Livi-logo
Télécharger

MÉDECINE GÉNÉRALE

Comment arrêter de ronfler ?

Conseil médical validé par :

Direction médicale de Livi France

·

Ronflement
Les ronflements peuvent être à l'origine de réveils nocturnes, de fatigue quotidienne et d'irritabilité. Vous ou votre partenaire êtes sujets aux ronflements ? Découvrez les conseils des médecins généralistes sur Livi pour enfin passer des nuits paisibles.

Besoin d'un avis médical ?

Consulter un médecin

Réveils nocturnes, fatigue quotidienne ou encore irritabilité peuvent être le résultat de nuits perturbées par les ronflements. Vous ou votre partenaire êtes sujets aux ronflements ? Découvrez les conseils de nos médecins généralistes Livi pour enfin passer des nuits paisibles.

Qu’ils soient discrets ou sonores, les ronflements peuvent être perturbants, non seulement pour les partenaires mais aussi pour les ronfleurs eux-mêmes.

Les ronflements sont très courants. Habituellement, ils ne sont pas graves mais ils peuvent parfois être liés à un problème de santé sous-jacent et nuire à la qualité de votre sommeil.

Quelles sont les causes des ronflements ?

Les ronflements sont des bruits qui se produisent pendant le sommeil. Le bruit des ronflements peut être causés par différentes régions de vos voies respiratoires, à l'instar notamment de votre nez, de votre luette (le petit appendice charnu situé au fond de votre gorge), de votre pharynx (le fond de votre gorge), de vos amygdales ou encore de la base de votre langue.

Les ronflements se produisent lorsque les parois de l’une de ces régions se détendent et s’affaissent. Les parties affaissées se mettent alors à vibrer lorsque l’air passe à l'intérieur au moment de l'inspiration et de l’expiration. Ce phénomène est naturel, bien que tout le monde ne ronfle pas.

Qui ronfle habituellement ?

Il peut arriver à chacun d'entre nous de ronfler occasionnellement, mais des recherches affirment que ce phénomène s'accentue en vieillissant. En effet, les ronflements sont un problème courant chez les personnes âgées de 40 à 60 ans et touchent plus particulièrement les hommes. La moitié des hommes souffrirait de ronflements contre environ un quart des femmes. Les ronflements sont également une histoire de famille.

Pourquoi ronfle-t-on ?

Les ronflements ne sont généralement pas dus à un problème sous-jacent, mais certains troubles peuvent les favoriser, notamment l’obésité, une thyroïde hyperactive, des amygdales hypertrophiées ou une congestion nasale, comme un rhume ou une déviation du septum (lorsque la paroi qui sépare vos narines est déviée sur un côté).

Notre hygiène de vie joue un rôle prépondérant dans la survenue de ronflements. Il est en effet plus probable de ronfler après avoir consommé de l'alcool peu de temps avant le coucher. Les fumeurs réguliers, les personnes sous somnifères ou sédatifs et celles qui dorment sur le dos sont également plus sujettes aux ronflements.

Quel est le rapport entre le poids et les ronflements ?

Les recherches ont montré que le surpoids ou l’obésité peuvent perturber votre sommeil et causer des ronflements. L'excès de poids sur les voies respiratoires les rendent plus facilement sujettes à l'affaissement ce qui peut nuire à la qualité du sommeil et par conséquent occasionner un état de fatigue au réveil.

Il existe un lien étroit entre le surpoids et le développement d’une maladie appelée syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS). L’apnée du sommeil est une maladie grave qui survient lorsque les voies respiratoires s’affaissent tellement que cela vous empêche momentanément de respirer.

Dès lors que ce phénomène se produit, généralement au milieu de la nuit, votre taux d'oxygène peut chuter, provoquant ainsi votre réveil. Une impression d'étouffement peut être constatée générant frayeur et angoisse.

Comment savoir si mes ronflements sont causés par quelque chose de grave ?

Pour savoir si vos ronflements sont problématiques, les médecins sur Livi recommandent de remplir ce questionnaire en répondant par oui ou non : questionnaire STOP-Bang.

  • Vous ronflez bruyamment (suffisamment pour que l’on vous entende à travers des portes fermées) ?
  • Vous vous sentez souvent fatigué(e), épuisé(e) ou somnolent(e) pendant la journée ?
  • Est-ce que quelqu’un a déjà remarqué que vous arrêtiez de respirer pendant votre sommeil ?
  • Vous avez déjà été traité(e) pour de l’hypertension ?
  • Votre IMC est supérieur à 35 ?
  • Vous avez plus de 50 ans ?
  • Votre tour de cou est supérieur à 40 cm ?
  • Vous êtes un homme ?

Répondre positivement à ces questions ne signifie pas nécessairement que vous souffrez d'apnée du sommeil, mais le risque que ce soit le cas est plus élevé. Faites part de votre score à un médecin pour qu'il puisse déterminer si vous devez rencontrer un spécialiste.

Comment faire pour arrêter de ronfler ?

Différentes méthodes existent pour vous aider à stopper ces ronflements. Modification de votre hygiène de vie ou remèdes plus élaborés : retrouvez tous nos conseils pour lutter contre les ronflements !

1. Apportez quelques changements à votre hygiène de vie

Il n'est pas toujours utile d'opérer de grands changements pour remédier aux ronflements. Une hygiène de vie équilibrée suffit dans de nombreux cas à vous aider. Essayez de :

  • garder un poids sain ;
  • avoir une activité physique régulière ;
  • réduire votre consommation d’alcool ;
  • réduire ou arrêter de fumer ;
  • dans le cas échéant, réduire ou arrêter les somnifères et autres sédatifs.

2. Dormez sur le côté

Dis-moi comment tu dors, je te dirai si tu ronfles... En effet, certaines positions favorisent les ronflements. Si vous avez tendance à dormir sur le dos, vous augmentez vos chances de ronfler. Favorisez donc les positions latérales. Si, naturellement, vous vous remettez sur le dos, vous pouvez essayer la technique suivante : coudre au niveau du dos de votre pyjama une poche, dans laquelle vous pouvez insérer une petite balle ou une balle de tennis.. Elle vous empêchera de vous installer dans cette position pendant la nuit.

3. Prévenez les facteurs déclenchant

En cas de ronflements déclenchés par une allergie (pollen, animaux...), veillez à passer l'aspirateur régulièrement, y compris sur le canapé et le matelas. L'été, évitez de faire sécher votre linge à l'extérieur, le pollen pourrait s'y glisser. Dans la mesure du possible, ne faîtes pas monter vos animaux de compagnie sur votre lit. En cas de de congestion nasale ou sinusite, un traitement antihistaminique ou un spray nasal à base de cortisone peut vous être prescrit par votre médecin pour les soulager.

4. Essayez les dispositifs anti-ronflements

Contre les ronflements, de nombreux dispositifs existent :

  • Si vous souffrez de congestion nasale, il existe des dilatateurs narinaires à introduire dans les narines au moment de dormir.
  • Si vous avez tendance à respirer par la bouche, vous pouvez acheter un bandage anti ronflement entourant le menton, qui vous permettra de garder la bouche fermée et vous forcera à respirer par le nez.
  • Certains jugent que les bagues d’acupuncture disponibles en ligne sont utiles.

Veillez toutefois à toujours demander l’avis de votre médecin avant de tester un de ces remèdes.

Qu’est-ce que le traitement pour l’apnée du sommeil ?

Si vos ronflements sont causés par une maladie comme l'apnée du sommeil, vous aurez besoin d'un traitement de fond.

Les personnes souffrant d'apnée du sommeil sont dans la plupart des cas amenées à dormir avec une machine de ventilation à pression positive continue, CPAP. La machine CPAP se fixe autour du nez et de la bouche pour forcer les voies respiratoires à s'ouvrir avec une forte pression d'air lorsque la personne inspire. Elle permet ainsi d'éviter que le taux d'oxygène dans le sang du patient baisse et favorise par conséquent le sommeil de ce dernier.

Il peut être difficile de s'habituer à dormir avec ce type de machine. L'utiliser chaque nuit permet cependant d'obtenir des résultats probants.

Que faire si mon partenaire ronfle ?

Dormir aux côtés d'une personne souffrant de ronflements occasionnels ou permanents peut s'avérer compliqué et avoir un réel impact sur les relations de couple.

Fort heureusement, des solutions existent pour gagner en qualité de sommeil. Vous coucher plus tôt que votre conjoint, porter des bouchons d'oreilles en cire, écouter des bruits blancs ou démarrer un ventilateur pour masquer les ronflements de votre partenaire.

Si ces méthodes ne fonctionnent pas, attaquez-vous au problème en équipe ! Encouragez votre partenaire à opérer des changements dans son hygiène de vie et accompagnez-le dans la mise en place de dispositifs anti-ronflements. Soutenez-vous au maximum pour vous aider mutuellement à mieux dormir.

Quand dois-je consulter au sujet de mes ronflements ?

Il est important de noter que les personnes en surpoids qui ronflent ne souffrent pas systématiquement de SAOS. Le plus souvent, les ronflements n’ont rien d’inquiétant. Toutefois, il est nécessaire d’en parler à un médecin si vous présentez les signes d’une éventuelle apnée du sommeil.

Il est en effet recommandé de demander conseil à un professionnel de santé si :

  • vous ronflez au moins 3 fois par semaine ;
  • vos ronflements sont très bruyants ou gênants ;
  • vous faites des bruits d'étouffement ou de respiration haletante ;
  • vous êtes somnolent(e) ou avez du mal à vous concentrer pendant la journée ;
  • vous avez mal à la tête le matin.

Si ces symptômes impactent négativement votre vie, il est important de consulter un médecin pour déterminer si des examens complémentaires ou un traitement sont nécessaires.

Vous ou votre partenaire souffrez de ronflements ?

Si le fait de ronfler nuit à la qualité de votre sommeil ou de celui de votre partenaire, sachez qu'il est possible de consulter un médecin généraliste en ligne sur Livi. Obtenez un diagnostic ainsi qu'une prise en charge adaptée à votre situation.
Consulter un médecin en ligne

Autres articles

groupes sanguins
Médecine Générale – 20 juin 2022 
Quels sont les différents groupes sanguins ?
Qu’est-ce que le groupe sanguin et à quoi sert-il de le connaître ? Les médecins sur Livi vous expliquent tout ce que vous devez savoir sur les différents groupes sanguins.
coup de soleil
Médecine Générale – 17 juin 2022 
Coup de soleil : comment l’apaiser ?
Si le soleil est source de bonne humeur et de bien-être mental, il est important, pour préserver sa peau, de s’exposer sans risque. Les médecins généralistes et dermatologues sur Livi vous expliquent comment apaiser un coup de soleil et les bons gestes à adopter pour préserver son épiderme. Qu'est-ce qu'un coup de soleil ? Le coup de soleil se caractérise par une brûlure plus ou moins sévère de la peau survenant après une exposition aux rayons ultraviolets (UVB) du soleil. Les UVB représentent 5% des UV. Ils sont arrêtés par les nuages et le verre, mais peuvent pénétrer l’épiderme. À l’inverse des UVA, ils peuvent être responsables de brûlures appelées coups de soleil (ou érythème solaire) causées par une exposition trop prolongée au soleil. Comment savoir si le coup de soleil est grave ? Un coup de soleil peut provoquer des brûlures de la peau plus ou moins graves. Brûlure au premier degré Les symptômes d’une brûlure au premier degré sont : des rougeurs causées par une vasodilatation des vaisseaux cutanés superficiels de la peau ; une douleur ; une sensation de chaleur ; une potentielle desquamation (peau qui pèle). Brûlure au au second degré superficiel Les symptômes d’une brûlure au second degré superficiel sont : une peau rosée ; une douleur avec prurit (démangeaisons) ; une sensation de chaleur ; une desquamation de la peau ; des gonflements ; des cloques contenant un liquide clair (phlyctènes). Brûlure au second degré profonde Les symptômes d’une brûlure au second degré profonde sont : des douleurs intenses causées par la destruction de l’épiderme et du derme superficiel ; la peau est rouge claire à blanche ; les cloques sont rompues. Dans le cas d’une brûlure au second degré profonde, il est urgent de consulter un professionnel de santé. L’exposition au soleil peut chez certaines personnes avoir des conséquences irréversibles sur la santé telles qu’une réaction allergique ou des cancers cutanés. Dans les cas les plus graves, les UVB peuvent s’avérer mortels. Pourquoi faut-il se protéger ? Les rayons du soleil peuvent avoir des effets destructeurs sur la peau allant de l'érythème solaire à l’accélération du vieillissement cutané et dans les cas les plus graves, ils peuvent mener aux cancers cutanés. Cancer de la peau L'exposition solaire est le premier facteur de cancers cutanés (65.000 cas chaque année en France). En effet, près de 70 % des mélanomes (la forme la plus grave de cancer de la peau) seraient dus à l’exposition solaire. À titre préventif, réalisez des auto-examen de votre peau, de vos grains de beauté ou repérez les nouvelles tâches pouvant apparaître sur votre épiderme. Répétez l’opération plusieurs fois par an, notamment si vous êtes une personne à risque. L'auto-examen doit être réalisé à l’aide d’un miroir en pied afin d’avoir une vision globale du corps (dos inclus). N’oubliez pas de lever les bras. Pour détecter un éventuel changement de forme, de couleur, de taille ou d’épaisseur de vos grains de beauté, n’hésitez pas à les prendre en photo. Cela vous permettra de garder une trace et de vous rendre compte plus facilement d’un changement potentiel. En cas de risque de cancer de la peau, de modifications visibles lors de votre auto-examen, ou d’apparition de tâches nouvelles, prenez rendez-vous avec un dermatologue. Les personnes à risque (ayant des antécédents de cancer de la peau familial ou personnel, personnes immunodéprimées, personnes ayant de nombreux grains de beauté...) doivent dans l’idéal avoir un examen avec un dermatologue au moins une fois dans leur vie, la fréquence recommandée des prochains examens sera donnée par le dermatologue (habituellement une fois par an). Chez l’enfant La peau des enfants est fragile et nécessite une attention particulière. Des règles supplémentaires sont à mettre en place quant à l’exposition des tout petits au soleil : évitez les expositions au soleil avant 17h et équipez-vous d’un parasol pour rester au maximum à l’ombre afin de limiter les risques liés aux coups de chaleur ou de soleil ; appliquez une protection solaire SPF 50 à votre enfant toutes les deux heures et après chaque baignade ou faites lui porter un t shirt anti-UV ; équipez-le d’un chapeau et de lunettes de soleil avec un indice de protection « UV 400 » ou « 100 % UV protection » ; faites boire votre enfant autant que possible pour limiter les risques de déshydratation. Que faire en cas de coup de soleil ? En cas de brûlures au premier degré ou au second degré superficielle, vous pouvez apaisez vous-même le coup de soleil en adoptant les bons gestes : arrêtez toute exposition au soleil dès lors que la brûlure apparaît. Si cela n’est pas possible, couvrez votre peau avec des vêtements larges en coton et utilisez une protection solaire avec SPF 50 pour protéger votre épiderme (visage et corps) ; hydratez-vous un maximum en buvant abondamment de l’eau ; dans la mesure du possible, ne consommez pas d’alcool, afin d’éviter une potentielle déshydratation ; nettoyez les zones touchées par le soleil avec un savon doux ; surveillez votre température corporelle afin de vous assurez que vous ne souffrez pas d’une insolation ; si vous avez des maux de tête, prenez du paracétamol en respectant les dosages indiqués. Si vous constatez une desquamation, n’arrachez pas les peaux mortes. En cas d’apparition de petites cloques, ne les percez en aucun cas. Combien de temps dure un coup de soleil ? La durée d’un coup de soleil est variable en fonction du degrés occasionné par la brûlure : Une brûlure au premier degré, sans cloques, guérit en moyenne en une semaine et ne laisse par la suite aucune marque sur la peau. Si la brûlure est plus intense, elle évolue vers une desquamation (peau qui pèle). Une brûlure au deuxième degré superficiel avec cloques, cicatrise spontanément en deux semaines sans séquelle majeure. Elle peut cependant laisser des taches foncées, qui disparaîtront avec le temps. Une brûlure au deuxième degré profond peut mettre jusqu’à un mois avant de guérir totalement. Des cicatrices peuvent apparaître. Comment ne pas peler ? Après un coup de soleil, il est possible que la peau souffre de desquamation, autrement dit, qu’elle pèle. La desquamation s’accompagne généralement de déshydratation. L’équilibre entre les lipides et l’eau se rompt, incitant ainsi l’organisme à accélérer l’élimination des cellules mortes. La couche supérieure de la peau (l’épiderme) se détache alors sous forme de squames fins afin qu’une autre couche de peau se régénère à la place. Il est possible d’éviter ce phénomène en adoptant des gestes simples. Exfoliez votre peau avant une exposition au soleil en effectuant un gommage corporel. Le gommage permet d’éliminer les peaux mortes et vient ainsi purifier la peau. Appliquez une protection solaire avec SPF (idéalement 50) avant chaque exposition et répétez l’application toutes les heures pour protéger votre peau des rayons UV. Hydratez votre peau chaque jour avec un soin nourrissant (baume, crème, huile, lait) pour nourrir intensément votre peau. Si vous avez attrapé un coup de soleil, appliquez une crème indiquée dans le traitement des érythèmes secondaires, des brûlures du premier et du second degré et toute autre plaie cutanée non infectée sur la zone brûlée. Utilisez de l’aloe vera si vous souhaitez apaiser votre peau. Grâce aux lipides et aux minéraux qu'il contient, l'aloe vera a une action anti-inflammatoire et protectrice. Si toutefois votre peau pèle, pas de panique : cette phase de régénération épidermique ne dure que quelques jours. Comment éviter les coups de soleil ? S’exposer au soleil n’est pas sans risque. Afin d’éviter les coups de soleil, il est indispensable : d'appliquer une protection solaire avec SPF (idéalement 50) toutes les deux heures et après chaque baignade. Évitez également les huiles bronzantes qui ne protègent pas des rayons UV ; d’éviter les expositions entre 12h et 16h. C’est en effet sur cette plage horaire que les rayons ultraviolets (UV) sont les plus intenses engendrant ainsi coup de soleil, insolation et déshydratation ; de limiter le temps d’exposition pour protéger votre peau et l’aider à se régénérer ; de s’hydrater pour maintenir votre corps à la bonne température et éviter la déshydratation. Quand faut-il consulter ? Si vous souffrez d’une brûlure au premier ou au second degré superficiel, et si cette dernière est peu étendue, vous pouvez vous-même la prendre en charge. En revanche, en cas de brûlure au second degré profond, il est indispensable de consulter rapidement un médecin. Sur Livi, des médecins généralistes sont disponibles 7j/7 de 7h à minuit.