Livi-logo
Télécharger

Cancer du côlon

Qu’est-ce que le cancer colorectal ?

Le tube digestif se compose de deux parties principales : le gros intestin et l'intestin grêle. Un cancer peut se développer dans n'importe quelle partie de l'intestin, mais il est cependant plus fréquent dans le gros intestin constitué de deux sections : le côlon et le rectum.

Bien qu’il se manifeste généralement chez les personnes de plus de 50 ans, on s’aperçoit depuis environ 3 décennies que le taux du cancer colorectal augmente chez les moins de 50 ans, alors même que son taux global diminue. Cette augmentation est particulièrement significative chez les moins de 40 ans et concernerait surtout les cancers rectaux.

Le cancer du côlon

Le principal rôle du côlon est d’absorber l'eau des résidus alimentaires non digérés et non absorbés au niveau de l’intestin grêle pour constituer les selles. Il mesure environ un mètre et demi de long et se compose de quatre parties : le côlon droit, le côlon transverse, le côlon gauche ou descendant et le côlon sigmoïde. Un cancer qui commence dans l'une de ces sections est appelé cancer du côlon.

Le cancer rectal

Les selles formées dans le côlon passent ensuite dans le rectum, la dernière partie de l'intestin, où elles sont stockées avant leur évacuation par l’anus. Les cancers qui se développent à cet endroit sont appelés cancers du rectum. Les causes et les traitements d’un cancer du rectum sont souvent différentes de ceux du cancer du côlon.

Le cancer de l’intestin grêle

Bien que beaucoup plus rare, le cancer peut également se développer dans l'intestin grêle. Lorsque nous mangeons, les aliments passent de l'estomac à l'intestin grêle, où la plupart des aliments sont digérés. L'intestin grêle mesure environ 6 mètres de long et se compose de trois sections : le duodénum, le jéjunum et l'iléon. Un cancer qui se développe dans l'une de ces trois sections est ainsi appelé cancer de l'intestin grêle.

Quelles sont les principales causes de cancer colorectal ?

Le cancer colorectal est une maladie des cellules qui tapissent la paroi interne de cette partie du tube digestif. Il se développe à partir d’une cellule ayant subi des mutations et devenue anormale, qui se multiplie ensuite de façon anarchique pour constituer une tumeur.

Certaines prédispositions génétiques, c'est-à-dire la présence de mutations héritées d’un parent au niveau de l’ensemble de nos cellules dès la naissance, augmentent la survenue de cancers du côlon. C’est le cas des personnes atteintes de polypose adénomateuse familiale ou du syndrome de Lynch.

Outre la prédisposition génétique , les autres facteurs de risque du cancer du côlon sont les suivants :

  • le vieillissement ;

  • les régimes alimentaires riches en viande rouge et pauvres en fibres ;

  • l'obésité ;

  • l’inactivité physique ;

  • la consommation d'alcool ;

  • le tabagisme ;

  • les maladies intestinales inflammatoires, telles que la rectocolite hémorragique et la maladie de Crohn.

Dans la plupart des cas, les mutations qui conduisent au cancer sont acquises au cours de la vie de l’individu et non héritées.

Symptômes de cancer colorectal

Les premiers signes et symptômes du cancer colorectal sont similaires chez la femme et chez l’homme.

Au début, il se peut que vous n'ayez aucun signe ou symptôme, mais vous pouvez constater des changements dans vos habitudes intestinales comme :

  • une diarrhée ;

  • une constipation ;

  • le rétrécissement des selles ;

  • des changements dans la fréquence de vos selles ;

  • du sang dans vos selles ;

  • des ballonnements ;

  • une distension abdominale ;

  • des douleurs abdominales ou des crampes.

Il est également possible de ressentir des changements dans votre état de santé général, comme :

Ces symptômes ne sont pas spécifiques et peuvent être secondaires à d’autres causes comme un virus gastro-intestinal, des troubles fonctionnels intestinaux ou de simples hémorroïdes. Si vous présentez un de ces symptômes, ne paniquez pas : consultez un médecin pour bénéficier d’un diagnostic.

Diagnostic du cancer du côlon

Si vous présentez des symptômes, commencez par consulter votre médecin généraliste qui vous interrogera sur votre état de santé général. Il pratiquera un examen clinique complet comprenant un toucher rectal (palpation de l'intérieur de votre rectum avec un doigt ganté) pour rechercher une grosseur dans votre rectum. Cela peut être inconfortable mais ne doit pas être douloureux. L’examen clinique sera complété par la réalisation d’examens complémentaires comme une coloscopie. Cet examen consiste en l’introduction d’ un tube fin muni d’une caméra appelé endoscope dans votre rectum et votre côlon afin d’en examiner l’ensemble. Si des zones anormales sont observées, une ou des biopsies, c'est-à-dire des prélèvements d’échantillons de tissus, seront effectuées.

Vous pourrez également passer d'autres tests comme un coloscanner.

Comment prévenir le cancer du côlon ?

Le taux d'incidence du cancer colorectal augmente chez l’adulte à partir de 50-60 ans et se développe dans 80% des cas à partir d’une d’une tumeur bénigne appelée polype.

L’idéal est de se faire dépister avant même de présenter des symptômes afin de repérer des lésions et de retirer des polypes présents avant leur transformation cancéreuse. S’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit dans 9 cas sur 10. Il est donc recommandé à toutes les personnes âgées de 50 à 74 ans de réaliser un dépistage du cancer du côlon tous les 2 ans à l’aide d’un test immunologique de recherche de sang dans les selles. En cas de facteur de risque héréditaire, un plan de dépistage personnalisé par coloscopie sera établi avec votre médecin.

Quelles sont les complications associées au cancer du côlon ?

La plupart des cancers de l'intestin commencent par une petite excroissance appelée polype ou adénome. Un petit nombre d'entre eux peuvent se transformer en cancer. Sans traitement, la tumeur cancéreuse se propage dans les couches musculaires puis à travers la paroi de l'intestin.

La plupart des cancers de l'intestin mettent cinq à dix ans ou plus pour se développer.

Le cancer de l'intestin peut parfois se développer dans :

  • des organes voisins comme la vessie et la prostate chez les hommes et dans l'utérus chez les femmes ;

  • d'autres parties du corps par le sang et le système lymphatique : gorge, estomac, abdomen ou foie. Les poumons et les os sont également concernés mais cela est moins fréquent.

Quel traitement en cas de cancer du côlon ?

Les traitements du cancer colorectal comprennent la chirurgie, la chimiothérapie et parfois la radiothérapie. Le traitement dépend de la partie de l'intestin dans laquelle le cancer a commencé et du type de cellules affectées.

La chirurgie

Les cancers précoces ou les polypes peuvent être retirés au cours d'une coloscopie. Un tube flexible est inséré par l'anus et si un polype est découvert, il sera retiré. Si une petite zone cancéreuse est découverte, elle sera également retirée à cette occasion. Pour les zones de cancer plus importantes, vous devrez peut-être subir une intervention chirurgicale pour retirer la partie affectée.

Votre chirurgien peut retirer une partie du côlon ou tout ou une partie de votre rectum. Des tissus voisins, tels que des ganglions lymphatiques, peuvent également être prélevés pour voir si le cancer s'y est propagé. Dans la plupart des cas, les extrémités restantes de votre gros intestin seront rattachées entre elles dans un second temps opératoire.

Chimiothérapie et radiothérapie

La chimiothérapie, la radiothérapie, ou les deux, peuvent également être recommandées avant ou après une procédure chirurgicale. La chimiothérapie utilise des médicaments pour attaquer et tuer les cellules cancéreuses. La radiothérapie quant à elle utilise des rayons pour détruire les cellules cancéreuses.

D'autres traitements peuvent également être recommandés en fonction du type de cancer.

Ce que Livi peut faire pour vous

Si vous présentez des symptômes inquiétants, sachez que vous pouvez consulter un médecin en ligne sur Livi. Il pourra alors vous orienter, en fonction de son diagnostic, vers un examen physique. Si vous avez été diagnostiqué d’un cancer et que vous éprouvez des difficultés à faire face à la maladie, sachez qu’il vous est également possible de consulter un médecin généraliste ou un psychiatre pour bénéficier d’un accompagnement personnalisé.

Conseil médical validé par :

Dr. Céline Guyomar

Mis à jour le :

Besoin de conseils et d'astuces santé ?

Une fois par semaine, recevez des informations de qualité pour prendre soin de votre santé.