Livi-logo
Trouble du déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (tdah) : de quoi s’agit il ?

Trouble du déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) : de quoi s’agit-il ?

Le trouble du déficit de l’attention est un trouble fréquent, puisqu’il touche 5% des enfants et 2,5% des adultes dans le monde. Il apparaît dans l’enfance, le plus souvent avant 12 ans, et peut persister à l'âge adulte dans 60 à 65% des cas.

Généralités

Le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est un trouble du comportement persistant dans le temps, associant à divers degrés :

  • un déficit de l’attention,
  • une hyperactivité motrice,
  • de l'impulsivité.

En perturbant le fonctionnement social, scolaire et professionnel, il entraîne une franche altération de la qualité de vie. Son dépistage et sa prise en charge sont importants afin d’en limiter le retentissement et ses conséquences à long terme (échec scolaire, risque de consommation de drogues et autres addictions, comportements antisociaux, échec professionnel…).

Symptômes du TDAH

Le TDAH est un trouble du développement neurologique associant :

  • un déficit de l’attention : l’individu se laisse distraire facilement, se lasse très vite des activités en cours, a du mal à terminer une tâche, donne l’impression de ne pas écouter, oblige l’entourage à lui répéter un grand nombre de fois les consignes, difficultés d’organisation, oublis ou pertes d’objets à répétition…
  • une hyperactivité motrice : l’individu est agité, ne tient pas en place, a tendance à perturber les autres, se met en danger…
  • une impulsivité : individu qui agit ou répond sans réfléchir, coupe la parole, ne contrôle pas ses gestes, ni ses émotions, se montre impatient, d’humeur instable...

Attention, aucun de ces symptômes n’est spécifique du TDAH. Ils peuvent être retrouvés ponctuellement chez n’importe quel enfant ou être liés à certaines situations favorisantes comme un conflit familial, un conflit amical ou encore un divorce. Lorsque le diagnostic de TDAH est évoqué, les symptômes doivent donc être appréciés en tenant compte de l’âge, du stade de développement et du contexte de vie de l’enfant. Ils doivent de plus répondre à certains critères :

  • être apparus avant l’âge de 12 ans ;
  • persister depuis plus de 6 mois ;
  • avoir des répercussions négatives au niveau personnel (faible estime de soi), familial (conflit avec les parents), social (pas ou peu d’amis) et scolaire.

Le TDAH s’accompagne souvent d’autres troubles, qui peuvent également être des diagnostics différentiels :

  • troubles des apprentissages (lecture, écriture, calcul) ;
  • troubles du langage oral (retard de langage, bégaiement, dysphasie…) ;
  • troubles d’acquisition de la coordination (dyspraxie) ;
  • troubles d’opposition avec provocation (comportements hostiles et provocateurs) ;
  • troubles des conduites (agressions, addiction…) ;
  • troubles émotionnels (dépression, anxiété...) ;
  • troubles du sommeil (difficultés d’endormissement, difficultés à se réveiller, semble fatigué au réveil....).

D’autres diagnostics différentiels doivent être éliminés au moment du diagnostic :

  • un trouble autistique ;
  • un déficit intellectuel ;
  • une précocité intellectuelle ;
  • un trouble bipolaire.

Chez l’adolescent souffrant de TDAH, on retrouve plus particulièrement :

  • des conduites addictives vis-à-vis de substances illicites ;
  • une dépendance à certaines pratiques comme les jeux vidéo, internet.

Causes du TDAH

Le TDAH est un trouble du développement neurologique complexe. Des retards de maturation du système nerveux central ont été mis en évidence se traduisant par des anomalies de structure, de fonction ou de connectivité des circuits neuronaux, et des systèmes de neurotransmission.

Le TDAH peut avoir une composante héréditaire. Certains facteurs sont connus pour favoriser son apparition : exposition du foetus à des substances toxiques (tabac, alcool ou drogues), une méningite bactérienne dans l’enfance ou un traumatisme crânien, une prématurité, un problème survenu au moment de l’accouchement ayant entraîné un manque d’oxygène au niveau du cerveau de l’enfant.

Quand faut-il consulter un médecin ?

Nous vous conseillons de consulter votre médecin traitant lorsque l’agitation de votre enfant est omniprésente, rendant difficile ses apprentissages scolaires et ayant un retentissement sur la vie de famille.

Certains indices doivent vous alerter :

  • La durée du comportement agité depuis plus de 6 mois ;
  • Des plaintes du comportement de vos enfants exprimées au travers de différentes voix, celles de votre enfant, la votre et de celles de son entourage scolaire et extrascolaire ;
  • Un retentissement de ce comportement agité sur la vie de votre enfant : perte de l’estime de soi, mauvais résultats scolaires, etc.

Votre médecin traitant pourra évoquer le diagnostic de TDAH mais il devra vous adresser à un spécialiste du TDAH, professionnel ayant acquis une compétence dans le diagnostic et la prise en charge de ce trouble. Il peut s’agir d’un médecin psychiatre, pédopsychiatre, pédiatre, neuro-pédiatre ou neurologue. Ce dernier pourra confirmer le diagnostic au travers d’une évaluation approfondie de l’enfant et de son milieu de vie. Il s’aidera de critères comportementaux précis, de tests psychologiques, de tests neuropsychologiques et d'échelles comportementales spécifiques.

Traitement

Il n’existe pas de traitement permettant de guérir d’un TDAH mais une prise en charge adaptée permettra de réduire la souffrance et les répercussions négatives sur la vie de l’enfant, puis sur celle de l’adulte à venir. Le traitement du TDAH doit être individualisé. Bien pris en charge, le pronostic d’un TDAH se révèle généralement bon.

Des mesures non médicamenteuses en première intention :

Elles comprennent des mesures psychologiques, éducatives et sociales (approches cognitivo-comportementales, psychodynamiques, systémiques et psycho-éducatives, guidance parentale, aménagements scolaires, etc).

À partir de 6 ans uniquement, la prise en charge médicamenteuse est nécessaire lorsqu'une prise en charge psychologique, éducative et sociale s'avère insuffisante.

Le méthylphénidate est le seul médicament disponible à ce jour et indiqué pour le traitement pharmacologique du TDAH (noms commerciaux : Ritaline®, Concerta® et Quasym®). Soumis à des règles de prescription très strictes, il doit être intégré dans une approche personnalisée à chaque enfant, réévalué tous les mois et prescrit en complément d'une thérapie non-médicamenteuse. Le traitement médicamenteux diminue les symptômes mais ne les fait pas disparaître. La durée du traitement n’est pas prévisible, il peut être interrompu pendant les vacances d’été en accord avec le médecin prescripteur.

Que peut faire Livi pour vous ?

Un médecin sur Livi peut vous donner des conseils à propos du TDAH et suspecter un diagnostic de TDAH. Il vous orientera alors vers une prise en charge spécialisée pour établir un diagnostic.

En savoir plus

Mis à jour le :