Contraception - 10 alternatives à la pilule

Visuels de différents moyens de contraception
Mis en ligne le : 11 juin 2020

La France est l’un des pays qui offre le plus grand nombre de méthodes contraceptives au monde. La pilule contraceptive est la plus connue mais d’autres solutions de contraception existent.

Connaissez-vous ces alternatives ? Voici un état des lieux complet pour vous aider à choisir le mode de contraception qui vous convient le mieux.

Si vous ne souhaitez pas prendre une pilule tous les jours ou si vous avez envie de choisir une méthode de contraception sans hormones, il existe d’autres méthodes contraceptives très efficaces. Il ne faut pas oublier que comme les pilules, elles ne vous protégeront pas des infections sexuellement transmissibles (IST). Il est donc nécessaire d’utiliser une protection dite “barrière” comme le préservatif pour éviter une quelconque contamination.

Les moyens de contraception sont aujourd’hui variés et peuvent parfois être utilisés aussi bien par les hommes que par les femmes. Il faut d’une part différencier les méthodes de contraception dites “hormonales”, des méthodes dites “mécaniques”. Quelque soit votre contraception, il faut avant tout réfléchir à ses besoins, ses envies et aux effets indésirables qui peuvent en découler. Voici 10 alternatives efficaces à la pilule :

1. Le patch contraceptif

De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’un petit patch que l’on colle sur la peau et qui libère des hormones (œstrogène et progestatif) synthétiques.

Comment ça marche ? Il faut le changer chaque semaine pendant 21 jours (3 semaines) puis faire une pause pendant 7 jours, période à laquelle surviennent les règles. Si vous souhaitez éviter le saignement mensuel, vous pouvez sauter la période sans traitement et apposer directement le patch suivant. Tôt ou tard, mais généralement après 3 à 4 mois, vous aurez un saignement spontané. Faites alors une pause hormonale pendant 4 jours pour laisser le sang s’évacuer puis apposez un nouveau patch.

Efficacité Entre 91 et 99 %.

Avantages Le patch contraceptif est à remplacer une fois par semaine uniquement, ce qui peut être moins contraignant qu’une pilule.

Inconvénients Certaines femmes peuvent présenter une irritation de la peau, de petites pertes de sang, des nausées, une sensibilité mammaire, des maux de tête ou des sautes d’humeur. Si vous oubliez de le remplacer ou s’il se décolle et tombe, il faut le remplacer dans les 24h. De plus, il est visible sur la peau, ce qui peut gêner certaines femmes notamment lors du port d’un maillot de bain ou pendant les rapports sexuels.

Remboursement: Ce type de contraception n’est pas remboursé par l’Assurance Maladie

2. L’anneau vaginal

De quoi s’agit-il ? Un petit anneau en plastique flexible que l’on introduit dans le vagin et qui contient une combinaison d’hormones (oestrogènes et progestatifs).

Comment ça marche ? L’anneau doit être inséré dans le vagin à la manière d’un tampon et il doit être gardé pendant 21 jours (3 semaines). Il faut ensuite le retirer pendant 7 jours, au moment des règles.

Si vous souhaitez éviter le saignement mensuel, vous pouvez sauter la période sans traitement et apposer directement l’anneau suivant. Comme avec le patch, tôt ou tard, mais généralement après 3 à 4 mois, vous aurez un saignement spontané. Faites alors une pause hormonale pendant 4 jours pour laisser le sang s’évacuer puis apposez un nouvel anneau.

Efficacité Entre 91 et 99 %.

Avantages L’anneau vaginal est plus pratique que la pilule pour celles qui ont tendance à l’oublier.

Inconvénients Vous devez apprendre à l’insérer et à l’enlever de façon hygiénique. De petites pertes de sang, un écoulement vaginal ou une gêne, des nausées, une sensibilité mammaire, des maux de tête et des sautes d’humeur peuvent survenir. On peut parfois le sentir lors de rapports sexuels.

Remboursement: L’anneau vaginal n’est pas remboursé par l’Assurance Maladie.

3. L’implant contraceptif

De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’un petit bâtonnet en plastique que l’on place sous la peau au niveau du bras et qui libère uniquement une petite quantité de progestatif.

Comment ça marche ? Il requiert une petite intervention sous anesthésie locale pour l’insertion par le médecin ou la sage-femme et il dure 3 ans. Il n’est généralement pas inséré dans le bras avec lequel vous écrivez.

Efficacité 99 %.

Avantages C’est un moyen de contraception qui fonctionne pendant 3 ans, mais qui peut être retiré plus tôt si vous ressentez des effets indésirables qui vous incommodent. Cet implant peut être particulièrement intéressant pour les femmes chez qui les estroprogestatifs sont contre-indiqué.

Inconvénients L’implant a une influence sur le flux des règles et il peut favoriser la prise de poids chez les femmes en surpoids.

Remboursement: L’implant est remboursé à 65% par l’Assurance Maladie

4. L’injection contraceptive

De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’une injection de progestatif plutôt utilisée par les femmes qui ne peuvent pas prendre en charge leur contraception.

Comment ça marche ? L’injection est généralement pratiquée par un médecin, une sage femme ou une infirmière et dure entre 8 et 13 semaines.

Efficacité Entre 94 et 99 %.

Avantages Les injections de progestatif sont très efficaces.

Inconvénients Comme pour l’implant, l’injection peut entraîner des effets indésirables. Notez toutefois que contrairement à l’implant, l’injection ne peut pas être retirée. Elle peut également induire des saignements irréguliers ou l’absence de règles. Ce type d’injection peut diminuer la densité minérale osseuse et n’est donc pas recommandé pour les adolescentes ou les jeunes adultes et les femmes présentant des facteurs de risque d’ostéoporose.

Remboursement: Gratuité pour les mineurs ou en se rendant dans un centre de planification et d’éducation familiale.

5. Le stérilet hormonal ou dispositif intra-utérin (DIU)

De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’un petit dispositif en forme de T qui libère une hormone progestative dans l’utérus. Il existe un autre type de stérilet en cuivre qui n’est pas hormonal (voir à la suite de l’article). Le DIU se termine par un fil coupé très court mais assez long pour permettre de le retirer à l’aide d’une pince par le médecin ou la sage-femme.

Comment ça marche ? La pose du stérilet (ou DIU) peut être effectué par un médecin, un gynécologue ou une sage-femme. La pose est très rapide. Après la pose, il est nécessaire de faire un suivi gynécologique régulier, la fréquence sera à définir avec le professionnel de santé.

Efficacité Jusqu’à 99 %.

Avantages Le stérilet est plébiscitée par les femmes pour sa simplicité, son confort et son efficacité.

Inconvénients Le stérilet peut entraîner des effets secondaires dont des saignements irréguliers, des maux de tête ou des nausées.

Remboursement: Le stérilet est remboursé à 65% par l’Assurance Maladie

6. Le stérilet au cuivre ou dispositif intra-utérin (DIU)

De quoi s’agit-il ? Il s’agit du moyen de contraception le plus utilisé au monde. Le stérilet en cuivre est un petit dispositif en cuivre et en plastique sans hormone. Il existe en plusieurs tailles pour s’adapter à la plupart des utérus. C’est souvent l’option recommandée aux femmes qui veulent éviter les hormones dans leur méthode de contraception.

Comment ça marche ? Il est inséré dans l’utérus par un médecin ou une sage-femme, le recours à l'anesthésie locale n’est pas toujours nécessaire. Le stérilet au cuivre est généralement posé pour une durée de 4 à 10 ans. Comme le DIU hormonal, un suivi gynécologique régulier est nécessaire, la fréquence sera à définir avec le professionnel de santé.

Efficacité Jusqu’à 99 %.

Avantages Il ne contient pas d’hormones et vous pouvez le sentir en vérifiant les fils. Il dure entre 4 et 10 ans.

Inconvénients Le stérilet au cuivre peut entraîner des règles abondantes accompagnées de crampes, parfois avec de petites pertes de sang.

Remboursement: Le stérilet est remboursé à 65% par l’Assurance Maladie

7. La cape cervicale

De quoi s’agit-il ? la cape cervicale se glisse dans le vagin et empêche le passage des spermatozoïdes vers l’intérieur de l’utérus.

Comment ça marche ? La cape cervicale doit être placée au moment du rapport sexuel ou jusqu’à deux heures avant le rapport sexuel. Pour une meilleur efficacité, la cape cervicale doit être utilisée en association avec des spermicides. Elle doit également rester en place 8 heures après le rapport.

Efficacité Entre 74% et 91%.

Avantages La cape cervicale peut être utilisée plusieurs fois à condition d’être lavée après chaque utilisation.

Inconvénients La cape cervicale est déconseillée aux femmes qui souffrent d’infections urinaires ou qui ont déjà eu plusieurs grossesses.

Remboursement: La cape cervicale n’est pas remboursée par l’Assurance Maladie

8. Le Diaphragme

De quoi s’agit-il ? Le diaphragme (en latex ou en silicone) se glisse dans le vagin et empêche le passage des spermatozoïdes vers l’intérieur de l’utérus.

Comment ça marche ? Le diaphragme doit être placé au moment du rapport sexuel. Pour une meilleur efficacité, il doit être utilisée en association avec des spermicides.

Efficacité Jusqu’à 94%.

Avantages Tout comme la cape cervicale, le diaphragme peut être utilisé plusieurs fois à condition d’être lavée après chaque utilisation.

Inconvénients La manipulation du diaphragme peut déplaire à certaines femmes.

Remboursement: Le diaphragme est en partie remboursé par l’Assurance Maladie.

9. Les spermicides

De quoi s’agit-il ? Les spermicides sont des substances qui permettent de rendre inactifs ou de détruire les spermatozoïdes.

Comment ça marche ? Les spermicides peuvent se retrouver sous forme de crèmes, de gel ou d’ovules à insérer dans le vagin. Il est fortement recommandé de les utiliser en association avec une méthode dite “barrière” comme les préservatifs ou la cape cervicale.

Efficacité Leur efficacité est très aléatoire.

Avantages Les spermicides sont discrets et peuvent servir de lubrifiant vaginal. Ils peuvent être achetés sans ordonnance.

Inconvénients Ils sont moins efficaces utilisés seuls.

Remboursement: La cape cervicale n’est pas remboursée par l’Assurance Maladie

10. Les méthodes de stérilisation à visée contraceptive

De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’une intervention chirurgicale, appelée “vasectomie” chez les hommes et “ligature des trompes” chez la femme.

Comment ça marche ? Ce type de stérilisation est considérée comme définitive. Les démarches s’effectuent en plusieurs étapes, l’intervention ne peut être réalisée qu’après:

  • Une première consultation médicale d’information
  • À l’issue d’un délai de réflexion de 4 mois après cette première consultation
  • Après confirmation écrite par la personne concernée

Efficacité 99,5%, la stérilisation à visée contraceptive est considérée comme définitive.

Remboursement: L’intervention est remboursée à hauteur de 80% par l’Assurance Maladie.

Enfin, voici 9 faits sur la contraception pour vous aider à faire un choix éclairé avec votre médecin :

  • Chez la jeune femme, et en absence de signe d’appel, l’examen gynécologique n’est pas nécessaire. Au-delà de 25 ans ou en cas de signe d’appel, l’examen gynécologique devient recommandé à intervalle régulier, notamment dans le cadre du dépistage des cancers gynécologiques.

  • Si un contraceptif est efficace à 99 %, cela signifie que sur 100 utilisatrices, une seule peut tomber enceinte sur une année.

  • Discutez avec votre médecin de la date de début de la contraception en fonction de votre cycle afin d’éviter une grossesse non désirée (vous devrez peut-être utiliser des préservatifs pendant une courte période avant de changer de moyen de contraception).

  • Vous recevrez des conseils et des informations écrites sur les effets indésirables et ce qu’il faut faire si vous oubliez quelque chose.

  • Comme les pilules contraceptives, les autres méthodes hormonales énumérées augmenteront légèrement le risque de caillots sanguins ou de mycoses vaginales. Elles présentent certaines contre indications qu’il est très important de respecter (antécédents familiaux ou personnels de certains cancers, maladie thrombo-embolique, hypertension, surpoids…)

  • Les femmes de plus de 40 ans sont plus exposées aux effets indésirables d’une contraception hormonale, en particulier les fumeuses qui présentent un risque plus élevé d’AVC et de caillots sanguins. Si vous préférez la contraception hormonale, alors la pilule minidosée ou le stérilet hormonal sont considérés comme les alternatives les plus sûres.

  • La pilule contraceptive combinée n’est pas prescrite aux femmes souffrant de migraines avec « aura », car on estime que le risque d’AVC est alors plus élevé. Pour ces femmes, des méthodes de contraception minidosées ou non hormonales sont les meilleures. Les symptômes de migraines dites “aura” sont le plus souvent visuels: des scintillements, des taches, des lignes ou une tâche et peuvent s’accompagner de fourmillements ou de troubles de la parole. Si vous développez ce type de migraine pour la première fois, alors que vous prenez un contraceptif contenant des œstrogènes, parlez-en à votre médecin.

Quelque soit votre choix ou les questions que vous vous posez il est important d’en parler à votre médecin traitant ou à votre gynécologue. ils seront les plus à même de vous orienter dans votre choix selon votre mode de vie, vos besoins et vos envies. Un médecin sur Livi peut également vous aider et vous conseiller sur votre moyen de contraception. Il est primordial d’avoir un avis médical si vous ne supportez plus votre contraception ou si vous souhaitez en changer.

Pour aller plus loin, vous pouvez lire notre page médicale complète sur la contraception.

Mis en ligne le:
11 juin 2020