Téléchargez LIVI Téléchargez LIVI

Vaginite atrophie : causes et traitement

La vulvo-vaginite correspond à une inflammation au niveau de la vulve et du vagin, elle peut être d’origine infectieuse ou non infectieuse. Dans le cas de la ménopause, elle apparaît secondairement à la chute des hormones oestrogènes ayant pour conséquences, entre autres, une sécheresse et une atrophie vulvo-vaginale.

Un inconfort avec démangeaisons et picotements au niveau vulvo-vaginale sont le plus souvent présents. Ils peuvent être accompagnés de :

  • Sensations de brûlures
  • Douleur lors des rapports sexuels,
  • Troubles urinaires comprenant douleurs, fuites ou encore infections à répétition

La ménopause signe l’arrêt du fonctionnement des ovaires, principales sources des hormones de type oestrogènes. Les oestrogènes agissent sur beaucoup de tissus de l’organisme féminin.

Au niveau génital, ces hormones améliorent la prolifération et la qualité des muqueuses vaginales et de la peau des organes génitaux. Elles ont également un rôle au niveau des voies urinaires. La chute de ces hormones au moment de la ménopause va entraîner l’atrophie de la muqueuse vaginale et une diminution des sécrétions à ce niveau expliquant la sécheresse vaginale.

Au niveau vulvaire, on constate une perte des tissus graisseux et une modification de la qualité de la peau qui s'amincit et se fragilise. La vessie devient moins réactive et sa composition se modifie expliquant les troubles urinaires.

Plusieurs types de traitement peuvent vous être proposés.

Certains traitements non hormonaux permettant le soulagement des symptômes sont disponibles en pharmacie sans ordonnance.

D’autres comme les traitements hormonaux locaux, ayant pour but à la fois le soulagement et de limiter l’évolution des symptômes, doivent vous être prescrits par un médecin.

Il vous est conseillé de consulter lorsque les symptômes de la vulvo-vaginite entraînent une gêne dans votre vie quotidienne. Un traitement approprié permettra le soulagement des symptômes mais préviendra également leur aggravation à long terme.

Consultez au plus vite en cas de pertes vaginales anormales et de signes d’infection urinaire.

Les médecins sur LIVI pourront établir le diagnostic de vulvo-vaginite dans le contexte de ménopause.

Dans le cas où le diagnostic de ménopause est connu, ils peuvent vous conseiller et vous prescrire un traitement local.

Dans le cas où la ménopause n’a pas été diagnostiquée avec certitude ou devant des signes de complications, il vous réorienterons vers une consultation spécialisée de gynécologie.

Mis en ligne le :
7 juillet 2019
Rédigé par :
Dr. Céline Guyomar,