Livi-logo
Télécharger

ENFANTS & ADOLESCENTS

Comment choisir son lait infantile ?

Conseil médical validé par :

Direction médicale de Livi France

·

Il y a tellement de types de laits disponibles dans les rayons des pharmacies et supermarchés, qu'il est très difficile de faire son choix. Les médecins sur Livi vous proposent un guide sur comment choisir son lait infantile.

Besoin d'un avis médical ?

Consulter un médecin

Pourquoi utiliser du lait infantile ?

Le lait est l’élément indispensable de l’alimentation des bébés pendant leur première année, il reste essentiel en complément d’une alimentation diversifiée jusqu’aux 3 ans de l’enfant. Pour les mamans qui ne désirent ou ne peuvent pas allaiter, le lait infantile est la solution.

Le lait infantile est créé à partir de lait de vache. Celui-ci est adapté aux besoins des bébés en se rapprochant davantage de la composition du lait maternel. On y ajoute et retire certains nutriments, notamment les protéines, afin de correspondre aux besoins de l’enfant. Chaque marque de lait a sa propre composition qui tient compte de la réglementation européenne en matière de dosage des nutriments.

Lait infantile ou allaitement ?

Les recommandations générales de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconisent l'allaitement de l'enfant durant ses 6 premiers mois au moins. Cependant lorsque l’allaitement maternel n’est pas possible ou simplement par choix, il est tout à fait possible d’avoir recours au lait infantile dès la naissance du bébé, les différentes formules proposées en pharmacie ou grandes surfaces couvrent tous les besoins nutritionnels de votre enfant et s’adaptent à sa croissance.

Quel lait infantile choisir pour son enfant ?

Les divers laits infantiles ont des teneurs en nutriments différentes. Comme chaque enfant à des besoins nutritionnels qui lui sont propres, les médecins sur Livi vous recommandent de demander l’avis du médecin traitant ou du pédiatre de votre bébé. Lui seul connaît ses besoins particuliers en matière de protéines, de glucides, de lipides, de fer, etc. En effet, si un lait particulier convient à votre premier enfant, il est possible qu’il ne convienne pas à votre second enfant.

Le lait infantile est à choisir en fonction de l’âge de l’enfant.

  • Le lait premier âge : il couvre la totalité des besoins nutritionnels du nourrisson de sa naissance jusqu’à ses 4 à 6 mois.
  • Le lait deuxième âge : aussi appelé lait de suite, il peut être utilisé après une alimentation au lait maternel ou au lait premier âge mais il ne couvre pas tous les besoins nutritionnels du bébé. Ce lait vient en complément de la diversification alimentaire mise en place progressivement. Il répond donc aux besoins des bébés âgés de 6 à 12 mois, c’est pourquoi il est proscrit avant le 4ème mois de l’enfant Si vous pratiquiez l’allaitement avant le passage au lait de suite, il faut réaliser la transition de la façon la plus progressive possible afin de ne pas perturber bébé dans ses habitudes alimentaires et de prévenir les phénomènes d’engorgement des seins.
  • Le lait de croissance : ce lait est utilisé à partir de l’âge d’un an, lorsque l’alimentation de l’enfant est équilibrée grâce à des repas complets et diversifiés. Malgré cela, certains besoins en nutriments ne sont pas toujours bien comblés, comme ceux en fer et en zinc, c’est pourquoi le lait de croissance peut être utilisé jusqu’à 3 ans.

Comme expliqué précédemment, tous les laits infantiles répondent à une législation européenne. Les variations de composition d’un lait à l’autre sont donc légères. Il est également envisageable d’adopter du lait labellisé bio. Celui-ci répond aux mêmes exigences que le lait infantile conventionnel. Ce sont uniquement les conditions d’élevage des vaches qui déterminent ce label.

Les laits végétaux sont en revanche totalement proscrits, car ils ne répondent pas aux besoins de l’enfant et peuvent entraîner un risque de carence, voire de dénutrition.

Quel lait infantile choisir en cas de troubles digestifs ?

L’estomac et l’appareil digestif de votre bébé sont en plein développement et parfois encore trop immatures pour supporter certains laits infantiles. Les bébés peuvent développer des intolérances, des troubles du transit ou avoir des besoins nutritionnels plus importants : heureusement, il existe des laits infantiles adaptés qui pourront vous être conseillés ou prescrits par votre médecin généraliste ou pédiatre.

  • Votre bébé régurgite : les régurgitations peuvent être fréquentes jusqu’à l’âge d’un an. Pour les limiter, vous pouvez essayer les laits à formule épaissie, c’est-à-dire enrichis en caséine et en amidon. À savoir : les laits AR (anti-régurgitations) ne sont vendus qu’en pharmacie, car ils font partie des laits thérapeutiques.
  • Votre bébé a souvent très faim : si après l’âge de 6 mois, votre enfant semble avoir encore faim après avoir bu son biberon, vous pouvez essayer de changer de lait pour un lait de satiété. Ce type de lait a une teneur plus faible en lactose et est aussi un peu plus épais, ce qui peut permettre de ralentir le débit du repas de bébé et donc de ne pas remplir son estomac trop rapidement.
  • Votre bébé a des problèmes de digestion : en cas de constipation, il existe des laits contenant moins de caséine et plus de lactose, ce qui pourra faciliter son transit. À l’inverse, si ses selles sont molles, vous pourrez choisir un lait au taux de lactose plus bas mais enrichi en caséine.

Quand faut-il changer de lait infantile ?

Même si la composition entre deux laits est très légèrement différente, il se peut que votre enfant ne tolère pas bien celui que vous avez choisi. Quelques signes peuvent vous alerter :

  • votre bébé régurgite le lait de façon fréquente et en quantités importantes : le lait lui provoque des reflux gastro-oesophagiens ;
  • il pleure après chaque repas, un symptôme cependant à dissocier des coliques du nourrisson ;
  • il a des éruptions cutanées fréquentes.

Dans ces cas, consultez un professionnel de santé, en particulier un pédiatre. Il sera en mesure de vous suggérer un lait plus adapté ainsi que la marche à suivre pour réaliser la transition. Il existe des laits infantiles spécifiques à certaines situations (diarrhée à répétition, antécédent familial d’allergie, etc.).

Par exemple, il peut être nécessaire de changer de lait pour un lait sans lactose, lorsqu’une intolérance au lactose est détectée chez votre enfant. Elle se manifeste la plupart du temps par des troubles de la digestion comme des vomissements, des coliques, des ballonnements ou encore des flatulences. Si vous suspectez une intolérance au lactose, consultez un pédiatre. En revanche, les médecins sur Livi vous recommandent d’éviter les changements réguliers ou sans raison de lait infantile, car ils peuvent perturber votre enfant inutilement. Si vous suspectez un problème ou que vous pensez que le lait ne répond pas aux besoins nutritionnels de votre enfant, consultez un pédiatre avant tout changement.

Quand faut-il arrêter le lait infantile ?

Le lait de croissance est recommandé jusqu’à 3 ans car il complète les apports alimentaires de l’enfant, notamment en fer, en acides gras essentiels et en vitamine D que même une alimentation saine et variée ne comble pas toujours. Il est donc préférable de continuer le lait de croissance jusqu’à 3 ans, même si l’enfant paraît être en bonne santé. Les médecins sur Livi recommandent alors un apport journalier de 500 ml à répartir dans la journée (petit déjeuner et goûter par exemple).

Passé cet âge de 3 ans, l’enfant est apte à ne recevoir que du lait de vache classique. Pour cela, introduisez-le progressivement dans l’alimentation de l’enfant. Il est possible de mélanger le lait infantile avec du lait de vache afin de réaliser la transition sur quelques jours.

Ce que Livi peut faire pour vous

Vous présentez des symptômes ou souhaitez simplement parler à un spécialiste pour obtenir un avis médical ? Avec Livi, obtenez un diagnostic médical en quelques minutes, 7j/7, ainsi qu'une ordonnance électronique valable en pharmacie. Consultation remboursable par l'Assurance Maladie.
Consulter un médecin

Autres articles

comment bien communiquer avec son enfant
Enfants & adolescents – 6 juin 2022 
Comment bien communiquer avec son enfant ?
Confiance, harmonie, équilibre… La communication avec son enfant est primordiale tant pour maintenir une relation saine avec celui-ci que pour l’équilibre familial. Elle joue également un rôle majeur dans le bon développement du tout-petit. Les pédiatres sur Livi partagent leurs conseils pour entretenir une bonne communication avec votre enfant. L’importance de la communication In utero déjà, l’audition est le premier sens développé par le fœtus. À partir de la 26ème semaine, ce dernier commence à entendre le système digestif et cardiaque de sa mère. Au cours du 5e ou 6e mois de grossesse, le fœtus perçoit certains sons provenant de l’extérieur tels que les intonations de voix, la musique (notamment les basses) ou encore les moteurs de voitures. Durant la grossesse, parler à son futur bébé permet de créer un lien certain. À la naissance, le nouveau-né reconnaîtra déjà la voix de ses parents et des personnes qui l'entourent. Au fil des années et jusqu’à l’âge adulte, cette communication se doit d’être au cœur de la relation parent/enfant. Comme pour l’adulte, un enfant ressent plusieurs émotions au cours d’une journée (besoins, craintes, frustrations, colère, stress, envies…) et il peut lui être difficile d’y faire face, surtout s’il n’a pas les mots pour exprimer ce qu’il ressent. Le parent se doit donc d’être à l’écoute afin d’anticiper et de répondre au mieux à ses attentes pour ainsi l’aider dans sa gestion des émotions. En étant attentif et à l’écoute, vous pourrez aisément mettre des mots sur les ressentis de votre enfant. Vous pourrez dès lors l’encourager à verbaliser à sa manière ses sentiments pour qu’il puisse évacuer les frustrations pouvant le tracasser et l’accompagner dans son apprentissage de la vie. En communiquant avec votre enfant, ce dernier percevra que vous vous intéressez à lui et à ce qu’il vit. Il prendra conscience de son importance à vos yeux. De plus, vous renforcez sa confiance en lui, en ce qu’il ressent, mais aussi envers vous et envers les personnes qui l’entourent : la communication est gage de sécurité. Si la mise en place d'une communication libre et honnête avec son jeune enfant est primordiale, elle promet également de nombreux bienfaits sur le long terme. Les échanges quotidiens permettent en effet de l'habituer à se confier à vous sur ce qu’il vit et peuvent l’amener en grandissant à se livrer plus facilement au sujet des choses importantes qu’il traverse ou à partager ses inquiétudes. Comment bien communiquer avec son enfant ? Voici les conseils des professionnels de santé sur Livi afin d’instaurer une bonne communication avec votre enfant. Expliquer un maximum de choses S’adresser à un enfant requiert de se mettre à sa place, de veiller à trouver les bons mots afin que le discours adopté soit compréhensible pour lui. N’hésitez pas à le rassurer et à le prévenir si des événements vont se passer au cours des jours à venir (sorties, vacances, visites d’amis ou membres de la famille…) Répétez les choses plusieurs fois Afin de vous assurer que votre enfant à bien compris ce que vous lui dites, n’hésitez pas à répéter les choses et à lui demander de reformuler avec ses propres mots si besoin. Mieux vaut l’avertir à plusieurs reprises, cela le rassurera. Privilégiez un environnement propice à la discussion Évitez d’aborder certains sujets ou discussions dans un environnement bruyant ou si vous êtes occupé. S’il sent que vous êtes attentif, il le sera davantage lui aussi. En ayant votre attention, vous aurez également la sienne. Mettez-vous à sa hauteur Lorsque vous vous adressez à votre enfant, placez-vous à sa hauteur pour générer du contact visuel. Cela favorise la communication et lui permet d'être plus attentif à ce que vous lui dites. Évitez de l’interrompre quand il prend la parole Encouragez-le à aller au bout de ses idées pour comprendre le fond de sa pensée. Quand il a terminé, exprimez votre opinion. Soyez attentif au non-verbal Il n’est pas toujours facile d’exprimer ses émotions. Analysez autant que possible son comportement, sa gestuelle, ses postures. Évitez les reproches Veillez à garder une approche positive afin de développer un climat bienveillant et coopératif avec votre enfant. Si votre enfant ne parle pas beaucoup, vous pouvez essayer différentes techniques de communication pour l’inciter à partager. Instaurez des périodes dédiées à la communication Votre enfant intégrera que, durant ces moments programmés, il pourra se confier à vous, échanger sur sa semaine ou passer un moment privilégié à vos côtés. Les rituels ont un côté rassurant qui pourront lui permettre de se livrer plus facilement. Confiez-vous à lui S’il n’est pas évident pour lui de partager ses sentiments, montrez-lui l’exemple en parlant de vous intimement. Parlez-lui de vos émotions (en veillant toutefois à ne pas l’angoisser) afin de lui montrer qu’il est normal de ressentir des émotions et d’en parler. Vous pouvez aussi lui parler de votre journée pour l’inciter à parler de la sienne. Abordez des sujets qu’ils affectionnent Il sera plus simple pour lui d’échanger sur des thématiques qu’il apprécie avant de se confier sur des sujets plus personnels. Évitez de lui poser trop de questions Si votre enfant n’est pas réceptif aux jeux des questions/réponses, préférez donner votre opinion sur certains sujets et attendez de voir s’il réagit pour débuter un échange constructif. Levez les tabous et évitez les questions sans réponses Afin d’éviter le stress ou le développement d’un imaginaire angoissant chez l’enfant, abordez tous les sujets sans tabous. Cela permettra de le sécuriser. Favorisez le jeu Si votre enfant n’est pas très loquace, n'hésitez pas à jouer avec lui. Le jeu peut en effet l’aider à trouver les mots et à s’exprimer. Si vous souhaitez obtenir davantage de conseils pour améliorer votre communication avec votre enfant, des pédiatres sont à votre écoute sur Livi.
temps d'ecran par age
Enfants & adolescents – 13 mai 2022 
Quel temps d’écran par âge ?
Avec le développement des nouvelles technologies, les écrans font désormais partie intégrante de la vie de nombreuses familles. Téléphones portables, tablettes, ordinateurs et télévision rythment en effet le quotidien de la plupart des foyers. Toutefois, les écrans doivent être utilisés avec modération afin d’éviter les risques qui leur sont associés. Les médecins sur Livi vous éclairent. Pourquoi surveiller le temps que passe un enfant sur un écran ? Une pratique abusive de l’usage des écrans dès le plus jeune âge n’est pas sans conséquence pour l’enfant. En effet, les dangers d’une surexposition aux objets connectés sont réels et peuvent influencer le développement du cerveau et l’apprentissage de compétences fondamentales. Passer trop de temps devant un écran peut aussi occasionner des troubles du comportement, de l’attention et de la concentration, et jouer un rôle sur le bien-être et l’équilibre des enfants. Certains signes sont révélateurs d’une pratique excessive des écrans, tels que : l’isolement ; l’appauvrissement de la relation aux autres ; la passivité ; un retard de langage ; une moins bonne motricité ; une mauvaise gestion des émotions (irritabilité, agressivité, mauvaise estime de soi) ; de l’anxiété et des troubles du sommeil ; un désintérêt pour d’autres activités ; des capacités cognitives plus faibles ; des problèmes de santé (surpoids, obésité, fatigue, maux de tête, myopie, problèmes de posture, mauvaise alimentation, hypertension, diabète de type 2, problèmes cardiovasculaires à long terme…) ; une obsession des écrans. Quel est le temps d’écran adapté à chaque tranche d’âge ? Le temps d’écran ne doit pas être le même en fonction de l’âge de l’enfant. Les pédiatres sur Livi recommandent : Avant 3 ans Les tout-petits de moins de 3 ans ne doivent pas être exposés aux écrans, quels qu'ils soient, en l'absence de leurs parents. Une utilisation accompagnée, interactive et récréative peut être envisagée exceptionnellement De 3 à 5 ans Les enfants appartenant à cette tranche d’âge ne doivent pas passer plus de 1 heure par jour devant un écran. De 5 ans et plus Veillez à ce que vos enfants aient une saine utilisation des écrans qui ne nuit pas aux activités scolaires, à l’activité physique, au sommeil et aux activités sociales. Essayez de fixer des règles claires sur les moments et la durée d’utilisation. Ces conseils s’appliquent bien entendu aux adultes et adolescents. Quand faut-il éviter d’utiliser un écran ? Dans un monde en constante connexion, il est important de veiller à sa déconnexion : cela est valable pour toute la famille, petits et grands ! Vous pouvez par exemple ne pas utiliser d’écrans (télévision, téléphones portables) durant : les repas ou moments partagés en famille ; pendant les devoirs (veillez à ne pas distraire votre enfant en étant vous-même sur votre téléphone ou ordinateur) ; pendant les temps calmes (jeux, sieste…) ; avant d’aller à l’école ; quelques heures avant le coucher et au moment du coucher. Faut-il être strict avec son enfant ? Il est important de fixer des limites à votre enfant, pour son bon développement et pour sa santé mais également afin qu’il consacre suffisamment de temps à d’autres activités. Les écrans ne doivent pas devenir un sujet de dispute au sein de votre famille : échangez avec votre enfant quant à sa pratique, demandez-lui ce qu’il apprécie dans son usage ; expliquez-lui les dangers que peuvent représenter les écrans sans pour autant les diaboliser ; présentez-lui les bienfaits de la pratique d’autres activités. Comment faire en sorte qu’un enfant passe moins de temps derrière un écran ? Si votre enfant passe trop de temps derrière un écran, il est nécessaire de limiter son utilisation et d’encadrer sa pratique. Voici quelques conseils pour vous y aider : limitez votre propre utilisation des écrans afin de donner l’exemple ; n’utilisez pas la réduction du temps d’écran comme punition ; encouragez votre enfant à pratiquer d’autres activités ; n’autorisez pas les écrans dans la chambre à coucher de votre enfant ; responsabilisez-le dans sa pratique en lui proposant de fermer lui-même l’écran quand son jeu ou son programme est terminé ; accompagnez votre enfant lorsqu’il regarde la télévision ou joue sur une tablette afin de gagner en interactivité ; éteignez les écrans et rangez-les quand ils ne sont pas utilisés ; autorisez l’utilisation des écrans uniquement dans certaines zones de votre foyer afin d’avoir toujours un oeil sur l’usage de votre enfant ; décidez des moments précis durant lesquels votre enfant pourra utiliser un écran et discutez-en avec lui afin qu’il comprenne. Vous vous posez des questions quant à l’usage des écrans de votre enfant et vous souhaitez obtenir davantage de conseils ? Sur Livi, des pédiatres sont à votre écoute 7j/7 de 7h à minuit.