SANTÉ MENTALE

Syndrome de la cabane : la tentation de repli sur soi

Dernière mise à jour le:
Conseil médical validé par :
Direction médicale de Livi France
syndrome de la cabane
Il vous est difficile de sortir de chez vous depuis le confinement ? Et s'il s'agissait du syndrome de la cabane ? Les psychiatres sur Livi vous présentent ce syndrome, ses symptômes ainsi que des moyens de lutter contre.

Besoin d'un avis médical ?

Consulter un médecin

Mis en lumière à la sortie de la crise de la Covid-19, le syndrome de la cabane (aussi appelé syndrome de l’escargot ou du prisonnier) se traduit par une véritable peur de sortir du lieu où l’on se sent en sécurité pour se confronter au monde extérieur. Quels sont les symptômes de ce syndrome ? Comment le reconnaître et y faire face ? Les psychiatres sur Livi vous prodiguent leurs conseils pour vous aider à vous en sortir.

Qu’est-ce que le syndrome de la cabane ?

Effet collatéral des confinements successifs connus pendant la pandémie de Covid-19, ce trouble anxieux ne date pourtant pas d’hier. Théorisée au XXème siècle durant la Ruée vers l’Or aux États-Unis, cette affection correspond à l’angoisse de sortir de chez soi, de sa bulle de protection construite pour se préserver de toute agression extérieure. Maladie, bruit, méfiance à l’égard d’autrui… Il est difficile pour les patients souffrant de ce trouble de réapprendre à vivre en dehors de leur zone de confort.

Quels sont les symptômes du syndrome de la cabane ?

Il est important de rappeler que le syndrome de la cabane n’est pas une pathologie psychiatrique, mais relève plutôt d’un état émotionnel transitoire. La symptomatologie de ce syndrome n’est pas sans rappeler celui de la dépression, et se caractérise par :

  • Une grande fatigue émotionnelle ;
  • Une humeur changeante, une irritabilité ;
  • Des troubles du sommeil ;
  • Une perte de motivation notamment lorsqu’il s’agit de réaliser une activité à l’extérieur ;
  • Une peur ou phobie constante des dangers potentiels du monde extérieur.

Le risque majeur est que l'anxiété que l'on ressent lorsque l'on doit sortir devienne chronique et se généralise en trouble anxieux. Dans les cas extrêmes, le syndrome de la cabane peut conduire à la paranoïa et à la violence contre soi-même ou contre d'autres personnes.

Qui sont les personnes les plus susceptibles d’être touchées ?

Le syndrome de l'escargot ou du prisonnier ne touche pas une catégorie de personnes en particulier. Tous les âges et tous les profils peuvent être concernés. Les individus affectés se renferment, s'isolent dans leur intérieur et n'ont plus envie de sortir ou d'affronter le monde extérieur. Cependant, il existe une prééminence chez les sujets à la santé mentale fragile, traversant un épisode dépressif ou chez les personnes isolées socialement.

Comme chez les personnes libérées après une longue captivité, les individus touchés par ce trouble ont du mal à se réadapter à la vie extérieure. Le lieu d’enfermement représente un cocon protecteur, tandis que le monde extérieur est associé aux dangers.

Les jeunes et le syndrome de la cabane

Suite aux différents confinements, certaines études ont démontré que beaucoup d’adolescents, d’étudiants ou de jeunes actifs connaissaient des états de déprime et opéraient une remise en cause de leur vie. Ils s’interrogent non seulement sur leur choix d'études, leurs décisions professionnelles, ou encore leurs relations amicales ou amoureuses. Ils ne ressentent plus l’envie de sortir ou de socialiser. Souvent contraints de vivre dans de petits espaces, tous n’ont pas la chance d’être entourés de leurs proches (famille ou amis) accentuant ainsi l’isolement et le repli sur soi.

Comment savoir si je souffre du syndrome de la cabane ?

Il n’existe pour le moment pas de test officiel pour diagnostiquer un syndrome de la cabane. Cependant, certaines émotions ressenties peuvent aider à détecter ce trouble comme :

  • Une peur de côtoyer d’autres personnes (phobie sociale) ;
  • Une peur de se rendre dans un espace clos comme les commerces, les lieux culturels ou les transports en commun… (agoraphobie) ;
  • Une anxiété ou du stress lorsqu’il faut sortir de chez soi ;
  • Des crises d'angoisse à l’idée de retourner sur son lieu de travail ;
  • Une sensation de n’être en sécurité qu’au sein de son logement.

Être bien chez soi, mais avoir peur des autres

Si le domicile est devenu une forme de refuge, il a, dans le cas du syndrome de la cabane, engendré une réduction de la vie sociale des individus touchés par ce trouble. Certains vivent cependant cette parenthèse comme une libération. En effet, s’engager ou s’inscrire sur la durée dans une relation nécessite pour certaines personnes un effort considérable. Le fait de se confiner chez soi, à l’abri de toutes interactions sociales, relève alors pour ces dernières d’un soulagement. Il en va de même pour les interactions liées au travail. À l’ère du télétravail, nombreux sont les salariés trouvant refuge derrière leur ordinateur portable. Plus besoin de faire face à ses supérieurs hiérarchiques ou de débattre avec ses collègues au détour de la machine à café. Les interactions sociales sont réduites au minimum. Cependant, ce manque d’échanges et l’éloignement des conventions sociales entraîne un certain laisser-aller. La tenue vestimentaire, marqueur social fort, n’a plus lieu d’être. L’apparence perd donc ainsi son importance, ce qui peut entraîner une perte d’estime de soi.

Si les relations de travail prennent de la distance, les personnes touchées par le syndrome de la cabane ont également tendance à s’isoler et à couper leurs relations sociales personnelles, préférant rester seule ou dans un groupe restreint à la famille proche. Si vous pensez être dans ce cas, n’hésitez pas à en parler à un professionnel de santé. Sur Livi, des psychiatres sont à votre écoute pour vous accompagner.

Comment lutter contre le syndrome de la cabane ?

Heureusement, des solutions existent ! Le plus important étant de s’écouter, de faire preuve de patience et de se fixer des objectifs atteignables au quotidien.

Veillez dans un premier temps à garder un rythme :

  • levez-vous et couchez-vous à heure fixe ;
  • préparez-vous comme si vous deviez vous rendre quelque part ;
  • établissez un planning de votre journée.

Petit à petit, vous pouvez intégrer dans votre journée des petites sorties : aller chercher du pain, récupérer un colis, faire quelques pas dans votre quartier, organiser une balade à vélo, sortir votre animal de compagnie dans un parc… Les premiers jours, évitez les files d’attente ou les lieux trop peuplés tels que les transports en commun ou les centres commerciaux. Restez à l’écoute de vos ressentis afin d’éviter toutes attaques de panique. Au fur et à mesure de ces petites sorties quotidiennes, l’anxiété va diminuer. Vous constaterez que la notion de danger n’est pas toujours rationnelle.

Obtenir de l'aide pour un trouble ou une maladie mentale

Vous souffrez d'un problème de santé mentale ? Sur Livi, obtenez de l'aide d'un médecin généraliste, d'un psychologue ou d'un psychiatre. Consultez en ligne depuis votre ordinateur ou depuis l'application Livi.

Prendre rendez-vous

Autres articles

Cohérence cardiaque

Besoin de conseils et d'astuces santé ?

Une fois par semaine, recevez des informations de qualité pour prendre soin de votre santé.