Livi-logo
Télécharger
Dyspraxie : comment la diagnostiquer ?

Dyspraxie : comment la diagnostiquer ?

La dyspraxie est un trouble de l’apprentissage qui affecte les compétences motrices d'une personne, sa capacité à se déplacer et à coordonner ses mouvements. Les pédiatres sur Livi font le point avec vous sur ce trouble ainsi que sur les options qui s'offrent à vous.

Qu’est-ce que la dyspraxie ?

La dyspraxie est définie comme un trouble du développement de la coordination qui va impacter certains mouvements du quotidien. Il s'agit d'un des troubles spécifiques de l'apprentissage, aussi appelés troubles dys.

Une personne atteinte de dyspraxie peut avoir des difficultés liées à sa mobilité. Il est par exemple difficile d’écrire ou d’utiliser un clavier lorsque l'on est dyspraxique. Chez l'enfant, cela pourrait se traduire par le fait de se cogner fréquemment contre des objets, avoir du mal à tenir une cuillère ou à des difficultés à attacher ses lacets.

Ce trouble de l’apprentissage affecte 5 à 7% des enfants en âge scolaire en France et les garçons sont 2 à 4 fois plus atteints que les filles.

Les différents types de dyspraxie

Verbale

Dans le cas d’une dyspraxie verbale, l’enfant n’articule pas correctement ses mots en raison de difficultés de coordination cela provoque alors un trouble du langage.

Visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale est liée à un trouble de l’organisation spatiale et non à des troubles de la vision. L’enfant présente des difficultés à distinguer la droite de la gauche ou à situer des objets dans l’espace les uns par rapport aux autres.

Idéatoire

La dyspraxie idéatoire correspond à la difficulté de l’enfant d’utiliser ou de manipuler un outil. Il est ainsi difficile pour lui de se brosser les dents ou même d’ouvrir une boîte.

Constructive

La dyspraxie constructive fait que l’enfant a des difficultés à construire ou à assembler des objets. L’ assemblage d’un puzzle ou l’empilage de cubes se révèle alors être une tâche difficile.

Quelles sont les causes de la dyspraxie ?

Les causes de la dyspraxie ne sont pas connues mais quelques facteurs semblent favoriser l’apparition de ce trouble de l’apprentissage :

  • Les personnes issues de familles où des troubles de l’apprentissage sont présents sont plus à risque d’en avoir (cause héréditaire).
  • Le fait d’être né prématuré, d’avoir subi un traumatisme crânien, d’avoir une tumeur cérébrale ou d’avoir souffert d’un accident vasculaire cérébral sont autant de causes pouvant justifier la survenue d’une dyspraxie dite lésionnelle.
  • Il existe aussi des personnes chez qui aucun trouble lésionnel n’a été décelé et qui ont une dyspraxie (cause développementale).

Quels sont les symptômes de la dyspraxie ?

La dyspraxie est habituellement diagnostiquée pendant l’enfance, lors des premières années de scolarité. Un enfant atteint d’une dyspraxie peut présenter les symptômes suivants :

  • Des difficultés lors des activités quotidiennes, par exemple avoir du mal à se coiffer, à lacer ses chaussures, à s’habiller ou à manipuler des objets comme des stylos, des ciseaux, etc ;
  • Un manque d'intérêt pour les jeux de construction ;
  • Des difficultés pour dessiner et pour écrire ;
  • Des troubles pour se déplacer dans des endroits qui ne lui sont pas familiers.

La dyspraxie chez l’adulte

Chez l’adulte, la dyspraxie peut se manifester par :

  • Un manque de coordination et d’équilibre lors des mouvements ;
  • Des difficultés pour écrire, taper, dessiner ou utiliser de petits objets ;
  • Des troubles pour gérer ses émotions, le temps, ou planifier son quotidien ;
  • Des difficultés pour apprendre de nouvelles compétences.

Une personne dyspraxique peut également être affectée par d’autres troubles psychologiques :

Un patient atteint de dyspraxie peut être reconnu comme travailleur handicapé (RQTH) ce qui ouvre un certain nombre de droits à la personne. Cette certification peut être obtenue auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH).

Il faut aussi remarquer que les patients dyspraxiques peuvent obtenir un permis de conduire à condition que quelques mesures d’adaptation soient mises en place lors de l’apprentissage en auto-école.

Comment la diagnostiquer ?

La dyspraxie est habituellement diagnostiquée par un médecin scolaire lorsque l’enfant entre à l'école maternelle, ou par le médecin de crèche si l’enfant est gardé en collectivité avant 3 ans. Elle peut aussi être décelée lors d’une consultation avec le pédiatre.

Une fois que le diagnostic est soupçonné, l’enfant est adressé dans un centre référent où une équipe constituée de plusieurs professionnels fera un bilan pour s’assurer qu’il s’agit bien d’une dyspraxie et non d’un autre trouble moteur, orthopédique ou musculaire.

Peut-elle se soigner ?

Il n’existe pas de traitement « miracle » contre la dyspraxie, mais la situation tend à s’améliorer en grandissant. Néanmoins, plus tôt la dyspraxie est diagnostiquée, plus vite elle peut être prise en charge.

L’objectif principal de la prise en charge de la dyspraxie est d’améliorer et de compenser les fonctions manquantes. Cela se fait à l’aide d’une prise en charge multidisciplinaire et adaptée en médecine, en psychomotricité, en orthophonie, orthoptie et ergothérapie, ainsi qu’en psychologie.

Lors de sa scolarité, l’enfant atteint d’une dyspraxie aura besoin d’avoir un programme éducatif fait sur mesure en fonction de ses difficultés, réalisé à l’aide d’un médecin de l’Éducation nationale.

Ce que Livi peut faire pour vous

Vous retrouvez certains de ces symptômes chez votre enfant ? Sur Livi, consultez un médecin généraliste, un pédiatre ou un psychiatre en ligne.

Les médecins Livi peuvent suspecter un cas de dyspraxie chez votre enfant et vous guider dans le diagnostic et la prise en charge de ce trouble.

Conseil médical validé par :

Dr. Raquel Correia

Mis à jour le :