Varicelle : causes et traitement

Découvrez les causes de la varicelle et le traitement adapté.

La varicelle est une maladie infantile éruptive fréquente due au virus de la varicelle-zona (VZV). Elle est très contagieuse et survient essentiellement sous forme d’épidémies dans les collectivités. La maladie est généralement bénigne mais peut entraîner des complications, plus fréquentes chez l’adulte, la femme enceinte, le nouveau-né et l’immunodéprimé. L’incidence de la varicelle est plus forte en hiver et au printemps, et concerne principalement les enfants de 2 à 5 ans. 90% des infections surviennent avant l’âge adulte.

La transmission du virus est se fait de deux manières différentes :

  • Par voie aéroportée, c’est à dire par inhalation de gouttelettes de salives provenant d’une personne malade.
  • Par contact direct avec les vésicules cutanées.

L’incubation est de 10 à 21 jours. Une personne est contagieuse 48 heures avant l’apparition des lésions cutanées. La contagion dure tant qu’il reste des vésicules. Les croûtes se sont pas contagieuses.

Il est à noter que le Zona est une maladie causée par ce même virus VZV. Le zona se manifeste également par l’apparition de vésicules, qui sont contagieuses par contact et pourront transmettre la varicelle à toute personne non immunisée.

La varicelle ne s’attrape qu’une seule fois (dans l’immense majorité des cas).

Le diagnostic d’une varicelle est clinique, c’est à dire qu’il ne nécessite pas la réalisation d’examen complémentaire.

Une varicelle correspond à la survenue d’une éruption cutanée diffuse, qui donnera plus ou moins de démangeaison. Chaque bouton évolue indépendamment des autres, en commençant par une simple rougeur qui se surélève progressivement pour donner une vésicule, qui finit elle même par éclater et laisser une croûte. Le diagnostic de varicelle est posé lorsque coexistent à un même moment plusieurs lésions de différents types (rougeur, vésicule, croûte).

L’éruption peut s’accompagner d’une fièvre modérée, et parfois d’ une toux, des maux de tête, des douleurs abdominales et d’une fatigue.

L’ASPIRINE est formellement CONTRE-INDIQUÉE car elle expose à des risques hépatiques extrêmement grave (Syndrome de Reye). L’administration d’anti-inflammatoires est à éviter en auto-médication.

Dans la grande majorité des cas, une varicelle est une maladie bénigne qui guérit spontanément en 1 à 2 semaines. Des médicaments dit symptomatiques permettant d’atténuer les démangeaisons, fièvre et douleurs peuvent être prescrits.
Parfois, l’évolution est marquée par une surinfection bactérienne des lésions cutanées, favorisée par le grattage, qui nécessite alors la prescription d’antibiotique.

Dans de plus rares cas, la varicelle peut entraîner des complications, essentiellement des pneumopathies, des pathologies hépatiques et neurologiques. Ces complications sont plus fréquentes chez la femme enceinte, l’adulte et le patient immunodéprimé, et justifie un traitement spécifique associé à un traitement antiviral.

Le VZV est un virus de la famille des Herpesviridae, il présente de nombreuses caractéristiques similaires au virus HSV de l'herpès. Lorsqu’un patient est atteint pour la première fois du virus de l'herpès, il présente une éruption très invalidante avec de nombreuses vésicules douloureuses associées à des brûlures, c’est ce qu’on appelle la primo-infection. Les lésions dermatologiques régressent mais le virus n’est pas éliminé pour autant, il reste sous forme dormante dans les ganglions nerveux. Lorsque le système immunitaire du patient fatigue, au décours d’une infection, d’un stress ou d’une exposition au soleil, le virus va resurgir sous la forme d’un bouton de fièvre, c’est ce qu’on appelle la récurrence.

Le VZV se comporte de manière identique. La varicelle correspond à la primo infection du VZV. Après cet épisode, le virus reste latent et asymptomatique dans les ganglions. Dans 15% des cas, il peut se réactiver au cours de la vie sous la forme d’une éruption vésiculeuse localisée : c’est le zona.

Chez l’enfant en bonne santé, l’éviction de la varicelle n’est pas une priorité. D’une part, car il s’agit d’un virus très contagieux et difficile à éviter. D’autre part, car on sait que les complications surviennent plus fréquemment chez l’adulte et que dans la mesure où la maladie ne peut être contractée qu’une seule fois, il est préférable de la faire jeune.

Un vaccin contre la varicelle est disponible mais n’est pas recommandée dans la population générale.

L’éviction scolaire n’est pas réglementaire concernant la varicelle, même si un repos au domicile est raisonnable en phase aiguë en cas de symptômes importants. Il est souhaitable d’en informer le personnel de la collectivité.

Si pour une raison spécifique (nouveau-né, immunodépression, grossesse), la maladie doit être évitée, abstenez vous de tout contact avec des personnes infectées. Dans certaines situations, la vaccination peut être justifiée, parfois même une sérothérapie et/ou un traitement antiviral.

Mis en ligne le :
16 janvier 2019
Rédigé par :
Dr. Samy M'Zari,

Consultez un médecin en vidéo