Téléchargez LIVI Téléchargez LIVI

Hypothermie : causes et traitement

L’hypothermie est définie par une chute de la température interne du corps en dessous de 35 °C, la température habituelle se situant autour de 37°C.
Elle est considérée comme modérée entre 32 et 35°C, grave entre 28 et 32°C et majeure en deçà de 28°C.

L’hypothermie survient dans des cas d’exposition accidentelle au froid : accidents de montagne, immersion en eau froide, personnes sans domicile fixe pendant l’hiver, personnes avec domicile peu ou non chauffé...

Non prise en charge elle peut conduire à la mort, c’est pourquoi il faut agir au plus vite pour réchauffer la personne victime d’hypothermie.

Les premiers symptômes d’hypothermie, chair de poule, frissons et refroidissement des extrémités, apparaissent lorsque la température centrale descend en dessous de 35 °C.

À ce stade, la personne atteinte d’hypothermie est encore consciente. En dessous de 32°C, des troubles de la conscience (perte d’attention,confusion, somnolence…) s’installent. Ils sont associés à une diminution de la fréquence respiratoire et de la fréquence cardiaque. Bouger devient difficile, les frissons cessent. La peau change de couleur pour devenir violacée à blanche.

À partir de 28°C et moins, la personne hypotherme plonge dans un coma de plus en plus profond à mesure que la température descend, passant par un état de mort apparente avant la mort réelle par arrêt cardio respiratoire.

Il existe des facteurs favorisants l’hypothermie :

  • un âge avancé par déficience du système de régulation de la température centrale
  • l’intoxication alcoolique et les intoxications médicamenteuses du fait de leur action sur le système circulatoire et sur le système nerveux centrale entravant la thermorégulation
  • certaines pathologies préalables: l’hypothyroidie, l’insuffisance surrénale, le diabête, une démence, une maladie psychiatrique, la dénutrition
  • un traumatisme empêchant la victime de bouger, par exemple se casser une jambe après une chute en montagne.

En cas de froid extérieur, le maintien de la température centrale du corps autour de 37°C est assuré par des mécanismes dit de thermorégulation, visant à produire de la chaleur et à limiter sa déperdition au niveau de la peau.

C’est donc à ce niveau, grâce aux thermorécepteurs de la peau que l'hypothalamus du cerveau est averti du froid ambiant et peut déclencher des actions de thermorégulation.

La première de ces actions consiste à diminuer l’afflux de sang chaud aux extrémités par constriction des vaisseaux sanguins afin d’empêcher la perte de chaleur. Ensuite l’organisme tente d’augmenter sa production de chaleur grâce aux frissons qui sont des contractions musculaires involontaires produisant de la chaleur.
Malheureusement, les mécanismes de thermorégulation sont vite dépassés en cas de grand froid ou s’épuisent rapidement si l’exposition au froid se prolonge, la descente de la température centrale provoque alors des troubles du rythme cardiaque conduisant à l’issue fatale par arrêt cardio respiratoire.

A mesure que la température centrale diminue, les organes, en particulier les organes dits nobles (coeur, cerveau) entrent en activité minimum, réduisant ainsi leurs besoins en oxygène. Ce phénomène les protègent en cas d’hypothermie sévère.

En tout premier lieu il faut isoler la personne hypotherme du froid et de l’humidité responsables de la situation.

La prise en charge sera ensuite fonction de la gravité de l’hypothermie. En cas d’hypothermie légère avec frissons encore présents, un réchauffement externe actif par couverture à air pulsée pourra être entrepris. En cas d’hypothermie modérée à sévère, il existe un risque de trouble du rythme cardiaque important pouvant survenir à la mobilisation et en cas de réchauffement trop agressif, c’est pourquoi la prise en charge relève d’une équipe médicale spécialisée. Le réchauffement doit être réalisé progressivement (idéalement 1°C par heure), à l'hôpital, à l’aide de techniques spécifiques et sous surveillance médicale continue.

Le saviez vous?
Il existe une cause d’hypothermie volontaire, il s’agit de l’hypothermie dite thérapeutique. C’est une technique utilisée en réanimation chez des patients inconscients pour ses vertues protectrices en particulier dans les suites d’un arrêt cardio respiratoire. Elle consiste à refroidir le malade entre 32 et 34°C pendant les 24 heures suivant l’épisode d'arrêt cardiaque.

Si vous suspectez une hypothermie chez une personne, contactez aussitôt les secours en composant le 15. Vous serez mis en relation avec un assistant de régulation médical. Donnez alors les coordonnées de la victime et l’adresse de l’endroit où vous vous trouvez, décrivez -lui la situation. Votre appel sera ensuite transféré au médecin régulateur. Ne raccrochez pas avant que ce dernier ne vous en donne l’autorisation.

En attendant l’arrivée des secours, deux cas de figure se présentent:

  • L’hypothermie est légère, la personne frissonne et est parfaitement consciente. Après avis du médecin régulateur, vous pouvez alors commencer les mesures de réchauffement, en la mettant à l’abri du froid et de l’humidité, en enlevant les vêtements refroidis ou mouillés au profit de vêtements secs et chauds, en couvrant la victime idéalement avec une couverture de survie, en lui donnant à boire une boisson chaude (éviter le café) et à manger.

  • L’hypothermie est sévère et la victime est dans le coma. Attention, toute mobilisation doit être effectuée avec la plus grande prudence et douceur en raison du risque d’arrêt cardiaque. Toujours en suivant les instructions du médecin régulateur, mettez la personne en position latéral de sécurité si vous savez le faire et couvrez la avec une couverture de survie en attendant les secours.

En raison du risque vital, une hypothermie relève d’une prise en charge spécialisée par un service d’urgence. Les médecins sur LIVI, s’ils suspectent un diagnostic d’hypothermie vous orienterons immédiatement vers une prise en charge d’urgence en contactant le 15.

Mis en ligne le :
9 septembre 2019
Rédigé par :
Dr. Céline Guyomar,