Livi-logo
Télécharger
Accueil
Stéatose hépatique : quels sont les symptômes ?

Stéatose hépatique : quels sont les symptômes ?

La stéatose hépatique est une maladie du foie associée à la consommation d’alcool ou à une maladie chronique. Il existe des moyens simples de la prévenir ainsi que des traitements pour la combattre. Découvrez les conseils des médecins Livi pour la reconnaître et la soigner.

Qu'est-ce que la stéatose hépatique ?

La stéatose hépatique est une maladie du foie où le foie devient “gras” malgré l’absence de consommation de boissons alcooliques. Elle est fréquemment associée à l'obésité, le diabète, l’hypertension ou à un taux de cholestérol élevé. Souvent, cette maladie peut être prévenue ou disparaître en apportant quelques modifications simples au mode de vie des personnes touchées.

La stéatose hépatique correspond à un excès de graisses dans votre foie, elle est également appelée maladie du “foie gras”.

L’accumulation de gras dans les cellules du foie peut être associée à une consommation d’alcool (stéatose hépatique alcoolique) ou n’avoir pas de rapport avec l’ingestion d’alcool (stéatose hépatique non alcoolique).

Types de stéatose hépatique non alcoolique

On peut parler de deux types différents de stéatose hépatique non alcoolique.

Stéatose hépatique simple

La stéatose hépatique simple signifie que vous avez de la graisse dans votre foie, mais que vous n'avez pas d'inflammation ni de lésions des cellules hépatiques. Généralement, elle ne s'aggrave pas et ne provoque pas de problèmes au niveau du foie. La plupart des personnes atteintes de NAFLD (Nonalcoholic Fatty Liver Disease) ont un foie gras mais sans autres complications.

Stéato-hépatite non alcoolique (NASH)

La stéato-hépatite non alcoolique (NASH) est beaucoup plus grave qu'une simple stéatose hépatique. La NASH signifie que vous avez une inflammation du foie. L'inflammation et les lésions des cellules hépatiques qui surviennent dans le cas de la NASH peuvent entraîner, avec le temps, des problèmes graves tels que la fibrose, la cirrhose et le cancer du foie.

Quels sont les symptômes de la stéatose hépatique

La stéatose hépatique évolue silencieusement jusqu’à très tard dans la maladie, c’est pourquoi la grande majorité des personnes atteintes ne savent pas qu’elles le sont.

Les symptômes de stéatose hépatique sont :

  • des douleurs au niveau de l’abdomen ainsi qu’une sensation de ballonnement ;
  • un gonflement (oedème) abdominal et des jambes ;
  • une perte d’appétit ;
  • des nausées ;
  • l’apparition d’un ictère (coloration jaune de la peau et des yeux)
  • de la fatigue ;
  • de la faiblesse ;
  • un état confusionnel.

Qui sont les personnes les plus touchées ?

La stéatose du foie peut apparaître chez des personnes sans antécédents particuliers mais, dans la grande majorité des cas, les personnes les plus susceptibles d’être atteintes sont celles qui sont :

  • en surpoids ou obèses ;
  • atteintes d’un diabète de type 2 ;
  • atteintes d’un syndrome métabolique ;
  • qui prennent certains médicaments comme l’amiodarone, des stéroïdes ou le tamoxifène.

Comment la diagnostiquer ?

Comme nous avons remarqué, la stéatose hépatique évolue silencieusement. De ce fait, la majorité des patients n’a pas de symptômes au début de la maladie.

Le diagnostic est établi habituellement par le médecin en vue d’anomalies retrouvées lors de certains examens, comme par exemple :

  • un bilan sanguin avec des enzymes hépatiques anormalement élevées et éventuellement un bilan lipidique modifié ;
  • des sérologies d’hépatite B ou d’hépatite C positives ;
  • une échographie hépatique qui met en évidence des altérations dans la structure du foie.

Pour établir le diagnostic avec certitude, une biopsie du foie peut vous être proposée.

Quelles sont les complications possibles ?

Le foie est un organe avec une capacité régénérative extraordinaire et, bien souvent, les personnes atteintes de stéatose hépatique n’ont pas de problèmes majeurs si elles adoptent des habitudes de vie qui aident leur foie à récupérer.

Par contre, la stéatose hépatique devient compliquée à long-terme car elle peut évoluer vers une cirrhose ou un cancer du foie.

Quels traitement contre la stéatose hépatique ?

Le foie est un organe avec une capacité régénérative hors pair. Pour les patients atteints d’un début de stéatose hépatique, l’adoption d’un régime adapté avec moins de graisses, plus de légumes et de fruits permet une perte de poids et la régression de la stéatose. Pour ceux qui ont une stéatose associée à une prise d’alcool, le sevrage alcoolique est un traitement en soi.

En plus de ces mesures, des traitements vous seront proposés pour le traitement d’une hypercholestérolémie (excès de cholestérol) et de l’excès de triglycérides, si c’est le cas. Les patients diabétiques doivent aussi bénéficier d’un traitement pour leur diabète.

Quels régime adopter ?

Suivre un régime adapté et se faire accompagner par un diététicien sont fondamentaux pour contrer la maladie. Le mieux est de manger des légumes, des fruits, des acides gras d’origine végétale (comme l’huile d’olive), certains poissons et viandes maigres. Il faut également éviter les aliments sucrés, l’alcool, ou les acides gras saturés.

Comment prévenir la stéatose hépatique ?

La stéatose hépatique peut être prévenue en ayant des bonnes habitudes de vie comme :

  • suivre un régime alimentaire sain avec des fruits, des légumes et peu de graisses ;
  • s’hydrater correctement avec de l’eau et éviter les boissons alcoolisées ;
  • réduire les sucres, les fast-foods, les sucreries et les sodas ;
  • maintenir un poids de forme correct ;
  • en faisant du sport au moins 30 minutes, plusieurs fois par semaine et en limitant le temps de sédentarité.

Si vous êtes atteint d’une maladie chronique, tel que le diabète ou l’hypertension, le fait de suivre correctement le traitement proposé et de vous faire accompagner par des professionnels de santé est aussi un moyen de prévenir ou de ralentir l’apparition d’une stéatose hépatique.

Ce que Livi peut faire pour vous

Le diagnostic d’une stéatose hépatique nécessite quelques examens complémentaires pour être confirmé. Si vous pensez en être atteint, n’hésitez pas à consulter un de nos médecins généralistes ou gastro-entérologues pour qu’il puisse vous conseiller, vous prescrire les examens nécessaires et vous accompagner en fonction des résultats.

Conseil médical validé par :

Dr. Raquel Correia

Mis à jour le :