L’allaitement : à quoi s'attendre ?

Femme qui allaite sont enfant.
Mis en ligne le : 17 sept. 2020

L’allaitement est un processus naturel mais cela peut aussi représenter une période de confusion pour les nouvelles mamans. Ce guide vous apportera toutes les informations nécessaires pour vous préparer à l’allaitement.

Il n’existe pas de meilleur aliment pour votre bébé que le lait maternel. Il contient absolument tous les éléments pour son bon développement. Le lait maternel permet de couvrir entièrement les besoins énergétiques de son enfant pendant au moins les six premiers mois. L'allaitement est également un moment pour créer un lien précieux avec son enfant. Un lien important se tisse aux travers des odeurs. En effet, de la même façon que la mère reconnaît son enfant, le nourrisson va reconnaître l’odeur du lait maternel. Bien sûr, chaque mère est libre de choisir la méthode qu’elle préfère pour nourrir son enfant. Pour les nouvelles mamans, l’allaitement peut devenir une source de pression, d’anxiété voir de culpabilité. Chaque femme vit sa propre expérience de l’allaitement.

Ce guide est fait pour vous aider à dissiper toute confusion à propos de l’allaitement. La venue d’un enfant est un bouleversement dans votre vie et il est important pour les futurs parents de réfléchir à l’alimentation d’un nourrisson. Découvrez ce qu’il se passe dans votre corps ainsi que les avantages de nourrir votre enfant avec du lait maternel.

Qu’est-ce qu’il se passe dans votre corps ?

L’allaitement peut être compliqué pour les premiers jours. Cela demande un apprentissage autant pour vous que pour votre bébé. Savoir ce qu’il se passe dans votre corps vous permettra d’y être mieux préparé, même si la meilleure approche reste de se faire confiance et de suivre son propre instinct.

Au cours de votre grossesse, vous produisez un liquide épais et jaune appelé colostrum. C’est une production précoce de lait qui commence dès la 16ème semaine de grossesse grâce à l’augmentation de l’hormone prolactine. C’est un lait très nutritif plein de protéines, de vitamines, de minéraux et d’anticorps.

Suite à l’accouchement, les niveaux d'œstrogène et de progestérone baissent et les niveaux de prolactine augmentent. Vous serez alors prête à allaiter votre bébé. On privilégie le contact peau à peau après l’accouchement pour stimuler la production de lait et donner envie au bébé de se nourrir. À ce stade, l’enfant peut vouloir se nourrir régulièrement à intervalles réguliers. La tétée libère également l'hormone ocytocine qui stimule le "réflexe d'éjection" où le lait est expulsé du sein par le mamelon. L'ocytocine induit des sentiments de calme et de relaxation et crée un puissant sentiment d'attachement entre la mère et le bébé. Votre corps se régulera en fonction de l’appétit de votre enfant, plus le nombre de tétées augmentent et plus votre corps se mettra à produire du lait.

Les avantages de l’allaitement pour l’enfant et la mère

Le lait maternel est spécialement adapté à votre enfant et à ses besoins. Sa composition varie pendant la durée de l’allaitement pour s’adapter au besoin du bébé. Le geste d’allaiter permet un contact peau à peau entre la mère et le bébé. L’allaitement répond donc non seulement aux besoins nutritifs du bébé, mais aussi à son besoin de chaleur et de sécurité.

Pour la mère, allaiter son enfant est un geste pratique puisque le lait maternel ne nécessite pas d’être acheté, préparé et transporté. Pour le nourrisson, des études démontrent les nombreux bienfaits de l’allaitement pour son développement. Les bébés allaités sont généralement moins touchés par des infections gastro-intestinales et des voies respiratoires supérieures. Ils sont également moins touchés par certaines maladies inflammatoires comme l'eczéma, le diabète de type 1, ainsi que des maladies inflammatoires de l'intestin.

Une étude menée par l’INSERM a démontré que les enfants qui ont été nourris avec du lait maternel bénéficient d’un avantage sur le plan psychomoteur. En moyenne, les enfants allaités prononcent davantage de mots à deux ans que ceux qui n’ont pas été allaités. De plus, ils semblent avoir un meilleur développement cognitif global à l’âge de trois ans.

A quoi vous attendre ?

Savoir allaiter son enfant n’est pas forcément inné chez une mère, c’est pourquoi une sage-femme ou un professionnel de santé saura vous accompagner dans cette démarche. L'expérience de chaque mère lors de son premier allaitement sera différente, mais la plupart ont besoin d'aide pour commencer. Vous pouvez vous attendre à ce qu'une sage-femme vous montre comment tenir le bébé et l'aider à prendre le mamelon. Une fois que vous êtes chez vous, les infirmières spécialisées dans l'allaitement peuvent vous apporter un soutien supplémentaire.

En tant que jeunes parents, il est tout à fait normal d’avoir besoin d’être accompagnés lorsque l’on rencontre une difficulté. Avec ce changement radical de vie, le père peut également se sentir maladroit et parfois exclu de ce lien entre l’enfant et la maman dû à l’allaitement. Mais ce n’est en aucun cas un frein à la relation père et enfant. En effet, il a un rôle tout aussi important dans le développement de son enfant. C’est pourquoi il est essentiel de le laisser participer aux soins du nourrisson, avant et après l’allaitement. Prendre soin de son enfant devient un travail d’équipe au quotidien.

L’allaitement peut être douloureux

L'allaitement au sein peut souvent faire mal, surtout lorsque votre bébé s'habitue à téter. Il se peut qu'il serre la bouche sur le mamelon, ce qui signifie qu'il n'avale pas beaucoup de lait. Une trop grande quantité de lait qui sort peut également provoquer des douleurs. Si cela se produit, éloignez le bébé du mamelon et laissez sortir un peu de lait sur une serviette avant d'essayer à nouveau.

L’allaitement peut aussi mener à une infection bactérienne. Si vous avez des stries rouges sur les seins et si votre température augmente, contactez votre médecin traitant, ou si ce dernier est indisponible, un médecin sur Livi. Cela pourrait être une mastite. Elle survient plus souvent si la mère a des blessures au sein (crevasses) ou un engorgement prolongé. D’autres douleurs peuvent être dues à une élongation musculaire pendant la naissance, une blessure au sein dans le passé, des soutiens-gorge mal ajustés ou une mauvaise technique pour tirer le lait peuvent également provoquer des douleurs.

Si la moindre douleur persiste, demandez l’avis d’un professionnel de santé car il existe souvent une solution.

Le nouveau-né se nourrit très souvent

Au cours de la première semaine, votre bébé peut avoir envie de se nourrir très souvent mais en petite quantité. Les premiers jours, cela peut être toutes les heures. Ensuite, environ 8 à 12 fois par jour, voire plus pendant les premières semaines. Les signes de la faim chez le nourrisson seront dans un premier temps des regards de droite à gauche et une respiration différente, ensuite la succion des poings ou des doigts et enfin des pleurs.

Concernant l’allaitement de bébés prématurés qui n'arrivent pas forcément à téter, il est recommandé de tirer du lait maternel. L’enfant pourra recevoir du lait directement dans l’estomac grâce à un tube naso-gastrique. Cette façon de nourrir les bébés prématurés est parfois un peu compliqué pour les premières semaines mais l’enfant se développe rapidement pour ensuite réussir à téter naturellement.

Vos émotions sont chamboulées

Il est courant d'avoir le "baby blues" quelques jours après l'accouchement, où vous pouvez être de mauvaise humeur et légèrement déprimée. Les changements hormonaux soudains qui se produisent dans le corps après l'accouchement peuvent rendre de nombreuses femmes plus maussades. Pendant que vous allaitez, les niveaux d'œstrogène et de progestérone restent bas (pour arrêter l'ovulation et empêcher une grossesse), ce qui peut provoquer de l'anxiété, des sautes d'humeur, de l'irritabilité et de la dépression. Bien que les bienfaits calmants de l'ocytocine puissent aider, tout le monde ne réagit pas de la même manière. Une fois que vous avez cessé d'allaiter, les hormones reviennent progressivement à la normale.

Avoir un plus gros appétit

Il est normal de ressentir un appétit plus important que d'habitude, car l'allaitement consomme beaucoup d'énergie. De plus, le manque de sommeil peut affecter les niveaux d'hormones de la faim et de l'appétit. Essayez de manger sainement et tenez-vous en à 5 portions de fruits et légumes variés par jour. Prévoyez également beaucoup de féculents, comme du pain complet et des pâtes, des protéines, notamment de la volaille, des œufs, de la viande maigre et du tofu, des produits laitiers et des aliments riches en fibres, comme les lentilles et les haricots.
Le poisson est une bonne source de nutriments et de protéines. Mais essayez de ne pas consommer plus de deux portions de poissons gras comme le saumon, le maquereau ou les sardines par semaine, car ceux-ci peuvent contenir de faibles niveaux de polluants qui peuvent s'accumuler dans le corps au fil du temps.

La décision d’allaiter est libre

Si de nombreuses femmes font croire que l'allaitement est simple, au quotidien, la réalité est tout autre chose. Certaines femmes craignent de mal s’y prendre, ou ne se sentent pas à l'aise. Mais il n’y a aucune raison de culpabiliser, le choix vous appartient.

Si vous avez des difficultés à prendre une décision concernant l’alimentation de votre enfant, l’idéal est d’en parler. Profitez de vos rendez-vous avec une sage-femme pour lui demander conseil. Même si votre décision n’est pas prise au moment de l’accouchement, ce n’est pas grave. À la naissance, il vous sera proposé de faire la “tétée de bienvenue” et vous aurez ensuite le choix de continuer ou non.

Vous pouvez décider d’allaiter quelques jours, quelques mois ou plus d’une année. Cette décision vous appartient. Certaines femmes considèrent que l’allaitement ne convient pas à leur rythme de vie, même si elles en connaissent les bienfaits. D’autres ne vivent pas l’allaitement comme elles l’avaient imaginé ou souhaité et décident de donner à leur enfant du lait infantile pour nourrissons. D'un point de vue nutritionnel, le lait infantile est aussi bon que le lait maternel. Mais le lait maternel contient effectivement une meilleure protection immunologique que le lait infantile n'offre pas.

Pour nourrir votre enfant avec du lait infantile, vous aurez besoin de biberons ainsi que d'un équipement de stérilisation. Suivez toujours attentivement les instructions lorsque vous préparez un biberon. Donnez-lui le temps de téter et de profiter du lien que vous créez ensemble, en veillant à ce que vous ayez un contact peau à peau suffisant. Les bébés aiment aussi être tenus assez droits pour pouvoir respirer et avaler correctement.

Lorsqu'ils atteignent l'âge de 1 an, les bébés peuvent commencer à boire du lait de vache, de brebis ou de chèvre entier (à condition qu'il soit pasteurisé). Si votre bébé est allergique au lait de vache, le lait de chèvre peut être plus facilement toléré.

Pour finir, que votre décision soit d’allaiter votre enfant ou non, en cas de problème demandez toujours un avis médical auprès de votre médecin traitant ou à un médecin sur Livi.


Les sources suivantes traitent de l’allaitement et nous ont paru intéressantes pour compléter cet article :

Mpedia : spécialiste de l’enfant

Recommandations de l’OMS sur l’allaitement

Le guide de la Santé Publique sur l’allaitement

Téléchargez l'application Livi

Mis en ligne le:
17 sept. 2020

Autres articles