Livi-logo
Livi-logo

ENFANTS & ADOLESCENTS

Syndrome du bébé secoué

Dernière mise à jour le:
Conseil médical validé par :
Direction médicale de Livi France
syndrome bébé secoué
Le syndrome du bébé secoué, ou “traumatisme crânien non accidentel" (TCNA), fait référence à la secousse volontaire et violente d’un nourrisson par un adulte. Les médecins sur Livi vous expliquent les conséquences que peut avoir un tel acte.

Besoin d'un avis médical ?

Consulter un médecin

Qu'est-ce que le syndrome du bébé secoué ?

Chaque année, en France, plusieurs centaines de jeunes enfants sont victimes du syndrome du bébé secoué. Cet acte de maltraitance volontairement réalisé par des adultes représente la forme la plus grave de traumatisme crânien chez l’enfant. La plupart du temps, l’adulte maltraitant est dans le déni de la gravité de son acte. Fatigue ou irritabilité face à des pleurs incessants peuvent dans certains cas pousser de manière intentionnelle le parent ou le professionnel de la petite enfance à perdre le contrôle.

Quelles sont les situations à risque ?

Les situations pouvant favoriser le syndrome du bébé secoué émanent de l’état d’esprit du parent ou de la personne en charge de la garde de l’enfant. Stress, excès de colère, fatigue, prise de médicaments ou de drogues peuvent engendrer les secousses. Le syndrome du bébé secoué résulte seulement d’un acte volontaire réalisé par un adulte. Le jeu, par exemple, ne représente pas un danger.

Quels sont les risques pour le bébé lorsqu’il est secoué ?

1 bébé victime de secouements sur 10, décède, les autres en subiront les conséquences tout au long de leur vie. Le syndrome du bébé secoué est en effet à l’origine de graves séquelles neurologiques qui se manifestent pour 75% des bébés par :

Quels sont les symptômes du syndrome du bébé secoué ?

À la suite des secouements, des symptômes en rapport avec une atteinte neurologique grave surviennent généralement de manière immédiate :

  • somnolence inhabituelle, troubles de la conscience ;
  • rigidité du corps ou au contraire perte du tonus ;
  • mouvements anormaux ou convulsions (les bras et les jambes se raidissent ou se mettent à bouger de manière incontrôlable) ;
  • difficultés à respirer ou pauses respiratoires ;
  • diminution de l’appétit, refus de manger ou vomissements ;
  • perte des sourires ou babillages habituels ;
  • irritabilité, pleurs inhabituels, moins bon contact ;
  • troubles oculaires : les yeux ont des mouvements anormaux, les pupilles sont de dimensions inégales, l’enfant louche ou ne suit plus du regard.

Que faire en cas de bébé secoué ?

En cas de doute, et pour éviter toute récidive, il est possible de repérer certains signes d’un bébé secoué :

  • soyez attentif au comportement de l’enfant. En effet, cet indicateur peut traduire une forme d’inconfort, de mal-être, de malaise ou de souffrances psychiques en présence de certains adultes ;
  • veiller à l’état physique du bébé surtout s’il n’est pas apte à se déplacer seul :présence de contusions, ecchymoses ou hématomes notamment ;
  • en cas de suspicion de secouements, il est essentiel de donner l’alerte. Contacter sans attendre un service d’urgence en appelant le 15 ou le 112 (114 par sms pour les personnes sourdes ou malentendantes). En attendant l’arrivée des secours, et si l’enfant convulse ou s’il vomit, placez-le en position latérale de sécurité.

Que faire si l’on risque de secouer son enfant ?

Être parent ou responsable d’un jeune enfant n’est pas toujours facile. Fatigue, irritabilité, vulnérabilité, tracas de la vie quotidienne peuvent dans certains cas pousser de manière intentionnelle le parent ou la personne en charge de la garde de l’enfant à perdre le contrôle. Voici quelques conseils à mettre en place pour éviter tout risque de secouer son enfant :

  1. mettre le bébé en sécurité dans son lit, en le couchant sur le dos pour éviter tout risque de mort subite du nourrisson ;
  2. quitter un instant la pièce afin de respirer et se recentrer pour retrouver son calme ;
  3. dans la mesure du possible, contacter un proche pour en parler ;
  4. demander de l’aide à son entourage ou à des professionnels afin de partager ses craintes et ses doutes.

Si vous souhaitez obtenir davantage de conseils pour prévenir le syndrome du bébé secoué, n’hésitez pas à vous rapprocher d’un professionnel de santé. Sur Livi, des médecins sont à votre écoute 7j/7 de 7h à minuit.

Votre enfant est malade ?

Sur Livi, consultez un médecin généraliste ou un pédiatre en ligne, obtenez un diagnostic médical et une ordonnance en cas de besoin.
Consulter un médecin en ligne

Autres articles

Poussée dentaire

Besoin de conseils et d'astuces santé ?

Une fois par semaine, recevez des informations de qualité pour prendre soin de votre santé.