Téléchargez LIVI Téléchargez LIVI

Tendinite : causes et traitement

La tendinite, encore appelée tendinopathie, désigne une atteinte douloureuse d’un tendon. Le tendon est une structure anatomique fibreuse reliant les muscles aux os. C’est une pathologie bénigne, mais qui peut être d’évolution longue avec un retentissement important sur les activités sportives et professionnelles.

Une atteinte du tendon est définie suivant sa localisation (corps du tendon, insertion osseuse ou enveloppe tendineuse) et suivant l’aspect du tendon (tenosynovite, tendinopathies simples, tendinopathies nodulaires...).

La tendinopathie résulte, le plus souvent, d’une sollicitation excessive du tendon en question, mais peut également avoir une origine métabolique, inflammatoire, médicamenteuse ou encore un conflit avec une structure anatomique voisine.

Le diagnostic de la tendinopathie est clinique et répond à trois critères :

  • réveil de la douleur lors de la contraction du ou des muscles insérés sur le tendon,
  • réveil de la douleur lors de l’étirement du tendon,
  • réveil de la douleur à la palpation du tendon.

Le plus souvent, des examens complémentaires seront réalisés afin de préciser la lésion (échographie, IRM) ou de déterminer l’origine de la tendinopathie (bilan sanguin).

Les tendinopathies les plus fréquentes concernent le tendon d’Achille, le tendon rotulien, les tendons de l’épaule (coiffe des rotateurs), les tendons du coude (épicondylites), le tendon tenseur du fascia lata, les tendons du poignet.

La douleur est le symptôme principale de la tendinopathie. Généralement d’apparition progressive suite à des des efforts répétés, elle est parfois d’apparition brutale suite à un saut ou un choc direct sur le tendon. En l’absence de prise en charge efficace, la douleur devient chronique (plus de 6 semaines) et permanente, gênant les activités quotidiennes et empêchant la pratique sportive ou les activités professionnelles. En fonction de l’origine de la tendinopathie, la douleur peut entrainer des réveils la nuit.

Les autres symptômes de la tendinopathie sont variables:
· augmentation de volume du tendon
· chaleur locale
· crépitations localisées ou diffuses
· présence de nodules dans le tendon.

La complication redoutée de la tendinopathie est la rupture du tendon, celle-ci peut être partielle ou complète.

Le plus souvent la tendinopathie résulte de microtraumatismes répétés professionnels ou sportifs. Au niveau des tissus, la répétition de ces stress mécaniques entraine une cascade d’évènements aboutissant à l’altération et à la désorganisation des fibres du tendon.

Les autres causes de tendinopathies sont liées aux maladies inflammatoires rhumatismales (spondylarthropathies, polyarthrite rhumatoïde ou les arthropathies microcristallines), aux maladies métaboliques (diabête) ou encore à certains médicaments en particulier les antibiotiques de la famille des fluroroquinolones (norfloxacine, ofloxacine, lévofloxacine,ciprofloxacine)

Des facteurs peuvent favoriser la survenue de tendinopathies:

  • Les facteurs techniques : surmenage, mauvaises positions, modifications du geste, changement de matériel sportif
  • Un foyer d’infection chronique au niveau dentaire ou de la sphère ORL
  • Une hydratation insuffisante
  • Une alimentation déséquilibrée

Certains sont discutés comme l’hydratation ou l’alimentation.

Le traitement présente plusieurs mesures médicamenteuses et non médicamenteuses. Il est fonction du type de la tendinopathie, de sa localisation, de son évolution et de sa cause.

La mesure commune à toutes les tendinopathies est le repos dit relatif, car il s’agit avant tout d’éviter les gestes qui reproduisent la douleur. Les activités non douloureuses sont autorisées. Ce repos relatif doit respecter le délai de cicatrisation tendineuse qui est de 6 semaines minimum.

Des traitements médicamenteux peuvent être prescrits afin de soulager la douleur. Ils comprennent des antalgiques comme le paracetamol et/ou les anti-inflammatoires dit non stéroïdiens comme l’ibuprofène.
Lorsque la douleur reste prédominante malgré le repos et les traitements par voie orale, des injections locales de cortisone peuvent être proposées.

En parallèle, une rééducation est entreprise à base de protocole dit excentrique, de massages transverses profonds et de corrections de la posture. La rééducation peut être associée à des techniques de physiothérapie (ultrasons, laser, ondes de choc).
Plus récemment d’autres thérapeutiques ont vu le jour. Ainsi, des injections de plasma riche en plaquettes peuvent être réalisée en fonction du type de tendinopathie et de sa localisation. Elles ont pour but de soulager la douleur et surtout de favoriser la régénération tendineuse.

Enfin, les traitements chirurgicaux sont à réserver aux formes chroniques rebelles.
Le traitement des tendinopathies d’origines métaboliques, inflammatoires ou encore médicamenteuses relève en premier lieu du traitement de leurs causes.

Nous vous conseillons de consulter dès l’apparition de la douleur, même si celle-ci n’est présente qu’à l’effort dans un premier temps. Plus tôt la tendinopathie sera prise en charge, meilleure sera le pronostic de la maladie.

Le diagnostic de tendinopathies est avant tout clinique et nécessite un examen physique. Notre médecin LIVI peut suspecter le diagnoctic, vous conseiller, mais il vous reorientera vers une consultation physique pour une prise en charge adaptée.

Mis en ligne le :
30 avril 2019
Conseil médical validé par :
Dr. Céline Guyomar,