Papillomavirus

Qu'est-ce que le papillomavirus ?

Le papillomavirus humain, ou HPV , est un virus qui peut causer des verrues, des (verrues génitales) et différents types de cancers, principalement du col de l'utérus, de l'anus, de la vulve et du vagin, de la gorge et de la peau. Il est très fréquent et se transmet principalement par voie sexuelle. Il existe plus de 150 types d'HPV différents, certains étant associés à un risque accru de cancer, tandis que d'autres sont plutôt responsables de verrues ou de lésions bénignes de la peau.

Quels sont les différents types de papillomavirus humain (HPV) ?

Les HPV peuvent être classés en deux grandes catégories : les HPV à tropisme cutané et les HPV à tropisme muqueux.

Les HPV à tropisme cutané

Les HPV à tropisme cutané sont principalement responsables de verrues sur la peau et les ongles. Ils ne sont généralement pas associés à un risque accru de cancer. Les verrues causées par ces types d'HPV sont souvent inoffensives et disparaissent généralement d'elles-mêmes en quelques mois ou années.

Les HPV à tropisme muqueux

Les HPV à tropisme muqueux sont principalement responsables de lésions sur les muqueuses, telles que le col de l'utérus, l'anus, la bouche et la gorge. -Certains entraînent des lésions bénignes, les condylomes, ce sont les HPV à « bas risque » (HPV 6 et 11),

-D’autres variants peuvent provoquer des lésions cancéreuses, ce sont les HPV à « haut risque » (HPV 16 et 18)

Comment attrape-t-on le papillomavirus humain (HPV) ?

Le papillomavirus est très contagieux et se transmet principalement par voie sexuelle, bien que d'autres moyens de transmission sont possibles, tels que le partage de serviettes ou de rasoirs contaminés ou le contact étroit avec une personne infectée. Les personnes ayant un nombre élevé de partenaires sexuels ou une première relation sexuelle à un âge précoce sont plus à risque de contracter l'HPV.

Il est important de noter que la transmission de l'HPV peut se produire même lorsque les lésions causées par le virus ne sont pas visibles. En effet, certaines personnes infectées peuvent être porteuses du virus sans présenter de symptômes apparents.

Il s’agit de l’Infection Sexuellement Transmissible (IST) la plus fréquente.

Qui sont les personnes à risque ?

Les personnes les plus à risques sont les jeunes hommes et femmes de 18 à 25 ans car la contamination se fait souvent lors des premiers rapports sexuels. Le fait d’avoir un nombre élevé de partenaires sexuels ou une première relation sexuelle précoce augmente ce risque.

7 à 8 personnes sur 10 seront porteuses de ce virus au cours de leur vie.

Une fois qu’une personne est porteuse du HPV, elle guérit spontanément dans 90% des cas dans les 1 à 2 ans qui suivent.

Les personnes ayant un système immunitaire affaibli, par exemple en raison d'une infection par le VIH ou d'un traitement immunosuppresseur, sont plus à risque de contracter l'HPV et de développer des complications liées au virus.

Quels sont les symptômes du papillomavirus ?

Les symptômes de l'HPV peuvent varier en fonction du type de virus et de la partie du corps affectée. Les personnes infectées par l'HPV peuvent ne pas présenter de symptômes, ou bien ils peuvent développer des verrues ou des lésions cancéreuses sur la peau ou les muqueuses.

Les verrues causées par l'HPV sont souvent des excroissances de chair de couleur chair ou grisâtre, qui peuvent être planes ou en relief. Elles peuvent apparaître sur n'importe quelle partie du corps, mais sont le plus souvent situées sur les mains, les pieds et les parties génitales.

Les lésions cancéreuses causées par l'HPV sont souvent difficiles à voir à l'œil nu et ne causent généralement pas de symptômes. Cependant, elles peuvent être détectées lors d'un examen médical ou de tests de dépistage.

Combien de temps le papillomavirus met-il à se déclarer ?

Le délai entre l'infection par l'HPV et l'apparition de symptômes peut varier considérablement. Dans certains cas, les symptômes peuvent apparaître quelques semaines ou mois après l'infection, tandis que dans d'autres cas, il peut s'écouler plusieurs années avant que des lésions ou des verrues ne se développent.

En cas d’infection chronique par le HPV (infection durant plusieurs années), le virus peut entraîner des lésions cancéreuses au niveau des zones atteintes

Le papillomavirus chez l'homme

Les hommes peuvent être infectés par l'HPV de la même manière que les femmes, c'est-à-dire par voie sexuelle ou par le contact étroit avec une personne infectée. Les hommes peuvent développer des verrues génitales causées par l'HPV, ainsi que des lésions cancéreuses de l'anus, de la bouche, de la gorge et du pénis.

Les hommes ayant un nombre élevé de partenaires sexuels ou une première relation sexuelle à un âge précoce sont plus à risque de contracter l'HPV et de développer ces complications.

Comment dépiste-t-on les papillomavirus ?

Les condylomes (verrues génitales) se diagnostiquent lors de l’examen clinique par le médecin.

Concernant les lésions cancéreuses, il existe plusieurs tests de dépistage de l'HPV.

Concernant le cancer du col de l’utérus chez les femmes, il se dépiste à partir de 25 ans, grâce à la réalisation régulière de frottis, il s’agit d’un prélèvement indolore effectué lors d’un examen gynécologique.

Il est recommandé pour toutes les femmes.

Selon l’âge de la personne, le frottis est analysé de différentes façons :

  • Entre 25 et 29 ans : le test de dépistage est réalisé par examen cytologique (vérification au microscope de l’aspect des cellules du col de l’utérus). Le premier frottis est réalisé à 25 ans et renouvelé 1 an après. Si les 2 frottis sont normaux, on préconise une réalisation d’un frottis 3 ans après.

  • A partir de 30 ans, on recherche la présence d’un HPV à haut risque sur le frottis. On réalise donc ce test :

    • 3 ans après la dernière analyse cytologique

    • Si le résultat est négatif, il sera répété tous les 5 ans jusqu’à 65 ans.

Si les frottis sont anormaux, une surveillance plus rapprochée sera organisée avec notamment la réalisation d’une colposcopie (examen permettant de visualiser l’aspect du col de l’utérus).

Concernant les autres cancers induits par le HPV, tout aspect anormal au niveau des zones génitales, de la bouche ou de l’anus doit amener à consulter un médecin.

Il existe des tests de dépistage de l'HPV tels que le test de PCR (polymerase chain reaction) qui peut être utilisé pour détecter l'HPV dans les échantillons de tissu ou de cellules prélevés de la gorge, du pénis ou de l'anus.

Quel traitement en cas de papillomavirus ?

Le traitement de l'HPV dépend de la nature et de la gravité des lésions causées par le virus. Pour les verrues causées par l'HPV, il existe plusieurs traitements topiques disponibles, tels que les crèmes, les gels et les patches qui peuvent être appliqués sur les verrues pour les faire disparaître. D'autres options de traitement incluent la cryothérapie, qui consiste à congeler les verrues, ou l'électrocautérisation, qui consiste à brûler les verrues à l'aide d'un courant électrique.

Elles peuvent être difficiles à traiter et récidivantes.

Pour les lésions précancéreuses causées par l'HPV, elles peuvent être traitées par laser, chirurgie ou cryothérapie.Si les lésions sont détectées à un stade précoce, il est généralement possible de les enlever sans endommager les tissus sains environnants.

Quelles sont les complications possibles ?

Les complications possibles de l'HPV dépendent de la nature et de la gravité des lésions causées par le virus. Les verrues causées par l'HPV sont généralement inoffensives et disparaissent généralement d'elles-mêmes en quelques mois ou années. Cependant, elles peuvent être gênantes ou embarrassantes pour certaines personnes et peuvent causer de la douleur ou de l'inconfort.

Les lésions précancéreuses causées par l'HPV peuvent évoluer vers un cancer si elles ne sont pas détectées et traitées à temps. Les cancers du col de l'utérus, de l'anus, de la bouche et de la gorge causés par l'HPV peuvent entraîner des complications graves, telles que des problèmes de respiration, de digestion et de parole, ainsi que des problèmes de santé mentale et émotionnelle.

Voici une liste non exhaustive des complications possibles de l'HPV :

  • Verrues gênantes ou embarrassantes

  • Douleur ou inconfort causés par les verrues

  • Évolution des lésions précancéreuses vers un cancer, en France, environ 6500 nouveaux cas de cancer par an sont dus au Papillomavirus : cancers du col de l’utérus (le virus est responsable de 100% des cas), cancers de la vulve et du vagin, cancers de l’anus, cancers de la sphère ORL, cancers du pénis (rare).

  • Complications liées aux cancers du col de l'utérus, de l'anus, de la bouche et de la gorge, telles que des problèmes de respiration, de digestion et de parole, ainsi que des problèmes de santé mentale et émotionnelle

Une infection par papillomavirus provoque-t-elle automatiquement le cancer ?

Une infection par l'HPV ne provoque pas automatiquement le cancer. Cependant, certains types d'HPV à tropisme muqueux peuvent augmenter le risque de développer des lésions précancéreuses qui, s'il n'est pas détecté et traité à temps, peuvent évoluer vers un cancer.

5 à 15 ans de portage sont nécessaires pour que le HPV entraîne des lésions cancéreuses 

Les papillomavirus et le VIH/Sida

Le papillomavirus entraîne une fragilisation des muqueuses ce qui augmente le risque de contamination par le VIH en cas de rapports sexuels non protégés.

Une personne porteuse du VIH a des défenses immunitaires moins efficaces, le risque d’avoir un cancer induit par le Papillomavirus est donc plus important.

Peut-on prévenir l'infection par papillomavirus ?

Il existe plusieurs moyens de réduire le risque de contracter l'HPV et de développer des complications liées au virus. Voici quelques mesures de prévention :

  • Utiliser des préservatifs lors de relations sexuelles : les préservatifs réduisent de 50% le risque de transmission de l'HPV par voie sexuelle et permet également de se protéger contre les autres IST.

  •  Le vaccin Gardasil 9 permet de protéger contre 70% des infections à HPV. Il est remboursé et recommandé : pour tous les jeunes (filles et garçons) âgés de 11 à 14 ans. (2 doses) ; pour les jeunes entre 15 et 19 ans si la vaccination n’a pas pu être effectuée avant (3 doses) ; pour les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes jusqu’à 26 ans (3 doses).

  • Se faire dépister régulièrement : il est important de se faire dépister régulièrement pour détecter les lésions précancéreuses causées par l'HPV et pouvoir les traiter à temps. Pour les femmes, il est recommandé de se faire faire un frottis du col de l'utérus tous les trois ans entre 25 et 65 ans. 

  • Pour les hommes, il existe des tests de dépistage de l'HPV qui peuvent être utilisés pour détecter le virus dans les échantillons de tissu ou de cellules prélevés de la gorge, du pénis ou de l'anus.

  • Éviter les partenaires sexuels multiples : avoir un nombre élevé de partenaires sexuels augmente le risque de contracter l'HPV. Limiter le nombre de partenaires sexuels peut réduire le risque de transmission de l'HPV.

  • Éviter le partage de serviettes ou de rasoirs contaminés : le partage de serviettes ou de rasoirs contaminés peut être une source de transmission de l'HPV. Il est important d'utiliser des serviettes et des rasoirs personnels pour réduire le risque de transmission.

En conclusion, le papillomavirus humain est un virus courant qui peut causer des verrues et différents types de cancers. Il se transmet principalement par voie sexuelle, bien que d'autres moyens de transmission soient possibles. Les personnes à risque de contracter l'HPV sont principalement celles ayant un nombre élevé de partenaires sexuels ou une première relation sexuelle à un âge précoce, ainsi que celles ayant un système immunitaire affaibli. Il existe plusieurs tests de dépistage de l'HPV disponibles pour détecter les lésions précancéreuses causées par le virus. Le traitement de l'HPV dépend de la nature et de la gravité des lésions causées par le virus et peut inclure des traitements topiques pour les verrues, ainsi que des interventions chirurgicales pour les lésions précancéreuses. Il existe plusieurs moyens de prévenir l'infection par l'HPV, tels que l'utilisation de préservatifs, la vaccination, le dépistage régulier et l'évitement des partenaires sexuels multiples. Il est important de se faire dépister régulièrement et de suivre les recommandations de prévention pour réduire le risque de complications liées à l'HPV.

Ce que Livi peut faire pour vous

Vous vous posez des questions sur le Papillomavirus ? Vous êtes porteur de condylomes ? Sur Livi, consultez un médecin généraliste ou un dermatologue en ligne capable de répondre à vos questions, de réaliser un diagnostic et de vous orienter vers une prise en charge adaptée à votre situation. Obtenez une ordonnance en ligne en cas de besoin.

Conseil médical validé par :
Manon Herzecke

Articles liés

rapport non protégé