Téléchargez LIVI Téléchargez LIVI

Scoliose : causes et traitement

La scoliose est une déformation de la colonne vertébrale dans les trois dimensions de l’espace. Elle concerne 2 à 3% de la population, notamment les femmes.

Asymptomatique en cas de déformation mineure, elle peut se révéler handicapante en cas de déformation majeure avec un retentissement fonctionnel et esthétique.

Il existe une prédisposition génétique. Elle peut être isolée ou s’inscrire dans un contexte de maladie plus générale.

La scoliose est une maladie évolutive en particulier au moment de la puberté, c’est pourquoi le dépistage de la scoliose doit être systématique avant la puberté. Plus tôt elle sera diagnostiquée, meilleure sera sa prise en charge. Une fois dépistée la scoliose doit bénéficier d’un bilan comprenant une recherche de maladie associée et des radiographies permettant d’établir le degré de déformation.
En fonction de ce dernier, la prise en charge ira d’une simple surveillance radiographique tous les 3 à 6 mois à une prise en charge spécialisée immédiate auprès d’un chirurgien orthopédique pédiatre.

Chez l’enfant et l’adolescent, la scoliose est le plus souvent asymptomatique.

Il peut cependant exister des douleurs de la colonne vertébrale peu specifiques.

La déformation de la scoliose s’aggrave au moment de la puberté qui correspond à une période de forte croissance de la colonne vertebrale. C’est pourquoi un dépistage annuel systématique en période prépubertaire doit être effectué par un médecin à l’aide de moyens simples :

  • un examen visuel postural globale à la recherche d’une asymetrie au niveau de la taille et des épaules,
  • une manoeuvre constistant à demander à l’enfant de se pencher vers l’avant, mains vers le sol, jambes tendues à la recherche d’une gibbosité (apparition d’une bosse au niveau thoracique lors de la manoeuvre)

Lorsque la scoliose est importante, soit d’emblée, soit lorsqu’elle le devient en l’absence de traitement, peuvent survenir des complications :

  • des douleurs de la colonne vertébrale,
  • une dégénérescence et une usure prématurée des disques intervertebraux,
  • une diminution de la fonction respiratoire du fait de la déformation du thorax,
  • un problème esthétique avec retentissement psychologique.

La scoliose est le plus souvent dite idiopathique, c’est à dire sans cause retrouvée et la personne atteinte de scoliose est par ailleurs en bonne santé.

Mais il existe des scolioses malformatives présentes depuis la naissance et d’autres liées à des maladies plus générales neuromusculaires comme la dystrophie musculaire, à des collagénopathies comme la maladie de Marfan ou encore, très rarement, à une cause tumorale.

L’objectif du traitement de la scoliose sera de prévenir l’aggravation de la déformation afin d’obtenir la déformation la moins importante possible en fin de croissance et de limiter ainsi les conséquences de la scoliose à l’âge adulte.

Ce traitement varie en fonction du degré de déformation et de la possibilité de croissance restante au moment de la découverte de la maladie.

Il comprend un volet de surveillance radiologique lorsque l’angle de déformation dit de cob ne dépasse pas 15 degrés. Lorsque l’angle est supérieur, le traitement de première intention sera un traitement orthopédique par corsets et une rééducation.

Enfin en cas de déformation importante, non stabilisée par un traitement orthopédique ou de découverte après la croissance, le traitement chirurgicale devra être envisagé.

Pour un médecin, le drapeaux rouge s'agite si votre enfant présente une douleur ou une raideur de la colonne vertébrale, un déficit neurologique au niveau des membres inférieurs ou si vous remarquez simplement une anomalie dans la façon dont il se tient debout ou assis.
Consultez au plus vite un médecin si l'une de situation se présente.

Par ailleurs, un suivi médical annuel de votre enfant en période prépubertaire, auprès de votre pédiatre ou médecin généraliste, doit être réalisé. Il permet de réaliser un dépistage systématique de la scoliose lors de l’examen clinique à l’aide de moyens simples (étude posturale, recherche d’une gibbosité).

En cas de suspicion de scoliose, un bilan, comprenant des examens complémentaires (examens radiographiques plus ou moins IRM), sera réalisé afin d’évaluer la gravité de la scoliose et de rechercher une maladie associée.

N’oubliez pas que la scoliose peut être d’origine génétique, donc soyez encore plus vigilent s’il existe des cas de scoliose dans la famille.

La diagnostic de scoliose nécessite un examen clinique globale et une prise en charge spécialisée.

Le médecin LIVI peut grâce à la visio-conférence dépister une scoliose, mais il vous réoreintera vers une consultation physique afin de compléter l’examen pour une prise en charge adaptée.

Mis en ligne le :
5 juin 2019
Conseil médical validé par :
Dr. Céline Guyomar,