Livi-logo
Télécharger

SANTÉ MENTALE

Tout savoir sur l’hypersensibilité émotionnelle

Conseil médical validé par :

Direction médicale de Livi France

·

hypersensibilite-emotionnelle
Quelles sont les caractéristiques de cette sensibilité exacerbée ? Comment la reconnaître et y faire face ? Découvrez nos conseils pour vous aider à y voir plus clair.

Besoin d'un avis médical ?

Consulter un médecin

Telle une éponge, vous absorbez les émotions de ceux qui vous entourent ? Vous vous sentez différents depuis l’enfance ? Vous fuyez les conflits et êtes plus réceptifs aux bruits ou à la lumière que les autres ? Vous êtes peut-être hypersensible. L’hypersensibilité n’est ni un trouble, ni une maladie. Il s’agit d’un tempérament. Parfois complexe à appréhender dans son quotidien, l’hypersensibilité peut s’avérer être un véritable atout. Quelles sont les caractéristiques de cette sensibilité exacerbée ? Comment la reconnaître et y faire face ? Les psychiatres sur Livi vous prodiguent leurs conseils pour vous aider à y voir plus clair.

L’hypersensibilité, qu’est-ce que c’est ?

L’hypersensibilité émotionnelle, ou Haut Potentiel Emotionnel (HPE), toucherait une personne sur cinq, soit 20% de la population mondiale. Mais que se cache derrière cette personnalité “hyper” ?

Ce terme a longtemps était associé à une notion de fragilité, de vulnérabilité, voire de faiblesse, mais on sait maintenant qu’il n’en est rien. Si la sensibilité peut être perçue comme un atout ou un défaut selon les cultures, les personnes hypersensibles partagent des attributs communs qui les différencient des autres personnes. Ce trait de caractère fait de ces êtres à forte sensibilité de véritables éponges à émotions, réceptives au monde qui les entoure. Le HPE se caractérise par un haut niveau de sensibilité aux stimulis extérieurs, un traitement cognitif des données sensorielles plus profond que la moyenne et par une forte réactivité émotionnelle.

L’hypersensibilité n’est ni un trouble, ni une maladie : il s’agit d’un tempérament dont les caractéristiques sont nombreuses. Une personne ultrasensible peut par exemple se poser beaucoup plus de questions qu’une autre dans une situation donnée. Elle va peiner à prendre une décision, se sentir rapidement dépassée par une situation si l’environnement dans lequel elle évolue ne lui convient pas (lumière, bruit, odeur…) et ressentir de manière décuplée ses propres émotions, mais également celles des autres.

On peut naître hypersensible comme le devenir à la suite d’un choc traumatique ou par son éducation. Il est donc tout à fait possible de ne plus l’être au cours de sa vie.

Il existe plusieurs formes d’hypersensibilité

Les hypersensibles ne sont cependant pas tous identiques, car ils ne dépendent pas tous de la même ramification. On distingue deux types principaux d'hypersensibilité : l’hypersensibilité dite "classique" et l’hypersensibilité dite "empathique".

Dans le premier cas, l’hypersensibilité dite “classique” est définie par une sensibilité aux émotions des autres qui entraîne une sensation de malaise et perturbe la personne concernée. Les personnes entrant dans cette catégorie auraient tendance à se replier sur elles-mêmes et à éviter le contact avec l’extérieur.

Dans le second cas, l’hypersensibilité dite "empathique" ou hyperempathique, se caractérise par le fait de se mettre instinctivement et inconsciemment à la place de l’autre, arrivant même à ressentir son état émotionnel au point d’avoir du mal à discerner ses propres émotions de celles d’autrui. Le système nerveux de ces personnes est particulièrement réactif. Elles ne bénéficient pas des filtres leur permettant d’éviter les surcharges sensorielles. Les personnes entrant dans cette catégorie seraient très sociables et davantage impulsives.

Dans la famille des “hypers” nous pouvons également retrouver les hauts potentiels intellectuels (HPI). Les individus à haut potentiel autrement appelés “zèbres” (1 à 2% de la population mondiale) seraient dotés d’aptitudes intellectuelles, créatives ou productives supérieures à la moyenne dans un ou plusieurs domaines d’habileté : intellectuel, artistique, sportif… Leur lucidité et leur perfectionnisme font qu’ils ne se reconnaissent généralement pas comme «surdoués».

Les caractéristiques des HPI sont extrêmement proches de celles des hypersensibles en termes de ressenti et de sensibilité globale. À celles-ci s’ajoute cependant :

  • Une grande capacité de raisonnement et de résolution de problèmes ;
  • Un cheminement de pensée singulier ;
  • Une rapidité d’apprentissage ;
  • Un intérêt pour des sujets variés ;
  • Une acquisition de la lecture très précoce ;
  • Un vocabulaire complexe et extensif dès l’enfance ;
  • Une excellente mémoire ;
  • Une facilité à manier les chiffres, les lettres ou les arts ;

Comment reconnaître une hypersensibilité ?

Les hypersensibles sont en effet dotés d’une multitude d’atouts bien qu’il ne soit pas toujours aisé de les détecter. Il existe cependant des signes pouvant aider à auto-diagnostiquer un HPE. Voici une liste non-exhaustive de leurs points communs :

  • Ils ont l’impression d’être “perméable”, de vivre sans filtre protecteur aux agressions extérieures ;
  • Ils ont une perception sensorielle exacerbée (bruits, odeurs, lumières…) ;
  • Ils ressentent tout ce qui les entourent de manière très intense ;
  • Ils sont originaux, créatifs, délicats, subtils et émotifs ;
  • Ils ont tendance à être anxieux, stressés, angoissés, inquiets pour eux et les autres ;
  • Ils sont facilement pessimiste, nostalgiques ou fatalistes ;
  • Ils craignent de blesser l’autre, de se sentir rejetés et sont affectés par le malheur d’autrui ;
  • Ils sont esthètes, ont le sens du détails, sont perfectionnistes et exigeants ;
  • Ils s’éloignent des mauvaises nouvelles ou des climats anxiogènes ;
  • Ils ressentent le besoin de se mettre dans leur bulle pour s’introspecter de façon approfondie ;
  • Ils sont rapidement submergés par leurs émotions et pleurent beaucoup ;
  • Ils sont facilement irritables, contrariés, ils saturent facilement et se fatiguent rapidement ;
  • Ils ont une très grande capacité d’analyse et une faible estime d’eux-mêmes ;
  • Ils se sentent en décalage avec les autres et passent beaucoup de temps à réfléchir, penser, ruminer ;

Comment bien vivre avec son hypersensibilité ?

Bien vivre son hypersensibilité au quotidien n’est pas toujours aisé mais fort heureusement, il est tout à fait possible de s’épanouir avec ce surplus d’émotion. Pour ne pas se laisser dévorer par cette sensibilité exacerbée, il existe différentes techniques psychothérapeutiques simples permettant de se protéger, notamment au cours de ses interactions sociales. Écoutez-vous, là se trouve la clef pour se sentir bien avec soi-même et par conséquent, bien avec les autres.

Être hypersensible ou ultrasensible, c’est bénéficier d’un processus de sensibilité sensorielle fort. Ce trop-plein d’émotions ne fait pas des hypersensibles des êtres fragiles, mais des êtres profondément humains.

Si le climat ambiant est anxiogène, n’hésitez pas à vous couper des informations (télévision, radio, presse…) et à désactiver vos réseaux sociaux pour un temps. Pratiquez une activité physique, méditative ou artistique qui vous permettra de vous libérer l’esprit et de mettre votre émotivité au service de la créativité. Instaurez des moments dédiés à votre bien-être. Créez une bulle de protection dans laquelle ne sera accepté que les énergies positives. Votre entourage comprendra que vous avez besoin de temps pour vous à l’abri des émotions d’autrui.

Vous pensez être hypersensible ou votre hypersensibilité est difficile à gérer au quotidien ? N’hésitez pas à téléconsulter. Sur Livi, des psychiatres sont disponibles 7j/7 de 7h à minuit pour vous écouter vous ou votre enfant et vous accompagner sans jugement.

Ce que Livi peut faire pour vous

Vous présentez des symptômes ou souhaitez simplement parler à un spécialiste pour obtenir un avis médical ? Avec Livi, obtenez un diagnostic médical en quelques minutes, 7j/7, ainsi qu'une ordonnance électronique valable en pharmacie. Consultation remboursable par l'Assurance Maladie.
Consulter un médecin

Autres articles

pleurer sans raison
Santé mentale – 22 juin 2022 
Pourquoi je pleure sans raison ?
Pleurer est normal et sain, mais cela peut devenir inquiétant si vous n’arrivez pas à savoir pourquoi vous êtes en larmes. Les psychologues sur Livi vous expliquent quelles sont les raisons pouvant vous mener à pleurer sans raison évidente.
regret parental
Santé mentale – 15 juin 2022 
Regret parental : la fin d’un tabou
Accueillir un enfant au sein d’un couple, l’élever, l’éduquer, vouloir le meilleur pour lui tout en ne s’oubliant pas : les injonctions de la société et la pression sur les parents se multiplient. Des études récentes en Europe et aux États-Unis montrent qu’entre 5 et 8% des parents regrettent d’avoir des enfants. Les psychologues sur Livi vous expliquent ce qu’est le regret parental. Qu’est-ce que le regret parental ? Le regret parental est l’expression d’un sentiment profond de non-satisfaction quant à la vie de parent : les personnes qui en souffrent pensent qu’elles seraient plus heureuses si elles n’avaient pas fait d’enfant. Bien que tabou dans notre société, tous les parents peuvent éprouver des regrets au cours de leur vie, cela n’a rien d’anormal : les contraintes pèsent sur leurs épaules , et leur volonté d’être parfaits se heurte parfois à un quotidien lourd à assumer. La fatigue fait partie de la vie de parents, mais quand elle est omniprésente et entraîne une distanciation, de l'irritation, voire de l’évitement par rapport à ses enfants, il est utile de s’interroger sur les sentiments que l’on ressent. Le regret parental est cependant à différencier du burn-out parental. Concept dérivé du burn-out professionnel, le burn-out parental est la conséquence d’une astreinte à répondre à toutes les exigences de la société et d’un effacement au profit des enfants. Il est très souvent corrélé à un désir de perfectionnisme qui génère des frustrations. Quelles en sont les causes ? Si le burn-out parental peut être temporaire et ne provoquer aucun remords à long terme, la probabilité de ressentir des regrets face au rôle de parent est souvent le résultat d’un écart entre les ressources (psychologiques, familiales, financières…) dont disposent les parents et les exigences liées à l’éducation des enfants. Le surmenage Course à la réussite, injonctions contradictoires, partage entre vie de famille et vie professionnelle… Nombre de parents peuvent se sentir épuisés et culpabilisés sous le poids de leurs obligations. Même s’ils sont dévoués à leurs enfants, ils peuvent se sentir impuissants et avoir l’impression de manquer de soutien. Des études récentes montrent que les pères et mères surmenés sont plus disposés à négliger leurs enfants, voire à se montrer violents envers eux. Cela peut malheureusement avoir des conséquences néfastes sur leurs enfants, qui ont alors davantage de risques de souffrir de dépression ou d’anxiété. La pression sociale Compétition entre parents, éducation bienveillante, communication positive et images idéalisées sur les réseaux sociaux : certains parents n’arrivent plus à assumer leurs choix éducatifs et finissent par ne plus vouloir être parents parce qu’ils n’assurent pas leur rôle à la perfection. En effet, les personnalités perfectionnistes ont souvent plus de mal à se percevoir comme de bons parents : elles sont plus enclines à regretter leur décision d’avoir des enfants. Or, comme dans tout domaine, la perfection est inatteignable : il est normal de se tromper et de faire des erreurs, même dans la sphère familiale, l’essentiel étant de savoir les réparer pour qu’elles ne laissent pas de séquelles graves. Autres causes possibles On a constaté en Europe une hausse des cas de burn-out parental pendant l'épidémie de Covid-19 : des études réalisées entre 2019 et 2021 montrent en effet que les parents ayant dû consacrer davantage d’attention à leurs enfants ont été particulièrement touchés. Mais beaucoup d’autres facteurs pourraient également contribuer à faire naître des regrets chez les parents, notamment : une forte pression financière : le manque de moyens peut être source de stress pour les parents ; la monoparentalité : les mères et pères célibataires peuvent se sentir isolés et démunis face aux besoins de leurs enfants ; le manque d’affection, le rejet ou les violences subis durant la propre enfance des parents ; une parentalité non désirée : les personnes qui ne désiraient pas avoir d’enfants mais ont accepté pour faire plaisir à leur partenaire, ou encore les femmes devenues mères parce qu’elles n’ont pas pu avoir recours à une IVG, ont plus de difficultés à établir une relation avec leurs enfants et sont plus enclines à se sentir piégées et à éprouver du ressentiment envers eux. Comment gérer le quotidien lorsqu’on souffre de regret parental ? Le regret parental peut être une source de souffrance immense pour les parents : ils peuvent se sentir coupables de ressentir ces sentiments négatifs et tabous, n’osent souvent pas en parler à leur entourage par peur du jugement. L’idéal est de pouvoir prendre un peu de temps pour soi dès que les premiers signes d’épuisement font surface. Cependant, les enfants ont besoin de leurs parents et il faut prendre en compte, malgré la souffrance, les conséquences qui peuvent rejaillir sur eux. On peut également essayer de communiquer avec eux et avec le conjoint, tout en veillant à ne pas altérer leur estime d’eux-mêmes. La maltraitance psychologique est en effet en légère augmentation en France depuis les épisodes de confinement. Si vous êtes témoin de maltraitance ou avez peur pour un enfant de votre entourage, vous pouvez appeler le 119, le numéro national dédié à la prévention et à la protection des enfants en danger. Tout le monde peut appeler le 119 : les enfants et adolescents confrontés eux-mêmes au danger ou appelant pour un autre enfant qu’ils connaissent, et les adultes préoccupés par une situation d’enfant en danger dans leur entourage. Les appels des mineurs sont traités en priorité, et le service est joignable 24h/24, 7j/7, gratuit et confidentiel. Des solutions pour surmonter le regret parental Reconnaître que l’on souffre Reconnaître que l’on souffre est un premier pas indispensable pour être indulgent avec soi-même et ne pas s’imposer plus de pression : s’astreindre à se détendre ou à s'occuper de soi serait contre-productif. Accepter l’imperfection peut également être salvateur : être humain, c'est aussi faire des erreurs. En parler à ses proches Ne pas subir cette souffrance seul peut énormément aider. Parler de ces doutes et de son ressenti en tant que parent à vos proches peut constituer un soutien essentiel dans cette épreuve. Vos parents, vos amis ou même votre conjoint ont peut-être connu des épisodes similaires : échanger avec eux peut vous déculpabiliser et vous faire entrevoir des solutions. Enfin, faire connaître ce phénomène pourrait également aider à alléger la pression que subissent les parents pour élever leurs enfants, et les adultes en général pour avoir des enfants. Consulter un professionnel de santé Les médecins généralistes et les psychologues sont là pour vous écouter et sont aptes à prendre en charge ce syndrome. La psychothérapie est en effet un bon moyen de prendre en charge le burn out parental et le regret parental. Vous pouvez donc en parler à votre médecin traitant, mais si vous préférez vous confier à un autre professionnel de santé, les médecins généralistes, les psychiatres et les psychologues sur Livi sont à votre disposition.