Oreillons : causes et traitement

Les oreillons sont une maladie secondaire à une infection par un virus, le virus ourlien. La localisation classique d’une inflammation au niveau des parotides, glandes situées sous les oreilles, lui a donné son nom.

C’est une maladie très contagieuse 2 jours avant et 4 jours après les premiers symptômes. La transmission est uniquement interhumaine par contact direct avec la salive du malade.

Les oreillons sont heureusement une maladie le plus souvent bénigne, guérissant spontanément en 8 à 10 jours sans séquelles.

Auparavant très fréquente chez l’enfant scolarisé, elle est devenue exceptionnelle en France depuis la généralisation de sa vaccination.

Les oreillons ont une incubation pouvant aller jusqu’à 24 jours. La maladie débute ensuite par une fièvre modérée, une douleur aux deux oreilles et une gêne lors de la mastication pendant 1 à 2 jours avant de se localiser sur les organes favoris du virus ourlien: les parotides, le pancréas, les testicules, les ovaires, les méninges et exceptionnellement l’encéphale.

Son site de prédilection reste les parotides (70% des cas), ces glandes salivaires situées sous les oreilles. Ainsi les oreillons se caractérisent par une parotidite, unilatérale puis bilatérale, qui correspond à une inflammation avec augmentation de volume des 2 glandes parotides, donnant le fameux faciès en forme de poire.

A la parotidite peuvent être associés une atteinte des glandes salivaires sous mandibulaires et des ganglions autour de la face, une fièvre avec altération de l’état général.

Les autres localisations des oreillons sont concomitantes ou remplacent la parotidite, il s’agit de:

  • la méningite: fièvre, maux de tête et raideur de nuque constituent le triptyque classique de la méningite. Ici d’origine virale, elle guérira sans séquelles.

  • L’orchite: inflammation le plus souvent d’un seul testicule entraînant une douleur du testicule touché et de la fièvre. Dans 50% des cas, s’ensuit une atrophie du testicule, qui restera donc plus petit que son homologue. Dans de très rares cas, l’orchite peut conduire à la stérilité.

  • la pancréatite: rare, entraîne de violentes douleurs abdominales au niveau de l’estomac. Atteinte généralement modérée, elle guérit spontanément sans complications.

  • l’encéphalite: très rare, elle peut, quand à elle, donner une atteinte sévère pouvant aller jusqu’au décès. Ses symptômes principaux seront des troubles de la vigilance, des crises d’épilepsie et des déficits neurologiques, en particulier, des nerfs responsables de l’audition pouvant entraîner une surdité définitive.

  • L’ovarite: atteinte des ovaires, elle est exceptionnelle mais comporte comme l’orchite un risque minime de stérilité. Lorsque les oreillons surviennent pendant une grossesse, il existe un risque de fausse couche mais pas de malformations du foetus.

Pour finir, il faut savoir qu’un tiers des infections par le virus ourlien ne donnent pas ou peu de symptômes et passent inaperçues!

Les oreillons résultent d’une infection par le virus ourlien qui appartient à la famille des Paramyxovirus dont l’être humain est l’unique réservoir.

Il pénètre dans l’organisme par les voies aériennes supérieures (nez, bouche) et se multiplie localement dans leurs muqueuses, sans déclencher de symptômes. Il diffuse ensuite dans le sang, avant d’aller se loger dans les organes glandulaires et le système nerveux central où il déclenche une réaction inflammatoire.

Le traitement consiste à soulager les symptômes (fièvre et douleur) par le repos et la prise de paracétamol. Il n’existe pas de traitement spécifique des oreillons.

En cas d’orchite, on peut ajouter le port d’un suspensoir testiculaire.

Il existe un vaccin qui est systématiquement associé à celui de la rougeole et de la rubéole, dit ROR. Il s’adresse au enfants et aux jeunes adultes nés à partir de 1980.

En france, pour les enfants nés à partir du premier janvier 2018, il est obligatoire avec une dose à l'âge de 12 mois et une deuxième dose entre 16 et 18 mois.

Concernant les oreillons, l’efficacité du vaccin est estimée autour de 85% après 2 doses ce qui explique la rare survenue de la maladie chez des personnes vaccinées.

Le ROR est un vaccin vivant atténué contre-indiqué chez les femmes enceintes et les personnes ayant un système immunitaire déficient.

Première cause de méningite avant l’ère de la vaccination, les oreillons sont devenues exceptionnelles. On voit cependant ressurgir des épidémies sporadiques en particulier chez les jeunes adultes non ou mal vaccinés.

En cas de survenue de fièvre associée à une augmentation de volume des glandes parotides, nous vous conseillons de consulter au plus vite.

Le diagnostic sera le plus souvent clinique et ne nécessitera pas d’examens complémentaires mais il est nécessaire de surveiller l'évolution de la maladie et d’éliminer d’autres diagnostics.

Consulter en urgence en cas de:

  • maux de tête avec fièvre
  • déficit neurologiques
  • douleur intenses au niveau du ventre
  • douleur testiculaire

Les médecins sur Livi peuvent faire le diagnostic et prendre en charge la parotidite classique liées aux oreillons.

En cas de suspicion de complications, ils vous orienteront vers une consultation physique chez un médecin généraliste ou aux urgences en fonction de la sévérité des symptômes.

Mis en ligne le:
8 sept. 2019
Conseil médical validé par:
Dr. Céline Guyomar,