mycose-fiche-médicale

Mycose : quel traitement pour la soigner ?

Les mycoses superficielles sont des infections fréquentes de la peau, des muqueuses, des cheveux ou des ongles, par des champignons microscopiques.

Qu'est-ce qu'une mycose ?

Plus proche de la moisissure que du cèpe de nos forêts, les champignons à l’origine de ces infections appartiennent à deux grandes familles :

  • les dermatophytes, qui sont des champignons filamenteux responsables d’atteintes de la peau, des muqueuses ou des ongles et des teignes ;

  • les levures, dont l’espèce Candida est naturellement présente sur la peau et les muqueuses, mais qui en cas de trop grand nombre devient pathologique, et Malasseezia furfur en cause dans deux maladies, le pityriasis versicolor et la dermite séborrhéique.

Le diagnostic de ces infections est le plus souvent clinique. Des prélèvements ou une observation directe à l’aide de lampes spécifiques peuvent parfois être nécessaires.

Les mycoses superficielles sont des infections bénignes. Très rarement, en cas de déficit important du système immunitaire, elles peuvent entraîner une infection plus profonde, voire généralisée.

Les mycoses sont plus ou moins contagieuses, à l’exception de la malassezia furfur qui ne l’est jamais.


Les mycoses génitales

La mycose génitale est le plus souvent causée par le Candida albicans, un champignon de type levure.

Vaginale chez la femme

La mycose vaginale correspond à l’apparition d’une rougeur et d’un gonflement au niveau de la vulve et du vagin. Elle s’accompagne de démangeaisons, de brûlures et de pertes vaginales blanchâtres à l’apparence du lait caillé.

Sur le gland chez l'homme

C’est une inflammation du gland et du prépuce avec un enduit blanchâtre au niveau du sillon balano-préputial ainsi qu'un prurit (démangeaison).


La mycose cutanée

Les candidoses des petits et grands plis

Qu’entend-t-on par petits et grands plis ? On appelle grands plis ceux des aisselles, les plis sous-mammaires, ceux de l’aine et le sillon interfessier. Sont considérés, quant à eux, comme petits plis, la commissure des lèvres, les lèvres et les espaces entre les orteils. Le 3ème et le 4ème espace inter orteil sont particulièrement touchés par les mycoses. Les candidoses des plis prennent l’aspect d’une tache rouge plus ou moins grande, mal limitée, ayant débutée au fond du pli et recouverte d’un enduit blanchâtre.

La dermatite séborrhéique

C’est une maladie de la peau inflammatoire chronique et récidivante qui se caractérise par des plaques rouges recouvertes de petits lambeaux de peau blancs ou jaunâtres. Ces plaques sont surtout localisées au niveau des sourcils, autour du nez et à la lisière du cuir chevelu. Les levures Malassezia ne sont pas seules responsables de la maladie, l’excès de sébum et d’autres facteurs moins bien identifiés entrent également en jeu dans son déclenchement.

Le pityriasis versicolor

Le plus souvent également dû à une infection à malassezia, le pityriasis versicolor se présente sous forme de taches chamois à brunes recouvertes de fins lambeaux de peau (squames) au niveau du tronc et des racines des membres. À noter que les taches apparaissent foncées sur peau claire et claires sur peau foncée.

Les dermatophytoses de la peau

Elles peuvent toucher les petits et grands plis, mais également la peau des membres, du tronc, de la face, la paume des mains et la plante des pieds. Au niveau des plis, la dermatophytose prend l’aspect d’une tache rouge plus ou moins grande bordée par une collerette faite de squames (petits fragments de peau qui se détachent) et de petites vésicules. Elle peut être accompagnée de démangeaisons, d'une odeur désagréable et d’un suintement.

Au niveau de la peau des membres du tronc ou de la face, les lésions se présentent sous forme d’une petite plaque arrondie à contour circiné ou sous forme de grands placards à contour géographique. Elles s'accompagnent de démangeaisons. Ces lésions peuvent être dues à un dermatophyte transmis par un animal (chien, chat...).

Au niveau palmo-plantaire, on retrouve des lésions squameuses, une couche cornée anormale ou des petits boutons voire des bulles.


Mycose sur les ongles

Les candidoses des ongles

Elles débutent par une atteinte autour de l’ongle sous forme d’un bourrelet inflammatoire nommé périonyxis, avant de contaminer l’ongle par sa base, celui-ci devenant jaunâtre : on parle alors d’onyxis.

Les dermatophytoses unguéales

Les dermatophytes, après avoir parasité les espaces inter-orteils et la plante du pied, s’attaquent à l’ongle dont le lit est souvent atteint. Les ongles deviennent alors progressivement jaunâtres et friables. Les dermatophytes sont les principaux responsables des mycoses de l’ongle mais une atteinte de l’ongle ne signifie pas systématiquement mycose. En effet, les mycoses ne représenteraient que 30 à 50% des pathologies de l’ongle, le reste étant secondaire à d’autres maladies de l’ongle ou à des microtraumatismes répétés.


La mycose buccale

On parle également de candidose de la bouche.

Elle se manifeste par une inflammation de la langue et des muqueuses des joues avec toujours cet enduit blanchâtre plus ou moins important caractéristique du Candida.


Facteurs favorisants l’apparition d’une mycose

  • l’humidité et/ou la macération dues par exemple à une transpiration excessive, au port de chaussures fermées ou à l’utilisation de couches chez le nourrisson ;

  • une hygiène inadaptée (insuffisante ou au contraire exagérée) ;

  • la pratique de certains sports (sport de contact, natation ou autres sports d’eau) ;

  • certains traitements médicamenteux (antibiotiques, médicaments qui affaiblissent le système immunitaire, anti-inflammatoires…) ;

  • certains états ou maladies : grossesse, obésité, diabète, troubles circulatoires.

Quel traitement contre une mycose ?

La prise en charge peut se faire en différentes étapes :

  • établir le diagnostic clinique qui sera éventuellement complété par des prélèvement locaux afin de déterminer l’espèce de champignon en cause ;.

  • L’instauration d’un traitement spécifique dit antifongique : les traitements antifongiques appartiennent à différentes familles dont la plus importante est celle des imidazolés. Un traitement antifongique local est le plus souvent suffisant pour traiter les mycoses cutanées ou muqueuses peu étendues et peu profondes. La forme du traitement local utilisé (crème, ovule, émulsion, poudre ou solution) et la durée du traitement varient selon les cas.

En cas de mycoses étendues ou rebelles ou de mycoses des ongles, un traitement par voie orale est généralement nécessaire.


Prévention des mycoses

Pour éviter la contamination

Pour éviter la contamination ou le développement de certains champignons naturellement présents sur notre peau, les médecins sur Livi vous conseillent de :

  • utiliser de l'eau et du savon pour la toilette quotidienne des mains, ongles et pieds et de les sécher soigneusement (au sèche-cheveux si besoin) l’ensemble des plis, petits et grands, après la toilette ;

  • changer tous les jours de chaussettes, bas, collants ;

  • éviter le port de chaussures et chaussons sans chaussettes, bas ou collants ;

  • porter des chaussures ouvertes lors de la fréquentation de vestiaires ou douches collectifs (piscine, clubs de sport) ;

  • prendre en charge une hypersudation des mains ou des pieds ;

  • supprimer le tapis de salle de bain ;

  • porter des sous vêtement en coton ;

  • éviter l'application d'huile et le port de vêtements occlusifs.

Pour éviter la récidive

Pour éviter les récidives, vous pouvez :

  • désinfecter les chaussons et chaussures mises pieds nus ;

  • laver systématiquement le linge de toilette à 60° ;

  • traiter tous les membres de la famille ayant des lésions mycosiques.

Quand consulter un médecin ?

Il est préférable de consulter un médecin dès l’apparition des premiers symptômes de mycoses superficielles.

Nous vous conseillons de consulter rapidement en cas de :

  • extension rapide des lésions ;

  • antécédent de déficit immunitaire, de diabète ou de problème de circulation sanguine (veineuse ou artérielle) ;

  • lésions des ongles.

Que peut faire Livi pour vous ?

Les médecins généralistes et dermatologues sur Livi peuvent faire le diagnostic de mycose et vous prescrire un traitement adapté. Ils pourront être amenés à demander un prélèvement cutané pour confirmer le diagnostic ou pour vérifier que le champignon est sensible au traitement prescrit.


Sources

Conseil médical validé par :
Dr. Céline Guyomar