Livi-logo
Télécharger

Variole du singe

Vous avez récemment entendu parler de la variole du singe (Monkeypox) dans les médias et vous vous demandez de quoi il s’agit. C’est une maladie infectieuse de type zoonose, c’est-à-dire une maladie qui peut se transmettre des animaux aux humains. Nous répondons ci-après à quelques-unes des questions couramment posées sur la variole du singe.

La variole du singe, de quoi s’agit-il ?

La variole du singe est une infection causée par le virus monkeypox qui appartient à la famille des virus de la variole. La variole du singe n’est pas une nouvelle maladie, comme ce fut le cas de la COVID-19 quand elle est apparue. En revanche, les cas survenaient habituellement dans certains pays d’Afrique (notamment au Nigéria) et les cas hors Afrique restaient très rares. 

Depuis mai 2022, le nombre de cas de variole du singe en dehors de l’Afrique est inhabituel. De nombreux cas ont été diagnostiqués en Europe, Amérique du Nord et Australie sans lien avec un voyage en Afrique.

En France, les infections par le virus monkeypox font l’objet d’une surveillance pérenne par le dispositif de la déclaration obligatoire, c'est-à-dire que chaque cas est tracé et signalé afin de lutter contre cette maladie infectieuse. 

La variole du singe est-elle grave ?

La maladie est plus grave chez les enfants, les femmes enceintes (transmission materno-foetale ou périnatale possible avec des formes graves du nouveau-né) et les personnes immunodéprimées. Elle peut se compliquer d’une surinfection des lésions cutanées ou d’atteintes respiratoires, digestives, ophtalmologiques ou encore neurologiques. 

Cependant, actuellement les cas rapportés en Europe sont majoritairement bénins, et aucun décès n’a été signalé.

Quels sont les symptômes de la variole du singe ?

Les symptômes les plus courants de la variole du singe qui se propage en Europe sont initialement :

  • de la fièvre ;

  • des maux de tête ;

  • des courbatures ;

  • de la fatigue ;

  • un gonflement des ganglions lymphatiques qui sont alors douloureux sous la mâchoire et au niveau du cou.

La phase de fièvre souvent importante dure habituellement un à trois jours.

Dans les 1 à 3 jours (parfois plus) suivant l’apparition de la fièvre, on note le développement progressif d'une éruption cutanée qui commence souvent sur le visage et qui peut s’étendre à d’autres parties du corps dont les paumes des mains, les plantes des pieds et les organes génitaux. Les autres muqueuses (cavité buccale, langue,...) peuvent également être concernées. A noter que dans les cas récemment détectés chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, les lésions sont prépondérantes au niveau de la région génitale. L’éruption survient en une seule poussée et les lésions passent par différents stades successifs : de petits nodules (macules, papules) à des ampoules (vésicules, pustules) remplies de liquide qui finissent par sécher et former des croûtes. Lorsque les croûtes tombent, les personnes ne sont plus contagieuses. La maladie dure généralement 2 à 3 semaines, parfois 4 semaines.

Comment se transmet la variole du singe ?

En Afrique centrale ou de l’Ouest, la voie de transmission est généralement d’un animal (tels que les rongeurs ou les singes, sauvages ou en captivité, mort ou vivant) à l’humain. Cependant le virus Monkeypox peut être transmis par contact direct lorsqu’une personne entre en contact avec un être humain ou des matériaux contaminés par le virus. La transmission se fait lors de contacts rapprochés . Pour l’heure, selon l’agence de la santé publique, les contacts sexuels sont la principale voie de transmission : en effet, en Europe l’infection s’est principalement propagée chez les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes.

Combien de temps dure la période d’incubation ?

Environ 6 à 13 jours, mais elle peut varier entre 5 et 21 jours selon l’agence de la santé publique.

Comment le diagnostic est-il posé ?

Le diagnostic est réalisé après l’évaluation du tableau clinique, c’est-à-dire les symptômes observés, l'existence de contacts rapprochés ou de voyages récents. En cas de forte suspicion, des échantillons sont prélevés au niveau des lésions cutanées pour détecter le génome viral (PCR). 

Y a-t-il un traitement contre la variole du singe ?

À l’heure actuelle, il n’y a pas de traitement spécifique et chez la plupart des personnes infectées, la maladie guérit d’elle-même. Certains traitements (antiviraux, immunoglobuline spécifiques) peuvent être proposés chez les patients à risque. Le vaccin que l’on administrait autrefois contre la variole peut également être administré chez les groupes à risque. Il ressort de données préliminaires que les personnes vaccinées contre la variole pourraient bénéficier d’une protection à 85 %.

Comment s’en prémunir ?

Dans la mesure où la plupart des cas européens semblent être survenus dans le cadre de relations sexuelles, il convient d’être vigilant en cas de nouveaux contacts sexuels. Il est également nécessaire d’éviter tout contact rapproché avec des personnes infectées. Nous ignorons pour l’instant si le préservatif protège de la variole du singe. D’autres informations relatives à la contagiosité pourraient être disponibles sous peu. Les professionnels de la santé doivent porter des masques buccaux et tout autre équipement de protection individuelle nécessaire jusqu’à ce que l’on en apprenne davantage sur la contagiosité.

Que dois-je faire en cas d’infection avérée ou soupçonnée ?

Si vous suspectez avoir été en contact avec une personne malade, ou si vous présentez des symptômes, veuillez contacter un médecin afin qu’il vous donne toutes les informations nécessaires. Pour le moment, la régulation et l’orientation des cas suspects ou avérés se fait par l’intermédiaire d’un appel du 15 (SAMU) pour savoir ce qui s’applique dans votre région. Le service vous dirigera vers l’unité adéquate pour procéder à un examen et un échantillonnage éventuels. Pour l’instant, l’échantillonnage n’est effectué que dans certains centres spécialisés.

Si vous présentez des symptômes et dans l’attente des résultats de votre test : évitez tout contact rapproché, isolez-vous, et portez un masque et des gants si vous devez vous déplacer.

Ce que Livi peut faire pour vous

Sur Livi, consultez un médecin généraliste en ligne capable de diagnostiquer la variole du singe et de vous accompagner dans sa prise en charge.