Livi-logo
Comment choisir son lait infantile ?

Comment choisir son lait infantile ?

Dernière mise à jour le:
ven. 11 juin 2021
Il y a tellement de types de laits disponibles dans les rayons des pharmacies et supermarchés, qu'il est très difficile de faire son choix. Les médecins sur Livi vous proposent un guide sur comment choisir son lait infantile.

Pourquoi utiliser du lait infantile ?

Le lait est l’élément indispensable de l’alimentation des bébés pendant au moins leur première année. Pour les mamans qui ne désirent ou ne peuvent pas allaiter, le lait infantile est la solution.

Le lait infantile est créé à partir de lait de vache. Celui-ci est adapté aux besoins des bébés en se rapprochant davantage de la composition du lait maternel. On y ajoute et on retire certains nutriments, notamment les protéines, afin de correspondre aux besoins de l’enfant. Chaque marque de lait a ensuite sa propre composition qui tient compte de la réglementation européenne en matière de dosage des nutriments.

Quel lait infantile choisir pour son enfant ?

Les divers laits infantiles ont des teneurs en nutriments différentes. Comme chaque enfant à des besoins nutritionnels qui lui sont propres, les médecins sur Livi vous recommandent de demander l’avis du médecin traitant ou du pédiatre de votre bébé. Lui seul connaît ses besoins particuliers en matière de protéines, de glucides, de lipides, de fer, etc. En effet, si un lait particulier convient à votre premier enfant, il est possible qu’il ne convient pas à votre second enfant.

Le lait infantile est à choisir en fonction de l’âge de l’enfant :

  • Le lait premier âge : il couvre la totalité des besoins nutritionnels du nourrisson de sa naissance jusqu’à ses 4 à 6 mois.

  • Le lait deuxième âge : aussi appelé lait de suite, il peut être utilisé suite à une alimentation au lait maternel ou au lait premier âge mais il ne couvre pas tous les besoins nutritionnels du bébé. Ce lait vient en complément de la diversification alimentaire mise en place progressivement. Il répond donc aux besoins des bébés âgés de 6 à 12 mois. Si vous pratiquiez l’allaitement avant le passage au lait de suite, il faut réaliser la transition de la façon la plus progressive possible afin de ne pas perturber bébé dans ses habitudes alimentaires et de prévenir les phénomènes d’engorgement des seins. Attention, ce lait est proscrit pendant les 4 premiers mois.

  • Le lait de croissance : ce lait est utilisé à partir d’un an, lorsque l’alimentation de l’enfant est équilibrée grâce à des repas complets et diversifiés. Malgré cela certains besoins en nutriments ne sont pas toujours bien comblés, comme ceux en fer et en zinc, c’est pourquoi le lait de croissance peut être utilisé jusqu’à 3 ans.

Comme expliqué précédemment, tous les laits infantiles répondent à une législation européenne donc les variations de composition d’un lait à l’autre sont légères. Il est également envisageable d’adopter du lait labellisé bio. Celui-ci répond aux mêmes exigences que le lait infantile conventionnel. Ce sont uniquement les conditions d’élevage des vaches qui déterminent ce label.

En ce qui concerne les laits végétaux, ils sont totalement proscrits car ils ne répondent pas aux besoins de l’enfant. Les laits végétaux peuvent entraîner un risque de carence, voire de dénutrition.

Quand faut-il changer de lait infantile ?

Même si la composition entre deux laits est très légèrement différente, il se peut que votre enfant ne tolère pas bien celui que vous avez choisi. Quelques signes peuvent vous alerter :

  • Votre bébé régurgite le lait de façon fréquente et en quantités importantes - reflux gastro-oesophagien ;
  • Il pleure après chaque repas, symptôme à dissocier des coliques du nourrisson ;
  • Il a des éruptions cutanées fréquentes.

Dans ces cas, consultez un professionnel de santé, en particulier un pédiatre. Il sera en mesure de vous suggérer un lait plus adapté ainsi que la marche à suivre pour réaliser la transition. Il existe des laits infantiles spécifiques à certaines situations (diarrhée à répétition, antécédent familial d’allergie, etc.).

Par exemple, il arrive de changer de lait lorsqu’une intolérance au lactose est détectée chez votre enfant. Elle se manifeste la plupart du temps par des troubles de la digestion comme des diarrhées, des vomissements, des coliques, des ballonnements ou encore des flatulences. Si vous suspectez une intolérance au lactose, consultez un pédiatre. Il existe des laits de croissance sans lactose disponibles en pharmacie.

En revanche, les médecins sur Livi vous recommandent d’éviter les changements réguliers ou sans raison de lait infantile qui peuvent perturber votre enfant inutilement. Si vous suspectez un problème ou que vous pensez que le lait ne répond pas aux besoins nutritionnels de votre enfant, consultez un pédiatre avant tout changement.

Quand faut-il arrêter le lait infantile ?

Le lait de croissance est recommandé jusqu’à 3 ans car il complète les apports alimentaires de l’enfant, notamment en fer, en acide gras essentiels et en vitamine D que même une alimentation saine et variée ne comble pas toujours. Il est donc préférable de continuer le lait infantile de croissance jusqu’à 3 ans, même si l’enfant paraît être en bonne santé. Les médecins sur Livi recommandent un apport journalier de 500 ml à répartir dans la journée (petit déjeuner et goûter par exemple).

Mais passé cet âge de 3 ans, l’enfant est apte à ne recevoir que du lait de vache classique. Pour cela, introduisez-le progressivement dans l’alimentation de l’enfant. Il est possible de mélanger le lait infantile avec du lait de vache afin de réaliser la transition sur quelques jours. CTA : En cas de doute sur l’alimentation de votre enfant, des spécialistes pédiatres sont à votre écoute en consultation vidéo sur Livi.

Ce que Livi peut faire pour vous

Vous présentez certains de ces symptômes ou souhaitez simplement parler à un spécialiste pour obtenir un avis médical ? Avec Livi obtenez un diagnostic médical en quelques minutes, 7j/7, ainsi qu'une ordonnance électronique valable en pharmacie. Consultation remboursable par l'Assurance Maladie.
Mis à jour le :

Autres articles