Livi-logo
Télécharger
Accueil
Herpès

Herpès

L'herpès est une infection virale qui peut se transmettre d'une personne à l'autre et qui ne présente pas toujours de symptômes. Les médecins Livi vous présentent les différents types d'herpès, les symptômes qui leurs sont associés ainsi que les options de traitements qui s'offrent à vous.

Qu'est-ce que l'herpès ?

L'herpès est une infection virale dûe au virus herpès simplex ou HSV. Ce virus peut provoquer des symptômes, qui se manifestent généralement par des lésions de la peau et des muqueuses, que l'on peut diviser en deux catégories : les infections "au-dessus de la taille", qui touchent principalement la bouche et la langue, et les infections "au-dessous de la taille", qui touchent les organes génitaux. Il arrive également que le virus se transmette d'une personne à l'autre sans symptômes apparents.

Les différents types d'herpès

Herpès de type 1 et 2

Il existe deux types d'herpès : le virus de l'herpès de type 1 (HSV-1) et le virus de l'herpès de type 2 (HSV-2)

Auparavant, l'herpès de type 1 était considéré comme une infection des lèvres ou de la zone orofacial/labial et l'herpès de type 2 était considéré comme une infection de la zone génitale, mais les relations oro-génitales font qu’il est possible de contracter l’herpès de type 1 sur la zone génitale et qu’il est également possible, mais de manière beaucoup plus rare, de retrouver l'herpès de type 2 sur la bouche. Il n'est donc pas aussi simple d'appeler l'herpès de type 1 herpès labial ou bouton de fièvre, et l'herpès de type 2 herpès génital.

Panaris herpétique

Outre les infections buccales et génitales, le HSV peut également affecter d'autres zones. Lorsqu'il touche le bout du doigt ou le lit de l'ongle, on parle de blanchiment herpétique, ce qui peut se produire si le doigt se frotte contre une lésion active autour de la bouche ou de la zone génitale. Une fois que l'infection a touché le bout du doigt, elle peut facilement être transportée vers d'autres parties du corps et propager l'infection - un processus appelé autoinoculation.

Eczéma herpétique

Les brûlures ou les lésions de dermatite atopique peuvent être sur-infectées par un virus de type herpès. Cela donne des infections très graves au niveau des zones concernées. On parle alors d’eczéma herpétique.

Herpès oculaire

Le HSV peut également affecter l'œil en provoquant une kératoconjonctivite, c'est-à-dire une inflammation de la cornée et de la conjonctive. Outre les symptômes de la conjonctivite, qui sont la douleur, la rougeur, le larmoiement et la sensibilité à la lumière, il peut y avoir des signes d'atteinte de la cornée, comme une vision floue et une lésion dendritique ramifiée, à l’examen ophtalmologique, qui ressemble un peu aux dendrites arborescentes d'un neurone et qui est spécifique de l'herpès oculaire.

Herpès néonatal

Le HSV peut également se transmettre de la mère à l'enfant. Plutôt que de provoquer une infection congénitale pendant que le fœtus est dans l'utérus, la plupart des transmissions ont lieu à la naissance, lorsque le bébé traverse les voies génitales infectées de la mère pendant l'accouchement. Le HSV néonatal est heureusement rare. Il provoque trois types de maladies différentes, chacune survenant dans environ un tiers des cas:

  • La première est une infection de la peau, des yeux ou des muqueuses, où les lésions apparaissent une à deux semaines après l'accouchement, généralement aux endroits où la peau du nouveau-né est endommagée, comme à l'endroit où des électrodes du cuir chevelu ont pu être fixées.
  • La seconde est une infection du système nerveux central qui entraîne généralement une léthargie, une irritabilité, voire des crises d'épilepsie 2 à 3 semaines après l'accouchement. On retrouve les mêmes résultats lors des examens complémentaires: ponction lombaire, IRM et électro encéphalogramme, que lors d’une encéphalite à herpès chez l’adulte. S'ils ne sont pas traités, le premier et le deuxième type peuvent évoluer vers le troisième type, à savoir l'infection disséminée, où l'herpès virus provoque une septicémie et la défaillance de divers organes, dont le cœur et le cerveau.

Herpès chez la personne immunodéprimée

Le HSV peut provoquer des symptômes uniques chez les personnes immunodéprimées qui ont tendance à présenter des réactivations plus fréquentes, des symptômes plus graves et un éventail plus large de symptômes, comme des lésions de l'œsophage ou des poumons.

Comment se transmet l’herpès ?

L’herpès est transmis par contact direct lorsque notre corps est exposé à l’un de ces deux virus : herpès simplex de type 1 (HSV-1) ou herpès simplex de type 2 (HSV-2).

Le HSV-1 peut se transmettre par contact des muqueuses buccales. Il peut également se transmettre lors d'un rapport oro-génital, contaminant alors la zone génitale.

Dans le cas du HSV-2, la contagion peut se faire lors d’un rapport sexuel non protégé. Ce virus peut également contaminer les yeux et provoquer un herpès oculaire, ou kératite herpétique.

Le virus peut être transmis même si la personne infectée ne présente pas de symptômes. Si la personne infectée souffre d’une poussée, les risques d'infection sont augmentés.

Il est également possible pour un enfant d’être contaminé à la naissance si la mère est elle-même infectée, on parle alors d'herpès néonatal.

Quels sont les symptômes de l’herpès ?

En général, la première poussée d'herpès est généralement très douloureuse et difficile à manquer. Elle survient généralement 2 à 5 jours après l’exposition au virus, qu'il s'agisse de rapports oraux, anaux ou vaginaux, et les symptômes sont généralement des minuscules petites cloques douloureuses, jaunes ou et remplies de liquide au niveau de la zone de contact : elles peuvent se situer sur le visage autour des lèvres, dans la zone anale, dans la zone vaginale et sur le pénis. Il est rare que l’herpès soit asymptomatique. En dehors des manifestations cutanées, les autres symptômes peuvent être un état grippal, comme un rhume ou des frissons, des tremblements ou des douleurs musculaires au niveau des fesses et des cuisses.

Symptômes de l'herpès oral

Lorsqu'une première infection d’herpès oral provoque des symptômes, on observe des lésions sur le palais, les gencives, la langue, les lèvres et la zone faciale, ainsi qu'une fièvre et une hypertrophie des ganglions lymphatiques. Les lésions prennent la forme de petites cloques douloureuses remplies de liquide, qui suintent et s'ulcèrent. Chez les enfants plus âgés et les adultes, un symptôme courant est la pharyngite.

La réactivation ne provoque pas nécessairement de symptômes, mais lorsque c'est le cas, le symptôme le plus courant est la présence de cloques au niveau de la lèvre rouge - le bord de la lèvre - d'un côté du visage.

Symptômes de l'herpès génital

Dans le cas de l'herpès génital, la primo-infection peut provoquer des symptômes tels que des ulcères et des pustules qui se forment sur les grandes et les petites lèvres, la muqueuse vaginale et le col de l'utérus chez la femme et sur le corps du pénis chez l'homme. Comme pour l'herpès oral, la réactivation peut ne pas provoquer de symptômes, mais lorsqu'elle en provoque, le plus souvent, il s'agit de quelques cloques qui disparaissent rapidement en une semaine environ. D'autres symptômes incluent des douleurs au moment d’uriner ou des pertes vaginales très douloureuses et inhabituelles, de couleur verte ou jaune.

L'herpès est-il courant ?

L'herpès est très courant. L'herpès de type 1 est très répandu dans certains pays et ce même dans les pays développés comme les pays européens. Jusqu'à 90 % de la population y a déjà été exposée et possède des anticorps contre l'herpès de type 1 dans le sang. L'herpès de type 2 est également très répandu. Dans certains pays, jusqu'à 60 % de la population a déjà été exposée à l’herpès de type 2.

Comment le diagnostiquer ?

Le diagnostic de l’herpès est le plus souvent clinique mais il peut être confirmé par un prélèvement réalisé au niveau de la zone où apparaissent les lésions. Si vous excrétez le virus dans la zone vaginale ou dans les voies urinaires, le diagnostic peut se faire à l’aide d’un échantillon d'urine. Il peut être confirmé par des tests de recherche d'ADN viral, une réponse des anticorps au virus, ou par la culture du virus.

Peut-on guérir l'herpès ?

L'herpès ne se guérit pas, mais cela ne veut pas dire qu’il ne se traite pas.

Tout d’abord il faut savoir que les nouvelles poussées sont toujours moins douloureuses et durent moins longtemps que la première. Il existe également un traitement pour réduire les risques de récurrences ainsi que leur durée ou l’effet des symptômes.

Quels sont les traitements possibles contre l'herpès ?

L'herpès est incurable, cependant, il existe des médicaments antiviraux qui permettent d’en atténuer les effets. Ces médicaments antiviraux, comme l'acyclovir, le famciclovir et le valacyclovir, peuvent être utilisés par voie locale (crème) ou oral (comprimés).

Le traitement est à prendre le plus tôt possible dans les trois jours suivant l'apparition des premiers symptômes. C'est-à-dire lorsque des picotements ou des démangeaisons autour de la zone génitale se font sentir, que vous ressentez des douleurs musculaires ou que des cloques apparaissent.

Les médicaments antiviraux réduisent la douleur associée à l'herpès, la durée des poussées et les risques de transmission du virus à votre partenaire sexuel.

Pour les épisodes récurrents, ces traitements sont généralement plus efficaces s'ils sont pris dès le début du prodrome, c'est-à-dire avant que les cloques ne se développent. Des antiviraux intraveineux à forte dose peuvent être administrés dans les situations graves mettant en jeu la vie du patient.

Complications possibles

Les complications liées à l’herpès sont rares et incluent :

  • Un blocage de l’urètre et du passage des urines ;
  • L’apparition de plaques rouges sur la peau ;
  • Une méningite ;
  • Une encéphalite ;
  • Un accroissement du risque d’infection par le VIH lors des poussées ;
  • Un impact psychologique important.

Peut-on encore avoir des rapports sexuels ?

Vous pouvez toujours avoir des rapports sexuels si vous avez de l'herpès.

Il est néanmoins important d'éviter les rapports sexuels pendant une poussée ou si vous pensez que vous êtes sur le point de développer une poussée car c'est à ce moment-là que le virus est le plus actif et contagieux.

L’emploi du préservatif est essentiel. Les rapports sexuels non-protégés vous exposent non seulement à l’herpès mais également à d’autres infections sexuellement transmissibles comme la chlamydia, la gonorrhée ou encore le VIH.

Il est également important d’informer vos partenaires sexuels que vous l'avez eu dans le passé ou que vous avez des antécédents d'herpès.

Quelle est la fréquence des poussées d'herpès ?

La première poussée est toujours la plus douloureuse et dure le plus longtemps. Les poussées suivantes sont plus courtes et beaucoup moins douloureuses.

La fréquence des poussées d’herpès sera définie au cours des 6 premiers mois suivant votre première poussée.

Si vous n'avez pas beaucoup de poussées dans les 6 mois qui suivent votre première poussée, c'est un bon signe que le virus de l'herpès ne vous causera pas trop de problèmes. Cependant, si vous avez de nombreuses poussées dans les 6 premiers mois, cela présage de poussées plus fréquentes. En cas de récurrences très fréquentes, un traitement de fond par antiviral est possible, parlez-en avec votre médecin.

Ce que Livi peut faire pour vous

Nos médecins Livi peuvent diagnostiquer un cas d'herpès simple et vous prescrire un traitement adapté.

En cas d'herpès à risque de complications (déficit immunitaire, femme enceinte, herpès au niveau de l’oeil…), il vous orienteront vers une consultation physique.

Conseil médical validé par :

Dr. Céline Guyomar

Mis à jour le :