Anorexie – comment la vaincre ?

L’anorexie mentale est un trouble du comportement alimentaire (TCA). Les psychiatres et psychologues sur Livi vous parlent de ce trouble, de ses causes, symptômes et des façons de s'en libérer.

Qu’est-ce que l’anorexie mentale ?

L’anorexie mentale fait partie des troubles du comportement alimentaire (TCA), au même titre que la boulimie ou l’hyperphagie boulimique.

Le terme anorexie signifie “perte d’appétit”. Cependant, cette définition est trompeuse, puisque les personnes atteintes d’anorexie mentale ont souvent faim mais refusent de manger.

Les personnes atteintes d'anorexie mentale ont une peur intense de devenir grosses et se voient grosses même lorsqu'elles sont très minces. Cela les pousse à limiter leur consommation de nourriture (régime) et de dépenser plus d'énergie en faisant du sport de manière excessive afin de maigrir.

Dans certains cas, l’anorexie mentale peut mettre la vie en danger notamment à cause de la déshydratation, la dénutrition, l'insuffisance rénale ou l'arythmie (rythme cardiaque irrégulier) qu’elle entraîne.

Quelles sont les causes de l'anorexie ?

L’anorexie mentale se déclenche le plus souvent pendant l’adolescence, souvent entre 14 et 17 ans. Toutefois, ce trouble peut parfois survenir tôt, à partir de 8 ans, ou plus tard, après 18 ans. L’anorexie affecte le plus souvent les femmes que les hommes, même si le nombre d’hommes touchés augmente.

Quelques traits de personnalité semblent favoriser la survenue de l’anorexie mentale, tels que :

  • être perfectionniste ;

  • avoir une faible estime de soi ;

  • présenter des tendances anxieuses ou dépressives tôt dans la vie ;

  • avoir une rigidité psychique, entraînant une incapacité à s'adapter et à changer des habitudes ou des comportements.

De plus, des situations stressantes ou traumatisantes, comme la maltraitance, les abus sexuels ou des difficultés lors des premiers mois de vie, peuvent aussi être incriminées.

Quelles sont les différentes formes d’anorexie ?

Chez l’enfant

3 à 4% des adolescents sont concernés par l'anorexie, et ce quelque soit leur milieu social. Les jeunes filles entre 14 et 18 ans sont particulièrement concernées au sein de cette population contrairement aux jeunes hommes qui sont minoritaires (bien que le risque existe également).

Il n'est pas rare que ce trouble fasse son apparition dès l'âge de 7 ou 8 ans : on parle d’anorexie infantile et cela est, malheureusement, de plus en plus fréquent. Les symptômes sont les mêmes que chez les adolescents mais il y a cette fois-ci autant de garçons que de filles atteints.

L’anorexie est le plus souvent difficile à repérer chez l'enfant. N’hésitez pas à surveiller la croissance de votre enfant en le pesant et en le mesurant. Si vous remarquez des comportements étranges lors des repas ou vis-à-vis de la nourriture, n’hésitez pas à en parler à un de nos médecins ou à votre pédiatre.

Il est important de noter que l’anorexie peut réapparaître à l’âge adulte.

Chez l’homme

L’anorexie mentale a quelques particularités chez l'homme, notamment le fait que les formes restrictives soient plus rares, l’index de masse corporelle (IMC) initial soit plus élevé et l'hyperactivité physique soit plus fréquente que l’hyperinvestissement intellectuel.

L’anorexie à début tardif

Elle survient souvent en réaction à un événement familial (deuil, mariage, grossesse, ou naissance d’un enfant), avec souvent un épisode antérieur d’anorexie mentale subsyndromique. Les symptômes dépressifs peuvent être assez marqués.

Quels sont les risques de l’anorexie ?

Les risques de l'anorexie mentale sont en rapport avec la gravité potentielle de son pronostic :

  • risque de décès par suicide ou par complication organique ;

  • risque de complications organiques et psychiques nombreuses, comme par exemple, défaillance cardiaque, ostéoporose, infertilité ou dépression ;

  • risque de chronicité, de rechute et de désinsertion sociale.

Quels sont les signes d’anorexie ?

Les signes d’anorexie sont différents en fonction de l’âge de la personne atteinte.

Chez l'enfant

Chez l’enfant dès l’âge de 8 ans, les médecins utilisent les courbes de croissance présentes dans le carnet de santé pour suivre l’évolution du poids et de la taille de l’enfant. Les critères suivant peuvent être en faveur d’une anorexie :

  • ralentissement de la croissance staturale ;

  • changement de couloir, vers le bas, lors du suivi de la courbe de corpulence (courbe de l’indice de masse corporelle) ;

  • nausées ou douleurs abdominales répétées.

Chez l’adolescent

Chez l’adolescent, outre les changements de couloir sur la courbe de croissance staturale :

  • des problèmes de poids, d’alimentation ;

  • un retard pubertaire ;

  • une aménorrhée (primaire ou secondaire) ou des cycles irréguliers (spanioménorrhée) plus de 2 ans après ses premières règles ;

  • une hyperactivité physique ;

  • un hyperinvestissement intellectuel.

Chez l’adulte

Chez l’adulte, les signes et symptômes à rechercher sont :

  • une perte de poids > 15 % ;

  • un Index de masse corporel (IMC) < 18,5 kg/m2 ;

  • la présence d’une aménorrhée secondaire chez la femme ;

  • une baisse marquée de la libido et de l’érection chez l’homme ;

  • une infertilité ;

  • une hyperactivité physique ;

  • un hyperinvestissement intellectuel.

Peut-on en guérir ?

Oui, la guérison est possible même si c'est parfois au bout de plusieurs années d’évolution. Plus vite le diagnostic est posé, plus vite le traitement est débuté. La prise en charge précoce de l'anorexie mentale est un facteur déterminant de guérison.

Quel traitement contre l’anorexie ?

L’objectif principal du traitement dans l’anorexie mentale est de restaurer un poids normal pour la taille et l’âge. Puis, l’objectif secondaire est de rétablir, avec une psychothérapie adaptée (individuelle et/ou familiale) les conditions psychologiques et sociales nécessaires afin de recommencer à mener une vie de qualité.

Habituellement, la prise en charge se fait sur deux axes :

  • la prise en charge psychologique, pour apprendre au patient à accepter son corps (thérapie comportementale et cognitive, thérapie d'inspiration psychanalytique, psychothérapie de soutien, thérapie familiale, participation à des groupes de parole, etc.) ;

  • la rééducation nutritionnelle (prise en charge diététique, réintroduction d’une alimentation normale et des compléments nutritionnels si besoin, etc.).

Le plan de traitement de la personne anorexique est établi par des équipes multidisciplinaires comme le médecin généraliste, le médecin spécialiste, le pédiatre, le psychiatre et/ou le psychologue et la diététicienne.

Quand faut-il consulter ?

La prise en charge précoce de l’anorexie mentale est recommandée pour prévenir le risque d’évolution vers une forme chronique. Si vous repérez des symptômes ou des signes en faveur d’un trouble alimentaire chez un de vos proches, ou si personnellement vous pensez être atteint d’une anorexie mentale, n’hésitez pas à consulter.

Ce que Livi peut faire pour vous

La prise en charge d’un trouble du comportement alimentaire tel que l’anorexie mentale est du ressort d’un professionnel de santé.

Chez Livi, nos médecins sont là pour vous aider. Souvent, les patients atteints d’une anorexie mentale ne souhaitent pas déranger ou ont le sentiment d’être un fardeau pour leurs proches et pour le système de santé. Ce n’est pas le cas. Les médecins sur Livi peuvent vous aider en vous écoutant attentivement et en vous prenant en charge rapidement.

Si vous avez des idées noires ou des symptômes de dépression, nous avons des médecins et des psychiatres à votre disposition qui pourront vous aider. Si vous pensez que votre vie est en danger, faites le 15.

Dernière mise à jour le:
Conseil médical validé par :
Dr. Raquel Correia