau de gêne : l’incision cervicoprostatique, la résection transurétrale ou l’adénomectomie, la résection transurétrale étant de loin l'intervention la plus fréquente.

Ce que vous pouvez faire ?

  • réduire vos boissons après 18 heures
  • diminuer votre consommation de caféine et d’alcool
  • éviter la constipation qui aggrave la rétention des urines
  • demander l’avis de votre médecin pour vous assurer que vous ne prenez pas de médicaments aggravant les troubles urinaires

Nous vous conseillons de consulter dès que vous présentez des signes fonctionnels urinaires qui gênent votre quotidien. Votre médecin traitant étudiera avec vous vos symptômes et vous adressera si besoin à un urologue pour la réalisation d’un bilan spécialisé.

Rappelons par ailleurs que même si l’HBP n’est pas un facteur de risque de cancer de la prostate, ce dernier peut se surajouter à l’HBP. C’est pourquoi une consultation annuelle est recommandée à la fois pour le suivi de l’HBP et pour le dépistage du cancer de la prostate par le toucher rectale et le dosage des PSA si vous avez entre 50 et 75 ans ou à partir de 45 ans en cas d'antécédents familiaux de cancer de la prostate ou d’origine afro-antillaise.

Consulter en urgence en cas de :

  • arrêt des urines
  • brûlures mictionnelles avec ou sans fièvre
  • urines rosées ou rouges

Les médecins sur LIVI pourront suspecter le diagnostic d’hypertrophie bénigne de la prostate et vous orienter vers une consultation spécialisée avec un urologue.

Ils peuvent également renouveler ponctuellement votre traitement habituel en cas d’absence de votre médecin traitant.

Mis en ligne le :
13 août 2019
Conseil médical validé par :
Dr. Céline Guyomar,