Téléchargez LIVI Téléchargez LIVI

Arthrose : causes et traitement

Une articulation est une zone de mobilité entre deux os qui permet le mouvement. De manière à ce que ce mouvement soit fluide et harmonieux, les os ne s’affrontent pas les uns contre les autres, une fine couche de cartilage lisse se situent à l’extrémité de chaque os pour permettre un meilleur glissement. Malheureusement, le cartilage est un tissu qui n’est pas vascularisé, et qui n’a pas de possibilité de cicatrisation. Avec les années, à force de sollicitations par le jeu articulaire, ce cartilage va s’user et s'effriter, la friction articulaire va être source de douleur.L'arthrose est une maladie douloureuse qui est conséquente de l'usure progressive du cartilage des articulations. Elle touche 65% des patients de plus de 65 ans et peut concerner toutes les articulations (hanche, cheville, rachis, doigts…).

Le symptôme principal de l’arthrose est la douleur. Cette douleur est mécanique, c’est à dire qu’elle apparaît au mouvement de l’articulation. Elle est à opposer aux douleurs dites inflammatoires insomniantes qui surviennent exclusivement la nuit. Les douleurs sont chroniques, elles sont connues depuis des mois voire des années avec une évolution progressive vers l’aggravation. Rarement la douleur se manifeste d’une manière brutale en l’absence d’épisode antérieur.
Initialement, les poussées douloureuses sont souvent déclenchées en période de surmenage articulaire, où l’articulation est inhabituellement sollicités, ces poussées peuvent entraîner des gonflements articulaires.
Progressivement, elles deviennent permanentes dès que l’articulation est mobilisée.
A un stade terminal, quand l’articulation est très dégénérative, l’arthrose peut donner lieu à des déformations des articulations.

Régulièrement, les douleurs sont associées à des raideurs des articulations, qui peuvent être la conséquence de l’arthrose mais également participer à l’aggravation de la gène fonctionnelle.
En raison de l’impotence qu’elle peut générer, l’arthrose peut également être responsable d’une perte musculaire parfois importante qu’il est nécessaire de limiter pour ralentir son évolution.

Les patients touchés peuvent avoir des sensation des craquements ou grincements de l’articulation lorsqu’elle est mobilisée.

Les causes de l’arthrose ne sont pas toutes identifiées. Elles sont multifactorielles. Il existe 2 types d’arthrose :

  • L’arthrose primitive apparaît alors qu’il n’existe pas de lésion préexistante de l’articulation. Les facteurs favorisant cette arthrose sont le vieillissement, la surcharge mécanique de l’articulation (surpoids qui augmente les contraintes articulaire, anomalie architecturale de l’articulation qui concentre les forces sur une zone restreinte du cartilage, hyper-utilisation par activité physique), certaines pathologies du métabolisme (diabète) et probablement des facteurs hormonaux. Il semble exister également une prédisposition familiale pour certaines localisation d’arthrose.

  • L’arthrose secondaire qui apparaît sur une articulation déjà fragilisée par une lésion antérieure (instabilité de l’articulation par entorse/luxation, non protection de l’articulation par atteinte d’une ménisque, maladie inflammatoire).

Le cartilage n’est pas vascularisé, il ne peut donc pas cicatriser.

À l'heure actuelle, aucun traitement ne peut guérir l'arthrose. Le traitement dépend de la localisation de l’arthrose mais on distingue classiquement différents niveaux de traitement :

  • Le premier niveau correspond au traitement fonctionnel. La plupart des lésions arthrosiques entraînent un enraidissement et une perte de force de l’articulation. Le renforcement musculaire et les étirements, bien que source de douleur à la phase initiale, peuvent montrer des bénéfices importants sur le moyen et long terme. Certaines arthroses, tel que la rhizarthrose, peuvent répondre à l’immobilisation nocturne à l’aide d’une attelle. Lutter contre la surcharge pondérale est prioritaire pour toutes les arthroses d’articulation portantes.

  • Le second niveau correspond au traitement antalgique. La prescription de médicaments anti-douleur peut permettre de supporter un cap douloureux et de reprendre les activités.

  • Le dernier niveau correspond au traitement chirurgical, qui peut être proposé selon la localisation de l’arthrose et selon la plainte et l’âge du patient, lorsque la rééducation et le traitement médical sont insuffisants.

Chez LIVI, vous pouvez obtenir des conseils sur l'arthrose et sa prise en charge. Toutefois, le diagnostic devra nécessairement se faire au cours d’une consultation avec un examen physique accompagnée si besoin d’une imagerie. .

Mis en ligne le :
16 janvier 2019
Conseil médical validé par :
Dr. Samy M'Zari,